Couverture du journal du 24/02/2024 Le magazine de la semaine

Zoomalia : du flair et de l’ambition

À Saint-Geours-de-Maremne, l’animalerie landaise Zoomalia est devenue un poids lourd de l’e-commerce en seulement 13 ans. Aujourd’hui, elle développe une stratégie multicanale avec l’ouverture de 36 magasins.

Pierre-Adrien Thollet, PDG de Zoomalia

Pierre-Adrien Thollet, PDG de Zoomalia © Zoomalia

On l’a découverte sur le web en 2010 à travers ses marques de croquettes et accessoires de tout poil. Zoomalia, commerce uniquement en ligne au départ, faisait alors office d’ovni tant les spécialistes du secteur étaient rares sur la toile. Treize ans plus tard, on la retrouve parmi les références françaises des animaleries en ligne avec un chiffre d’affaires de 84 millions d’euros, une croissance de 27 % en 2022 et classée à la 111e place des entreprises les plus innovantes de France en 2023(1).

Face à la crise économique et au ralentissement du commerce en ligne, elle a trouvé un nouveau relais de croissance en développant un réseau de 36 magasins de proximité étendus sur toute la zone ouest en périphérie des grandes villes. D’ici 2025, une centaine de boutiques devraient mailler l’ensemble du territoire français. C’est l’un des nombreux objectifs de Pierre-Adrien Thollet, son PDG. « Nous souhaitons en priorité mettre les bouchées doubles sur cette offre de proximité, importante pour l’avenir de Zoomalia et c’est un réel levier de développement », indique le dirigeant.

CROQUETTES FRANÇAISES

Ces boutiques reconnaissables à leur enseigne bleu ciel, orange et blanc, commercialisent une gamme d’accessoires pour chiens, chats et nouveaux animaux de compagnie (NAC), 12 marques exclusives dédiées à des univers différents, comme « Zoolia » pour les équipements, « Quality Sens » pour la nutrition santé, « Iako » pour les lapins… auxquelles vient s’ajouter le conseil en magasin. Elles proposeront bientôt davantage de services spécialisés, dans la lignée de ses Dogwash, salles de bain adaptées pour laver son chien. « Favoriser et personnaliser l’expérience client », voilà le challenge que Pierre-Adrien Thollet a lancé à ses équipes pour 2024.

Dans cette même perspective, l’entreprise vient de mettre en vente sa propre gamme de croquettes « Crocorico » de fabrication française pour lever les doutes des usagers sur la composition de l’alimentation animale. « On a travaillé avec l’objectif de proposer un produit 100 % français, mais aussi qu’a minima 80 % des ingrédients soient garantis d’origine française », signale Marion Paris, responsable de la communication.

Zoomalia

Un réseau de 36 magasins en périphérie des grandes villes © Zoomalia

ANTICIPER LES TENDANCES

En créant Zoomalia en 2010, Pierre-Adrien Thollet souhaitait apporter une réponse optimale aux besoins des consommateurs. « L’idée de départ était de proposer le plus grand choix de produits de qualité pour tous les animaux au meilleur prix, avec un service flexible, rapide et pratique et mettre à profit notre expertise web pour croître rapidement sur un marché encore peu développé en France à l’époque. Nous sommes restés longtemps un pure player jusqu’au développement de notre chaîne de magasins », explique le fondateur. Sa stratégie ambitieuse et sa faculté à anticiper les tendances vont accélérer son succès. La société connaît une croissance sur le net de 35 à 65 % les premières années. Avec une augmentation de 116 % de ses effectifs sur les trois dernières années, elle compte désormais 300 salariés dont 180 dans les Landes, L’explosion du marché des animaux n’est pas étrangère à cette forte croissance. Aujourd’hui un Français sur deux possède un animal de compagnie(2) et y consacre un budget moyen de 943 euros par an(3).

SECTEUR PORTEUR

Les animaleries se sont engouffrées dans ce secteur porteur faisant basculer les consommateurs habitués des grandes surfaces alimentaires vers ces nouveaux spécialistes. Le cœur de cible de Zoomalia se situe entre 25 et 45 ans. « Ce ne sont plus seulement les quadragénaires qui prennent un chien pour faire plaisir à leurs enfants, mais aussi les jeunes qui testent leur capacité à s’occuper d’un animal », précise Marion Paris. Et ces « pet parents » comme on les appelle, poussent plus facilement les portes de l’animalerie. Avec un catalogue de 30 000 références, « chez nous, le panier moyen est compris entre 25 et 40 euros en magasin et de 65 à 85 euros sur le web ».

LA LOGISTIQUE, UN SECTEUR CLÉ

Autre secret de l’enseigne : le parti pris de maintenir sa logistique en interne et d’en automatiser des étapes a également compté dans sa réussite. Une manière de répondre plus rapidement aux commandes et d’avoir davantage de souplesse pour la livraison d’1,5 million de colis chaque année. Après deux extensions en 2020 et 2022 augmentant la surface des entrepôts de Saint-Geours-de-Maremne de 3 000 à 21 000 m2, l’enseigne s’est dotée d’un équipement dernier cri.

Enfin ses innovations sont accompagnées d’une culture d’entreprise tout aussi novatrice. Zoomalia est par exemple la première en France à autoriser un congé exceptionnel « animaux malades ».

L’aventure entrepreneuriale de Pierre-Adrien Thollet poursuit aujourd’hui son développement en se réinventant chaque jour pour entrer dans de nouvelles phases de croissance.

 

(1) Étude 2023 réalisée par Les Échos et Statista

(2) Étude 2022 de la FACCO

(3) Selon IFOP pour Woopets, données 2022