Couverture du journal du 27/11/2021 Consulter le journal

Tourisme landais : une saison 2021 satisfaisante

81 % des acteurs touristiques landais sont satisfaits de la saison 2021. Un bilan plutôt positif, compte tenu du contexte sanitaire. Décryptage avec Sandy Causse, directrice du comité départemental du tourisme (CDT).

Ecole de surf, Landes, tourisme

Plage dans les Landes ©Sebastien_chebassier

Sandy Causse, directrice du comité départemental du tourisme

Sandy Causse, directrice du comité départemental du tourisme (CDT40) © CDT40

Les Annonces Landaises : Le comité départemental du tourisme vient de publier le bilan touristique du département sur le bilan touristique du département sur la période de mai à septembre 2021. Quels sont les enseignements de cette étude ?

Sandy Causse : Sur les quelque 500 professionnels du tourisme que nous avons interrogés entre le 24 septembre et le 4 octobre, 81 % dressent un bilan satisfaisant de la saison 2021. Pour 56 % d’entre eux, la fréquentation est en hausse par rapport à 2020 et elle se rapproche du niveau de 2019, qui reste notre année de référence. Certains ont même dépassé les résultats d’avant Covid ! Ces résultats sont plutôt positifs, car la saison a été marquée par plusieurs événements qui ont freiné l’activité : la levée progressive du confinement en mai et juin, l’instauration du pass-sanitaire à la mi-juillet et le recul des clientèles étrangères, moins présentes en raison des astreintes de mobilité. Si le bilan général est plutôt bon, on observe des disparités selon les filières. L’hôtellerie et la restauration sont plus mitigées.

LAL : Quels sont les événements marquants de cet été 2021 ?

S.C. : Si on fait abstraction de la Covid-19, la saison a été marquée par quatre faits majeurs. Le premier, c’est l’allongement de la très haute saison. D’ordinaire, elle se concentre de la mi-juillet à la troisième semaine d’août. Cette année, nous avons constaté, et nous nous en réjouissons, que les touristes sont arrivés dès le début du mois de juillet et que la chute de fréquentation a été plus tardive. L’autre bonne surprise, c’est la forte augmentation de la clientèle française. Bien sûr, les restrictions de circulation vers l’étranger ont favorisé le tourisme intérieur. Mais notre territoire en a particulièrement profité. Nous enregistrons une évolution considérable par rapport à 2019 : + 8 % de touristes français sur la saison. C’était même + 16 % en mai et + 14 % en juillet. Les professionnels du tourisme ont également noté que les clients étaient vraiment heureux de partir en vacances. Ils étaient beaucoup dans l’échange et très curieux de ce qu’il y avait à faire sur le territoire.

L’an dernier, la clientèle était beaucoup plus stressée. Le dernier constat est négatif. 48 % des professionnels du tourisme déclarent avoir eu des difficultés de recrutement cette saison. Il y a une pénurie de main-d’œuvre dans l’hébergement et la restauration. À tel point que certains établissements n’ont pas pu ouvrir sept jours sur sept, faute de personnel suffisant. C’est un phénomène national que nous avons du mal à analyser. D’ordinaire, le tourisme dispose d’un vivier de main-d’œuvre qui revient d’une année sur l’autre. Mais une relation au travail différente s’est instaurée après la Covid, qui a rompu la régularité du lien entre employeurs et salariés saisonniers.

48 % des professionnels du tourisme déclarent avoir eu des difficultés de recrutement cette saison.

LES LANDES PERFORMENT SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

Du 11 au 13 octobre, la 17e édition des Rencontres nationales du e-Tourisme s’est tenue à Pau. À cette occasion, l’agence We Like Travel a dévoilé son baromètre des destinations touristiques sur les réseaux sociaux en France. Les Landes se placent 3e au niveau des départements et 13e toutes destinations confondues. Mais surtout, le département enregistre la plus grosse progression avec une augmentation de 16,8 % de notoriété en l’espace d’un an. « Cela ne s’est pas fait par l’opération du Saint-Esprit, sourit Sandy Causse, directrice du CDT. Depuis deux ans, nous avons entièrement réorganisé notre présence numérique. Auparavant, nous avions six ou sept sites de destination, des blogs, des comptes sur les réseaux sociaux… Après un audit de l’écosystème, nous n’avons conservé qu’un site amiral et un seul canal de communication par réseau social. Une équipe de trois personnes est entièrement dédiée à la création et à la mise en ligne des contenus. Grâce à cette gestion centralisée de l’information, les résultats se sont fait sentir tout de suite, tout en nous permettant d’optimiser le temps passé à la promotion digitale du département. »

LAL : Quels sont les grands gagnants de la saison 2021 parmi les acteurs du tourisme ?

S.C. : Du côté des hébergements, ce sont les campings qui affichent les plus hauts niveaux de satisfaction. Neuf sur 10 sont satisfaits de la saison et affichent une fréquentation stable (à l’intérieur) ou en hausse (sur le littoral) par rapport à 2020. Leur chiffre d’affaires est en augmentation moyenne de 14 %. Pour ce qui est des activités, les sites et lieux de visites ont enregistré une hausse de la fréquentation par rapport à 2020. Enfin, au niveau géographique, sans surprise, c’est le littoral qui a attiré le plus de touristes. Mais il concentre 85 % de la capacité d’accueil du département.

Vignes dans les Landes, tourisme

Vignes dans les Landes

Pour l’automne, un film promotionnel, des campagnes web et réseaux sociaux et des relations presse

LE TOURISME LANDAIS EN CHIFFRES

2 200 entreprises (campings, hôtels, résidences de tourisme, activités, restaurants)

7 700 meublés

350 chambres d’hôtes

451 134 lits touristiques (dont 240 000 marchands)

8 900 emplois soit 6,5% de l’emploi total du département

1,6 milliard d’euros de retombées économiques par an

23,3 millions de nuitées (chiffre 2019)

1ère destination thermale de France avec 75 000 curistes et 172 millions d’euros de retombées économiques par an

LAL : Quels sont les résultats sur l’arrière-saison ?

S.C. : Septembre enregistre un bon niveau de fréquentation, avec + 10 % de clients français par rapport à 2019. On note également que les Allemands, les Espagnols, les Hollandais et les Belges retrouvent la route des Landes. Les touristes étrangers étaient seulement à – 4 % par rapport au même mois en 2019 alors que c’était – 48 % en mai et – 51 % en juin… Sur octobre, les taux de réservations étaient supérieurs à ceux de 2020, plus importants sur la zone intérieure que sur le littoral.

Sur l’arrière-saison, les touristes étrangers retrouvent la route des Landes

LAL : Cela s’explique peut-être par la campagne de visibilité que vous avez mise en place sur l’arrière-saison…

S.C. : C’est vrai. Depuis fin août et jusqu’à début novembre, nous tournons notre communication vers l’été indien et la thématique du tourisme gourmand. Sous le slogan : « L’audace, c’est de choisir l’automne quand tout le monde cherche l’été… », nous proposons des offres spéciales, des week-ends gourmands, des animations et activités autour des vendanges et de la gastronomie. Notre site internet s’est mis aux couleurs de l’automne, nous avons réalisé un film promotionnel, des campagnes web et réseaux sociaux, sur le Bon Coin et sur OuiSncf.com. Nous avons également fait des achats d’espaces dans la presse feel good (« Happinez » et « Respire »). Et bien sûr, nous sommes toujours aussi actifs au niveau des relais presse.

Hervé Bouyrie, président du comité départemental du tourisme

Hervé Bouyrie, président du comité départemental du tourisme © CDT Landes

VERS UNE ÉVOLUTION DES MISSIONS DU CDT

Créé par le conseil départemental qui finance plus de 80 % de son budget (2,4 millions d’euros par an), le comité départemental du tourisme contribue au développement et au dynamisme du tourisme landais, grâce à une équipe de 24 personnes. Depuis 2008, il est présidé par Hervé Bouyrie, qui vient d’être réélu à ce poste lors de l’assemblée générale de la structure qui s’est tenue à la mi-octobre. À cette occasion, il a annoncé le renforcement des moyens du CDT avec une évolution possible de ses missions et de ses statuts en une forme d’agence de développement de l’attractivité territoriale des Landes. « Cette évolution est le prolongement de la création de la marque Landes en février 2020, explique-t-il. Le conseil départemental souhaite renforcer l’attractivité du département dans tous les domaines en s’appuyant sur l’ingénierie du CDT. Nous allons donc travailler avec l’ensemble des chambres consulaires et des communautés de communes et d’agglomération pour améliorer les conditions de vie des habitants, faciliter le développement des entreprises, nous mettre au service des collectivités et attirer de nouveaux investisseurs. » Le changement de statuts devrait intervenir d’ici la fin de l’année. Les partenaires de la nouvelle structure pourront alors valider ensemble un plan d’action et une stratégie pour porter haut les couleurs des Landes, « Terre des possibles ».

 

LAL : Cet engagement dans les relations presse est payant. Les Landes ont énormément de retombées dans les médias. Comment faites-vous pour séduire les journalistes ?

S.C. : Nous sommes bons, tout simplement [rires]. Plus sérieusement, les relations presse sont un axe stratégique pour le CDT. Chaque année, nous mettons complètement à jour nos dossiers de presse. Nous en avons plusieurs, autour des piliers d’image du département : le littoral, le thermalisme et le tourisme gourmand. Nous venons également d’en créer un autour du tourisme d’affaires. Et bien sûr, tous les ans, nous en consacrons aux nouveautés susceptibles d’attirer l’attention des médias. Par ailleurs, nous entretenons une relation régulière avec les journalistes. Dans chaque média, nous avons identifié un journaliste référent et nous lui envoyons une newsletter mensuelle avec de nouvelles idées. Et surtout, nous faisons en sorte d’être très réactifs quand nous avons des demandes. Cela nous a valu d’avoir une très belle couverture presse cette année : plus de 15 articles majeurs dans la presse écrite, mais aussi de nombreux sujets télé (« Des racines et des ailes », « Échappées belles », « Météo à la carte », reportages dans les journaux télévisés de France 2 et France 3…).

LAL : Pour les professionnels du tourisme, la saison est presque terminée, mais pour le CDT, il est déjà temps de préparer la prochaine. Quel va être le programme de 2022 ?

S.C. : Effectivement, en partenariat avec les offices de tourisme et les clubs de promotion thématiques (camping, golf, surf, tourisme d’affaires, littoral et intérieur), nous allons bientôt commencer à structurer le plan de communication de l’année prochaine. Pour cela, nous continuerons à nous appuyer sur les valeurs de la marque Landes : un territoire nature, préservé, accueillant, où il fait bon vivre et où tout est possible. Du thème que nous choisirons pour cette nouvelle campagne découleront les actions à mettre en œuvre et tous les contenus à développer pour inciter toujours plus de touristes à venir découvrir ou redécouvrir notre département.

Labastide d'Armagnac, tourisme landes

Terra aventura Labastide d’Armagnac, © Yohan Espiaube

GROS SUCCÈS POUR TÈRRA AVENTURA

67 261 personnes ont participé à une chasse au trésor Tèrra Aventura en juillet et en août dans les Landes, soit 104 % de plus que l’année dernière à la même période ! Créé en 2011 dans le Limousin, le concept est désormais porté par le comité régional de tourisme de Nouvelle-Aquitaine. Cette application mobile entraîne les touristes dans des parcours ludiques à la découverte du patrimoine de la région. À chaque balade (il y en a actuellement plus de 500), les joueurs doivent trouver le trésor (un badge) caché dans la nature pour valider leur parcours. Mais pour y accéder, le chemin est parsemé d’énigmes à résoudre… Les Landes proposent des parcours Tèrra Aventura depuis 2018. Il y en a aujourd’hui 34 dans le département. Les deux derniers, créés cette année à Linxe et à Josse, ont été pensés pour être faits à vélo, et un parcours en voiture est à l’étude. « C’est un superbe outil de promotion du territoire, notamment intérieur, assure Sandy Causse, directrice du CDT. Il donne l’occasion aux familles de venir découvrir le département et d’y séjourner. En partenariat avec les offices de tourisme qui travaillent à la création des parcours, notre objectif est d’en développer partout dans le département pour qu’il n’y ait pas de zone blanche. »