Couverture du journal du 17/02/2024 Le magazine de la semaine

Victoire Family Eyes : une famille formidable

SOORTS-HOSSEGOR - Marie-Victoire Chabat conçoit et fabrique de A à Z des montures de lunettes durables, écoresponsables. Bordelaise d’origine, c’est au cœur de la zone Pédebert qu’elle a choisi d’installer son atelier.

victoire family eyes

© X. Ges

« Celle-ci s’appelle « Bicheron ». C’est comme ça que mon petit neveu avait décidé que s’appelait le petit de la biche et ça lui est resté. » Marie-Victoire Chabat, 40 ans, énumère ainsi les noms des 18 modèles de la première collection qu’elle a créée de A à Z, en production dans son atelier de la zone Pédebert à Hossegor. « Chaque modèle porte le surnom d’un membre de la famille ou de quelqu’ un qu’on aime. Parce que toute cette aventure c’est aussi une histoire de famille. » Un élément affectif à ajouter à d’autres principes auxquels elle tient. « Notre première motivation c’était de faire des choses avec du bon sens, faire en sorte que notre production soit locale, avec le moins d’impacts négatifs possible, et en même temps qu’elle soit accessible économiquement. Qu’on ne soit pas obligé d’avoir des lunettes à 400 euros sur le nez pour qu’elles viennent de France. »

TECHNOLOGIE ET ARTISANAT

Ce qui surprend sans doute le plus est de trouver dans cette zone peuplée d’enseignes dédiées au surf, un atelier de 120 m2 où s’alignent une chaîne de fabrication composée d’une imposante machine à commande numérique avec une programmation en 3D pour la découpe de la monture, des cuves pour le polissage et un établi pour un travail de précision quasi artisanal. En clair, Marie Victoire n’est pas là pour un projet éphémère qui durerait ce que durent les modes. Les lunettes et l’optique, c’est sa branche et depuis longtemps.

« J’ai une passion pour les lunettes. Je cherchais ma voie en seconde. Mon frère avait été représentant en lunettes et je me suis dit « pourquoi pas ? » C’est un métier qui regroupe tout ce que j’aime : le côté manuel, créatif, la mode, la vente : tout ça m’attirait. » Elle commence donc par un BEP optique lunetterie avec l’intention de créer. Mais elle passera d’abord par la case magasin à Bordeaux pendant cinq ans, afin de mieux cerner ce que veulent les consommateurs. Elle devient ensuite commerciale pendant 17 ans au service de marques allant du plus petit prix au grand luxe. « Dans chacun des domaines où j’ai exercé, il y avait quelque chose qui me chagrinait. Alors, je me suis dit qu’à 40 ans, c’était le moment d’écrire ma propre histoire. »

victoire family eyes

Marie-Victoire Chabat © X. Ges

UNE MARQUE D’ICI

Une histoire qui va s’ancrer à Hossegor, la ville de cœur de la jeune femme et de son mari passionné de surf. Grâce à une levée de fonds auprès de partenaires financiers associés, la confiance de son banquier, une aide de la région Nouvelle-Aquitaine et d’Initiative Landes via la chambre de métiers, elle investit donc dans cet atelier pour fabriquer les lunettes telles qu’elle les conçoit, à destination exclusive d’opticiens qu’elle démarche, à partir du réseau qu’elle s’est constitué. « J’utilise de l’acétate de cellulose, notre matière principale. C’est une matière qui a fait ses preuves avec une bonne durée de vie. Certaines couleurs sont fabriquées à Oyonnax dans le Jura, d’autres en Italie. Une partie des composants en métal vient de France ou d’Allemagne. » En résumé, tout est franco-européen.

« Et, ajoute Marie-Victoire Chabat, tout ce qui va autour de la lunette est sourcé dans la région : l’étui est fait à Azur, avec des chutes de liners de piscine. La chaussette en tissu qui enveloppe chaque monture est fabriquée par FMS avec des chutes de maillots de rugby. » Quatre salariées travaillent dans l’atelier et l’entrepreneuse espère en embaucher deux autres avec la montée en puissance de la production. « L’idée, c’est de fabriquer 500 lunettes par mois et monter à 1 000. Nous avons eu un super accueil des opticiens qui les ont reçues. » Une histoire qui n’oublie pas que la marque Victoire d’Aqui(*), se veut ancrée dans le territoire. « C’est une marque d’ici. Sur nos branches est écrit : « Née sous les pins », avec les coordonnées GPS de l’atelier. » À la jeune chef d’entreprise désormais de retrouver ses talents de commerciale pour élargir la vente à toute la France. « Il y a 13 000 opticiens en France. On en vise 200 qui auront envie de raconter notre histoire. »

(*) Victoire Family Eyes est le nom de la société et Victoire d’Aqui le nom de la marque.