Couverture du journal du 22/05/2024 Le nouveau magazine

Komeet Technologies s’implante à Dax

Créée à Paris en 2021, l'entreprise de services du numérique spécialisée dans la donnée a ouvert en mars son premier centre de services régional dans les locaux de Pulseo.

© Komeet Technologies

Dax a remporté son match face à Bayonne… Après avoir hésité entre les deux agglomérations, c’est finalement dans la sous-préfecture landaise que Komeet Technologies a décidé d’installer son premier centre de services régional.

Créée à Paris en 2021, Komeet Technologies est une ESN pure player data… Ou entreprise de services du numérique spécialisée dans la donnée, pour celles et ceux qui ne sont pas nés avec le wifi intégré. « Nous apportons aux entreprises des solutions liées à la collecte, à la gestion, à l’analyse et à la valorisation de leurs données », explique Halim Daoumer, cofondateur et directeur général chargé du développement.

Avec sa trentaine de collaborateurs, Komeet Technologies aide les entreprises à tirer le meilleur parti de leurs données pour améliorer leur efficacité*. Les cas d’usage sont multiples : piloter la production en temps réel grâce à des capteurs installés sur les machines, proposer le meilleur moyen de communiquer à un client en fonction de ses habitudes de consommation, automatiser des tâches pour réduire les coûts de production…

DE MULTIPLES ATOUTS

Bien installée en région parisienne où elle réalise un chiffre d’affaires de 2 millions d’euros, Komeet Technologies a décidé de se développer dans le reste de la France. « Pour notre premier centre de services, nous visions la côte ouest », reprend Halim Daoumer. Et c’est donc Dax qui a remporté les suffrages. « Il y a d’abord eu une rencontre humaine avec Cédric Cavallo qui est dacquois depuis 2002. Data analyst, il est désormais directeur du centre de services. Nous avons également été très bien reçus par la communauté d’agglomération et par Pulseo, lorsque nous leur avons pitché le projet. Et la ville présente de nombreux atouts. »

Parmi les éléments du coup de cœur : le « maillage économique très intéressant entre tourisme, thermalisme, agroalimentaire et BTP », l’accessibilité « à seulement 3 heures 30 de Paris », la présence d’une école d’ingénieur (ESIEA) qui constitue « un vivier de talents potentiels à recruter » et la « qualité de vie » que Dax peut offrir. « C’est quelque chose qui est très recherché par nos collaborateurs. Depuis le Covid, beaucoup souhaitent s’installer dans des agglomérations à taille humaine. »

PROXIMITÉ

Cela explique certainement que les salariés soient plus fidèles en région que dans la capitale. « La durée moyenne de retenue d’un consultant est de trois ans à Paris et de sept ans dans une ville de taille moyenne », souligne Halim Daoumer. « Cela signifie qu’en nous installant à Dax, nous augmentons nos chances de bâtir une entreprise pérenne. » D’autant qu’en créant « un centre de services en dehors de Paris, les coûts d’exploitation, les loyers et les salaires sont moins élevés, ce qui améliore la rentabilité de l’entreprise. »

L’opération permet également à Komeet Technologies d’ouvrir de nouveaux marchés. « Les acteurs de la data ne sont pas présents à proximité et beaucoup d’entreprises locales ne sont donc pas adressées », note Cédric Cavallo. « Lorsqu’elles ont besoin de services comme les nôtres, elles peinent à trouver des consultants pour des missions de courte durée. En étant sur place, nous allons pouvoir accompagner les industries, PME et PMI quels que soient leurs projets. »

EN QUÊTE DE NOUVEAUX TALENTS

Avis aux professionnels de la data : Komeet Technologies est « en constante chasse aux nouveaux talents », affirme Halim Daoumer. Les recherches s’orientent vers des profils seniors expérimentés, tout en mettant « l’humain » en avant. « Nous nous voulons différenciants sur notre approche collaborateurs. » L’entreprise propose un modèle social plus équitable pour ses équipes avec une semaine de congés supplémentaire, un système d’intéressement dès la première année dans lequel 10 % des revenus sont partagés à parts égales entre tous les collaborateurs, quelle que soit leur ancienneté, et un modèle de management transparent et jeune (la moyenne d’âge des salariés de l’entreprise est de 33 ans). L’objectif est d’avoir le moins de turnover possible dans les équipes. « Plus les collaborateurs restent, plus les projets de nos clients sont stables et profitent des meilleures expertises. »