Couverture du journal du 18/09/2021 Consulter le journal

[ DOSSIER Étudiants entrepreneurs ] Samuel Deschamps, Purple Studio parie sur la vidéo

Agent cinéaste, Samuel Deschamps, 23 ans, est la tête de l’agence Purple Studio, spécialisée dans la production et la diffusion de contenus visuels. Son credo : capitaliser sur la montée en puissance des vidéos sur les réseaux sociaux.

Samuel Deschamps, Purple Studio

Samuel Deschamps, Purple Studio © Jpeg Studios

[ DOSSIER ] Étudiants entrepreneurs dans les Landes

Ils ont à peine 20 ans et créent leur emploi en lançant leur entreprise. Profil d’une génération qui ose avec Leslie Lacroix à la barre de Capitaine Study, Samuel Deschamps : Purple Studio parie sur la vidéo et Théo Fouasson, l’influenceur de l’e-sport.

Les images parlent d’elles-mêmes et la vidéo permet de donner un maximum d’informations en peu de temps ». Samuel Deschamps en est convaincu depuis son premier ordinateur et la découverte de la discipline au collège où ses premières réalisations attirent déjà l’attention. Son secret : « Même s’il y a toujours un canevas dans lequel on produit, j’aime le détail et mettre la technique à son service. » Le lancement de son agence Purple Studio, en 2019, dans le cadre d’un projet de la Métropole de Brest destiné à mettre en valeur, avec neuf films, les initiatives locales en matière de développement durable, constitue pour lui un premier tournant. « Il y a cette énergie quand on officialise l’activité en créant son entreprise. On fait un pas en avant », témoigne-t-il.

Son bachelor business management international à l’ISG de Bordeaux en poche, après une licence de mathématiques et informatique appliquées aux sciences humaines, il compte désormais se consacrer à son activité et saisir les opportunités pour la développer. Avec une stratégie clairement définie : « mettre une image sur le savoir-faire et les processus de fabrication des entreprises landaises. Bref, tout ce qu’on ne voit pas quand on achète un produit ».

Et les périodes de confinement ne l’ont pas freiné dans son élan. « Elles m’ont permis de prendre du recul, de me concentrer sur mon objectif et de développer deux offres abouties », positive ce Breton d’origine, désormais installé à Soorts-Hossegor. En proximité, sa formule de création audiovisuelle comprend la scénarisation, le tournage, le montage et la diffusion sur les réseaux sociaux. À distance, la formule Purple Box propose aux commerçants de filmer leurs produits pour habiller les pages Web de leur boutique en ligne. « L’objectif est de rendre accessible à tous un contenu dynamique qui permet de se différencier. La vidéo prend de plus en plus de place sur les réseaux sociaux.

Mettre une image sur le savoir-faire des entreprises

Les études récentes projettent qu’elle pourrait constituer 80 % des contenus d’ici 2022. Elle se révèle idéale pour prolonger l’expérience utilisateur, rapprocher le client de l’univers d’un restaurant ou d’un commerce et l’informer sur ce qu’il propose », argumente le chef d’entreprise. Parmi ses premiers clients, le restaurant La Paillote du lac, à Seignosse, lui a confié la création de son univers visuel et l’animation de ses pages Facebook et Instagram, qui réunissent déjà plus de 4 000 followers. Une expérience réussie qu’il s’apprête à reproduire avec La Boca, une enseigne de restauration rapide résolument positionnée hors des sentiers battus à Seignosse-le-Penon. Et s’il juge aujourd’hui, qu’il est indispensable de bien structurer les projets avant de les partager, il n’exclut pas à terme d’implanter de nouvelles agences sur le territoire national.

https://purplestudio-co.fr

La création de l’entreprise n’est qu’une étape

Le statut juridique

« La micro-entreprise. Elle ne demande pas de connaissances particulières sur les démarches administratives. Tout se fait facilement en ligne sur une plateforme, et il suffit de déclarer chaque année le chiffre d’affaires. Mais les compétences acquises sur la création d’entreprise au sein de mon cursus en école de commerce m’incitent aujourd’hui à opter pour une société plus structurée dans le cadre de mon développement. »

Les difficultés surmontées

« Quand on part de rien, il n’est pas toujours facile de convaincre les banquiers. Il faut affirmer son activité, créer la confiance en montrant qu’on arrive avec une offre sérieuse et une vraie volonté de se démarquer pour réussir. Mon expérience dans les associations étudiantes m’a beaucoup aidé, notamment pour me sentir plus à l’aise dans la prise de parole. L’engagement associatif c’est quelque chose de fort pour monter en maturité, devenir indépendant, se lancer dans un cursus professionnel. Même si après le collectif, il est plus difficile de s’engager seul. Mais c’est très stimulant d’être aux commandes et responsable. »

Les conseils aux futurs entrepreneurs

« Quels que soient les écueils rencontrés, continuer de croire en son projet. C’est ce qui permet de prendre du recul, de ne pas se laisser déborder et d’avancer. La création de l’entreprise n’est qu’une étape. Il faut toujours conserver l’objectif en ligne de mire. »