Couverture du journal du 02/07/2024 Le nouveau magazine

Saint-Paul-lès-Dax appel au mécénat pour le domaine d’Abesse

La ville de Saint-Paul-lès-Dax a fait l’acquisition de 130 hectares du domaine d’Abesse. Pour valoriser ce patrimoine en redonnant notamment vie à son jardin potager d’exception, elle lance une campagne de financement participatif. Explications avec Sylvie Péducasse, première adjointe au maire.

Sylvie Péducasse, Première adjointe au maire de Saint-Paul-lès-Dax abesse

Sylvie Péducasse, Première adjointe au maire de Saint-Paul-lès-Dax © H. R.

Les Annonces Landaises : Quel était l’objectif de la municipalité en se portant acquéreur du domaine d’Abesse ?

Sylvie Péducasse : La municipalité souhaite redonner ses lettres de noblesse au domaine d’Abesse en s’attaquant à un ambitieux projet de requalification du site qui s’échelonnera sur plusieurs années. L’objectif est de le rendre accessible à tous et d’y développer des activités respectueuses de l’environnement, sociales et solidaires, tout en assurant la préservation du patrimoine aujourd’hui en ruine. Première étape qui avait été suggérée par le collectif de femmes Djiguene et qui est ressortie lors de la première phase de consultation des habitants, la recréation du potager d’antan. Un groupe de travail que je préside a été constitué avec des élus, les services de la mairie, des citoyens, l’association Mana jËm et les Amis du vieux Saint-Paul. Mais pour avancer, il faut trouver des financements.

LAL : L’utilisation d’un outil de financement alternatif comme une plateforme de crowdfunding est pour le moins originale. N’est-ce pas faire porter au privé une initiative publique ?

S.P. : C’est vrai qu’avec la crise sanitaire, l’augmentation des prix de l’énergie, l’inflation, les collectivités connaissent une passe difficile. C’est aussi vrai pour certaines entreprises et de nombreux particuliers qui sont confrontés à des situations tendues. Notre choix de faire appel au financement participatif est surtout une volonté de donner aux Saint-Paulois, et aux autres, l’opportunité de s’engager personnellement dans un projet d’envergure qui apporte un supplément d’âme. Nous n’imaginions pas réserver ce projet à la collectivité. Et dans cet esprit, les Saint-Paulois sont également invités à participer très concrètement à des chantiers. Tous ceux qui veulent prêter main forte seront les bienvenus.

abesse

Petit bassin d’irrigation de l’ancien potager © H. R.

LAL : Quels arguments développeriez-vous pour stimuler la collecte de fonds ?

S.P. : C’est un site d’exception. Je crois que beaucoup ont à cœur de le voir revivre. Il y a une vraie fierté à participer à cette renaissance. C’est un projet sympathique, écologique, économique, solidaire. Pour certains, cela peut être un moyen de défiscaliser. Et, les contributeurs via la plateforme www.kisskissbankbank.com, reçoivent des contreparties intéressantes, voire amusantes.

Les Saint-Paulois sont également invités à participer très concrètement à des chantiers

LAL : À quoi servira la collecte ?

S.P. : Les 7 000 m2 de jardin maraicher originel et la parcelle de forêt qui abritera un parking de 48 places  ont été défrichés, en préservant les arbres d’intérêt. La collecte permet- tra, dans un premier temps, de pré- parer la terre et de clôturer. L’objectif est de 8 000 euros. Un deuxième palier, également de 8 000 euros, permettra d’acheter tout ce qu’il faut pour jardiner, composter, récupérer l’eau de pluie, ranger les outils et procéder aux premières plantations de végétaux, légumes, arbres et arbustes fruitiers. Enfin, un troisième palier de 9 000 euros permettra de planter en grand et d’équiper l’espace de mobilier d’accueil (tables, bancs, pergola…) afin de permettre au plus grand nombre de profiter du site.

ABESSE, UN SITE EXCEPTIONNEL

En périphérie de Saint-Paul-lès-Dax, au nord-ouest de la rocade, le site d’Abesse fut exploité dès le XVIIe siècle par des forgerons producteurs de fer venus du Pays basque. Le domaine connaît l’apogée de son activité sidérurgique au XIXe siècle alors que Bertrand Geoffroy, maître des forges, en est le copropriétaire. La forge ferme définitivement en 1901. On y trouve des vestiges de bas fourneaux et de hauts fourneaux qui produisaient de la fonte (bancs, marmites, croix qui ornent les sépultures dans le vieux cimetière de Saint-Paul-lès-Dax…).

La famille Boulard en fait l’acquisition et y reste jusqu’en 1984 où elle vend à la société LSA porteuse d’un projet de golf qui ne verra pas le jour. L’ensemble du domaine est acquis par le syndicat mixte réunissant le département des Landes et la commune de Saint-Paul-lès-Dax, et en 2022, la ville devient propriétaire de 130 hectares de ce site exceptionnel, en termes patrimonial, mais aussi en matière de flore et de faune, avec des plantes endémiques et des espèces rares et menacées.