Couverture du journal du 22/05/2024 Le nouveau magazine

Pauvreté : le rapport explosif du Ceser

NOUVELLE-AQUITAINE - Plusieurs représentants du Conseil économique et social environnemental régional (Ceser) ont présenté, en septembre dernier, à l’Hôtel de région un rapport intitulé « Enrayer la fabrique de la pauvreté en Nouvelle-Aquitaine ». Fruit de plus d’un an de recherches et de témoignages recueillis, ce rapport tire la sonnette d’alarme sur la situation rampante de la pauvreté dans notre région, mais dresse aussi des pistes pour essayer d’en sortir.

Ceser

© Shutterstock

La lecture de ce rapport ne laisse pas indemne car la réalité qu’il présente est d’une âpreté sans égale et inédite dans une région, la Nouvelle-Aquitaine, qui jouit pourtant d’une image plutôt positive de qualité de vie et de bien-être. Les données chiffrées sont aussi éloquentes qu’implacables : en 2022, 780 000 habitants et 20 % d’enfants néo- aquitains vivent sous le seuil de pauvreté.

105 000 DEMANDES DE LOGEMENTS SOCIAUX EN ATTENTE

Globalement , ce s ont entre 2,2 et 2,3 millions de Néo-Aquitains qui sont en-dessous d’un niveau de vie décent. Autre chiffre choc : quelque 120 personnes sont mortes dans la rue entre 2018 et 2022. Membre éminent du Ceser engagé depuis tant d’années dans le milieu associatif et ayant planché sur ce rapport, Élie Pédron dénonce de manière forte cette « pauvreté grandissante : il y a aujourd’hui entre cinq et 10 ans d’écart d’espérance de vie entre riches et pauvres ». Autre chiffre alarmant énoncé dans ce rapport : 105 000 demandes de logements sociaux sont en attente.

« ENTENDRE LA VOIX DE CEUX QU’ON N’ENTEND PAS »

Fruit d’un an de travail en 2022-2023, le rapport intitulé « Enrayer la fabrique de la pauvreté » s’appuie pour une large part sur la parole collective de personnes en situation de pauvreté, ainsi que sur une analyse de différentes dimensions qui caractérisent la pauvreté dans notre région (précarité au niveau du logement, de l’emploi et de l’accès aux droits sociaux, de la mobilité ou encore de la santé).

« Nous avons voulu entendre la voix de ceux que l’on n’entend pas », a déclaré la présidente du Ceser Nouvelle-Aquitaine, Emmanuelle Fourneyron.

« HALO DE PAUVRETÉ »

Dans ce rapport sont formulées plusieurs préconisations à l’adresse des acteurs publics en région (État, conseil régional et autres collectivités territoriales) mais également de la société civile (associations, milieux d’affaires…) elle-même.

L’une des plus essentielles, qui constitue le fil conducteur de ce travail, est de considérer non pas uniquement la statistique conventionnelle du « taux de pauvreté » mais plutôt le « halo » de pauvreté, qui témoigne d’une fragilité et d’une insécurité sociales assez largement diffuses. Il englobe un large champ de catégories sociales et une grande diversité de situations : jeunes ou personnes âgées, personnes privées d’emploi ou actifs (salariés et non-salariés), familles monoparentales ou personnes isolées, des plus précaires ou exclus aux classes moyennes… Et depuis la fin du Covid, le phénomène conjoncturel est devenu structurel et ne cesse de grandir touchant de plus en plus de Néo-Aquitains.

ASSOCIER LES PERSONNES CONCERNÉES

Le rapport invite en outre les pouvoirs publics à écouter et reconnaître la parole des personnes les plus directement concernées par l ’action publique de lutte contre la pauvreté, à les associer étroitement à la conception, à la mise en œuvre et à l’évaluation des politiques ou dispositifs qui leur sont destinés. Le Ceser considère que la réponse aux enjeux majeurs de transition écologique, énergétique, économique et technologique, doit absolument éviter d’aggraver les inégalités existantes et la relégation de toute une partie de la société, notamment de celles et ceux déjà les plus fragiles ou précaires.

Pour en savoir plus : https://ceser-nouvelle-aquitaine.fr/sites/default/files/2023-06/Ceser_Rapport_Pauvret%C3%A9_Final_web.pdf

DES PISTES POUR EN SORTIR

  1. Accélérer le rythme de construction de logements sociaux et très sociaux en Nouvelle-Aquitaine.
  2. Réquisition d’immeubles privés durablement inoccupés.
  3. Initier une expérimentation régionale d’inclusion par le travail et pour l’emploi, visant d’une part à garantir l’accès au travail et à l’emploi et d’autre part à mieux sécuriser les parcours professionnels, par un « pilotage expérimental de partenariats pour l’inclusion par le travail et pour l’emploi », mené par le conseil régional et impliquant Pôle emploi, les conseils départementaux, l’ensemble des structures d’insertion par l’économique, les branches professionnelles.
  4. Étudier la faisabilité d’une gratuité d’accès aux transports publics ; inciter à la mise en place de plans de mobilité interentreprises.
  5. Réhumaniser l’information sur l’accès aux droits et accentuer l’effort de lutte contre l’illectronisme et la fracture numérique.
  6. Permettre un égal accès à la santé globale pour tous.