Couverture du journal du 17/02/2024 Le magazine de la semaine

Le département s’engage

Pour lutter contre la crise du logement, le conseil départemental des Landes se dote de nouveaux outils et se mobilise aux côtés de l’État et de la Banque des territoires.

département logement

© Shutterstock

Face au nombre grandissant de recherches d’un toit, le président du conseil départemental, Xavier Fortinon, veut « amener tous les acteurs à réfléchir sur la façon de lever les freins du foncier, d’accompagner les constructions de logements en faveur des plus modestes et d’aider les jeunes à se loger ». Il a repris à l’occasion de ses vœux pour 2024, les objectifs de la Conférence départementale de l’habitat, au cours de laquelle ont été présentés, en octobre dernier, un diagnostic complet et les outils pour remédier à une situation complexe.

Des besoins de haute intensité

L’étude commandée avec la Banque des territoires à la coopérative Place dessine une carte des Landes hétérogène. Elle pointe notamment une croissance démographique marquée dans les communautés de communes Maremne Adour Côte Sud et du Seignanx, des besoins en logement de haute intensité (ces 10 dernières années, 3 300 logements ont été construits chaque année), une densification de l’urbanisation et des prix qui explosent le long du littoral ou du rétro-littoral. Sont également répertoriés 21 000 logements vacants et un gisement foncier de 3 089 hectares, soit un potentiel de 35 000 logements. Limité dans les agglomérations, ce gisement est conséquent sur le littoral nord et rare sur le littoral sud.

« Les difficultés augmentent actuellement en raison du resserrement de l’accès au crédit. Les plus touchés sont les jeunes actifs, les étudiants et les classes moyennes », observe la préfète, Françoise Tahéri, avant d’inciter « chaque propriétaire de logement vacant à le rénover ou à le vendre ».

département logement

© H.R.

Plus de logements sociaux

Dans son Plan départemental de l’habitat (PDH), élaboré avec l’État pour 2021-2027, le département se fixe pour objectif de construire et réhabiliter chaque année 700 logements locatifs sociaux et 350 logements en accession sociale à la propriété.

Pour satisfaire ces ambitions, il a décidé de renforcer ses moyens et de se doter de nouveaux outils. Sur la période 2021-2026, il consacre 21 millions d’euros (contre 15 millions d’euros initialement prévus) à la construction et à la réhabilitation de logements conventionnés, à la constitution de réserves foncières et à la garantie des emprunts des bailleurs sociaux. Cette année, une enveloppe supplémentaire de 1,5 million d’euros a été débloquée pour grossir la subvention accordée au bailleur social XL Habitat.

Une stratégie foncière « partagée »

La clé de la stratégie foncière du département repose sur l’anticipation de la raréfaction du foncier disponible programmée par la loi Climat et résilience. Il est impératif de constituer des stocks fonciers publics pour y construire les logements sociaux de demain. Dans les Landes, le foncier à bâtir appartient en grande majorité au secteur privé (80 % environ). Cependant, avec environ 20 % des terrains constructibles, la maîtrise foncière publique est non négligeable. Elle est largement portée par les communes. Le département propose donc de mettre à leur disposition l’étude réalisée par la coopérative Place, de les alerter sur la raréfaction programmée du foncier et sur la nécessité de valoriser les gisements existants. Dans cette logique, il a décidé d’accroître le rôle de l’Établissement public Landes Foncier, outil anti-spéculatif, afin qu’il contribue à hauteur de 15 à 20 % à la production de logements sociaux (160 à 210 logements par an) et d’en faire un acteur majeur de la stratégie foncière du département. Lionel Laborde, nouveau directeur de projet, a été engagé. Il aura en charge l’accompagnement des collectivités locales. Enfin, le département étudie avec la Banque des territoires la possibilité de créer un nouvel outil qui lui permettrait de porter du foncier sur du très long terme.