Couverture du journal du 06/06/2024 Le nouveau magazine

Grand-Dax Managers au côté des entrepreneurs

Depuis bientôt 10 ans, le technopôle dacquois Pulseo forme des entrepreneurs landais à gérer et développer leur société. Un accompagnement sur mesure avec des professionnels qualifiés. Plus d’une cinquantaine de dirigeants ont déjà été formés par Grand Dax Managers.

Grand Dax Managers

La formation se fait sur deux ans par petits groupes de six à 10 personnes © Jpeg Studios

La huitième promotion va être lancée en octobre pour une nouvelle session de deux ans comptant au total 48 jours de formation sur la politique d’entreprise, la stratégie, les finances, la comptabilité, le management, le marketing ou le droit, avec une quinzaine d’intervenants spécialisés (entrepreneurs, avocats d’affaires, banquiers, experts-comptables…). « Nous avons choisi de faire des formations étalées dans le temps pour que les dirigeants aient la possibilité d’intégrer les nouvelles compétences et tester ce qu’ils apprennent dans l’entreprise », explique Txomin Ansotegui, directeur de Pulseo qui gère la formation Grand Dax Managers (GDM).

MÊLER START-UP ET ENTREPRISES CLASSIQUES

L’idée de départ est limpide : « Il n’y a rien de plus exigeant que de gérer une entreprise et il y avait un trou dans la raquette sur le territoire en matière de formation, selon lui. À Pulseo, nous avions cette activité historique de pépinière d’entreprises innovantes avec des porteurs de projet qu’on arrivait à accompagner sur le développement de leur produit ou service mais ça péchait souvent sur la commercialisation, la capacité à gérer des équipes, etc. »

Dès le départ, la volonté a été de mixer des jeunes dirigeants issus de la pépinière et d’autres entrepreneurs du territoire en manque de compétences (autodidactes, enfants de patrons d’entreprise, conjoint(e)s de dirigeants occupant des places de seconds…). D’où la création de petits groupes de six à 10 personnes mêlant start-upers du numérique et profils plus classiques (commerce, bâtiment, etc.), permettant de s’ouvrir les portes de nouveaux réseaux.

Plus d’une cinquantaine d’hommes et de femmes y ont déjà été formés dans tous les secteurs d’activité : société de transport, d’abattage de poulets, chocolatier, peintre en bâtiment, courtiers en assurance.

GDM ne professe pas des cours à proprement parler : « On amène les dirigeants à auditer leur propre entreprise, comprendre ce qui fonctionne ou pas, comment se diversifier, augmenter sa rentabilité, et se projeter avec un prévisionnel incluant les moyens humains, financiers et matériels à mettre en œuvre », poursuit Txomin Ansotegui alors que, « seuls, beaucoup ont du mal à lever la tête du guidon pour ce travail d’introspection souvent nécessaire. »

Grand Dax Managers

Jean Noguera est un des formateurs piliers de GDM © Jpeg Studios

LUTTER CONTRE L’ISOLEMENT DE L’ENTREPRENEUR

Avec leur expérience professionnelle riche, Jean Noguera et Béatrice Le Garrères sont les piliers des formateurs GDM qui aident les entrepreneurs, dans la transmission et l’écoute. « C’est important d’être bien entouré parce que c’est un métier d’être dirigeant », témoigne Angélique Lagardère, ex-« étudiante » GDM et cogérante d’une société de construction : « Quand on a repris CDM (Construction de Maremne-Créateur de maisons), ça nous a permis de faire un audit complet et de finir par acheter l’entreprise au bon prix. On a aussi pu établir une vision sur trois ans avec des objectifs aujourd’hui quasi tous atteints. » Depuis la fin de la formation, « Jean et Béa » continuent d’ailleurs de les conseiller sous une autre forme.

On nous a donné tout un tas de clefs techniques pour bien se développer

Sylvain Tarrance, lui, venait d’intégrer la couveuse Envoléa à Pulseo quand il est entré à GDM, il y a sept ans. « On était, avec mon associé Jean-Baptiste Quesnel, en cours de création de société. Avec nos formations d’ingénieurs techniques généralistes, on ne connaissait pas grand-chose à la gestion d’entreprise. Échanger avec d’autres personnes enrichit considérablement la manière de réfléchir, fait se poser les bonnes questions. Et on nous a donné tout un tas de clefs techniques pour bien se développer. »

En quelques années, Quest Innov, leur société de systèmes d’aides numériques à la logistique pour industriels de l’agroalimentaire, a embauché cinq salariés et ses clients au départ très Sud-Ouest, se trouvent désormais aussi en Alsace, en Europe de l’Est et en Turquie. Pour peaufiner ses connaissances, Sylvain Tarrance vient, ces derniers mois, de suivre la version courte « GDM+ », sur la valorisation d’entreprise et la responsabilité sociétale. Une façon aussi de « lutter contre l’isolement du dirigeant » comme il le fait également en tant que coprésident de l’association GDM, créée pour continuer à réseauter entre anciens, de visite d’entreprises en soirées et sorties conviviales.