Couverture du journal du 06/08/2022 Consulter le journal

Les centres-villes anciens face aux enjeux climatiques

Dax accueillait, début juillet, la 4e édition du congrès des Sites et cités remarquables de France. Valorisation du patrimoine, revitalisation, nature en ville étaient au menu.

centres-villes

Le Splendid © J. D.

L’année 2022 marque le 60e anniversaire de la loi Malraux qui a créé les secteurs sauvegardés, une date essentielle dans l’histoire de l’urbanisme patrimonial et la création d’outils de protection et de valorisation des centres anciens, via notamment des incitations fiscales. Depuis sa création en 2000, l’association Sites et cités remarquables de France qui réunit 2 000 communes, soit 13 millions d’habitants, œuvre à « un faisceau d’actions qui débouchent sur une démarche globale autour de l’économie touristique. Une majorité de touristes viennent en France pour un motif patrimonial ou culturel », a expliqué son président Martin Malvy, dans le fumoir de l’hôtel Art déco, le Splendid, principal lieu des débats.

RENDRE LES CENTRES DÉSIRABLES

Cet attrait, la plupart des communes l’ont déjà bien compris, à l’image de Saint-Sever, classée Site patrimonial remarquable. La ville s’est aussi engagée dans le programme national « Petites villes de demain » pour revitaliser son cœur de ville, comme d’autres communes landaises. Des revitalisations qui doivent s’imaginer désormais en intégrant les enjeux climatiques et écologiques. « Nous tirons la sonnette d’alarme. Aujourd’hui, il y a encore beaucoup d’insouciance et d’inconscience sur les conséquences du réchauffement climatique », a fait valoir Martin Malvy : « Si on ne rend pas la ville désirable quand la température monte de trois à quatre degrés, on ne créera pas l’activité nécessaire. » Comment renaturer les centres anciens ? Comment travailler sur ces questions en préservant la qualité du bâti qui ne peut esthétiquement supporter d’isolation par l’extérieur ? Comment faire revenir les habitants dans les cœurs de ville ? Autant de questions évoquées par les 450 congressistes pendant deux jours.

Il faut retrouver des espaces verts, de l’accessibilité, des services pour attirer les gens en centre-ville

« On ne peut pas parler de renaturation sans savoir comment faire pour arroser pendant les mois de sécheresse. L’été dernier, sur le territoire Adour-Garonne, il a fallu livrer de l’eau à domicile dans plus de 100 villes ! Il faut mesurer ça dans l’adaptation de la politique de la ville », selon Martin Malvy. « Certaines villes sont minées avec des quartiers entiers désertés. Il faut retrouver des espaces verts, de l’accessibilité, des communications, des services pour attirer les gens au centre. »

centres-villes

De gauche à droite : Martine Dedieu, adjointe au maire de Dax, Martin Malvy, président de Sites et cités remarquables de France et Marylise Ortiz, sa directrice © J. D.

À Dax, classée Ville d’art et d’histoire en 2019, le projet urbain à l’horizon 2035 se réfléchit à l’aune de ces enjeux. Plantation d’arbres lors des rénovations de places, restauration de logements… Dans cette ville thermale gallo-romaine, il y a pléthore de studios et T2 pour curistes : lors des réhabilitations d’immeubles anciens, « nous demandons aux prestataires de faire des logements plus grands pour faire revenir des familles avec enfants en centre-ville », assure Martine Dedieu, adjointe à la culture, au tourisme et au thermalisme.

https://www.sites-cites.fr/