Couverture du journal du 12/04/2021 Consulter le journal

Sécurité privée : la vidéo en pointe

Sur le marché concurrentiel de la sécurité privée dominé par les poids lourds nationaux, les PME landaises s’adaptent en investissant sur de nouveaux marchés. Avec le développement des caméras intelligentes dans l’objectif.

Sécurité privée

© Shutterstock

Face aux annulations des événements culturels, des rencontres sportives et autres grands rassemblements, les entreprises de la sécurité privée ont connu en 2020 une baisse de leur chiffre d’affaires estimée entre 30 % et 50 % par la Fédération française du secteur. « Les sociétés spécialisées dans le gardiennage qui avaient choisi de se concentrer sur l’événementiel risquent d’avoir du mal à se relever, mais les retombées sont loin d’être uniformes. Celles qui avaient diversifié leur activité entre surveillance humaine et télésurveillance parviennent à limiter les dégâts », tempère Christian Laffont, fondateur en 1997 d’Action Sécurité à Saint-Geours-de-Maremne (45 salariés), une structure initialement spécialisée dans le gardiennage qui se développe désormais dans la télésurveillance et la formation incendie. Dans les Landes, sur ce marché concurrentiel, dominé au niveau national par les poids lourds comme Sécuritas, Protectas sécurité, les PME locales parviennent à tirer leur épingle du jeu. « Le département reste un marché rural où les dirigeants d’entreprises, de sites touristiques ou de centres commerciaux aiment identifier à qui ils confient la sécurité des biens et des personnes. Ils attendent de la performance mais aussi de la disponibilité et de la réactivité. Si les entreprises locales captent 90 % de ce marché, elles commencent à décrocher des contrats avec les sites industriels sur lesquels les grands groupes détenaient jusqu’ici 70 % des contrats », observe-t-il.

© D. R.

Même point de vue chez Khéops Sécurité (80 salariés), qui, depuis Soorts-Hossegor, rayonne sur les Landes, les Pyrénées-Atlantiques, la Gironde et l’Île-de-France. Passé dans le giron du groupe Francilien Scutum, en février 2020, au départ à la retraite de son fondateur, Antoine Arbide, ce spécialiste de l’alarme, la télésurveillance et la vidéoprotection a connu des progressions annuelles de son chiffre d’affaires entre 10 % et 15 % au cours des 10 dernières années, à parts égales entre ses 12 000 clients particuliers, professionnels et institutionnels. Une tendance confirmée en 2020 : « Pendant le premier confinement, la recrudescence des cambriolages dans les entreprises, les commerces ou sur les chantiers a incité de nouvelles entreprises à s’équiper en alarmes et en vidéosurveillance », note la direction.

Caméras intelligentes

Et, sur le marché des systèmes de protection électronique, la vidéo se taille désormais la part du lion, avec 75 % du marché, et devance les alarmes et contrôles d’accès. « Les caméras intelligentes, reliées à de véritables petits ordinateurs en fonction des problématiques de chaque secteur d’activité, sont en plein essor », observe Christian Laffont. Dans les collectivités, pour la surveillance des bâtiments publics ou des événements. Dans les grandes surfaces, pour garantir la mise en œuvre du plan Vigipirate, lutter contre la vente à l’étalage, assurer le comptage des clients ou la gestion du parking. Dans l’industrie chimique, avec des caméras thermiques, pour la surveillance de la température des liquides inflammables. Si, couplées à des logiciels d’intelligence artificielle, les caméras à reconnaissance faciale en temps réel, sont toujours interdites en France, le règlement européen sur la protection des données (RGPD) assurant la protection des citoyens européens, des expérimentations encadrées ont déjà eu lieu à Nice, Cannes, Marseille ou Metz. Et dans la mesure où la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil) n’exclut pas de les autoriser dans le cadre des Jeux Olympiques 2024, les fabricants se positionnent d’ores et déjà sur la ligne de départ de ce marché estimé en France à 7 milliards d’euros.

RBCA Systems connectée

Avec la marque RBCA Systems, créée fin 2018 à Saint-Geours-de-Maremne, Action Sécurité Télésurveillance diversifie son activité et multiplie les objets connectés pour veiller sur la sécurité. Kits d’alarme sans abonnement, visiophones ou caméras de surveillance, reliés aux smartphones pour les particuliers, avec SAV et tutos à la clé, sont désormais déployés dans les magasins de bricolage des Landes et des Pyrénées-Atlantiques. Pour les professionnels, au-delà des systèmes d’alarme et de vidéo classiques, la marque élargit désormais son domaine d’intervention en équipant les parkings de centres commerciaux de systèmes de gestion intelligents permettant aux visiteurs d’être guidés vers leur place de stationnement. « Dès la fin du premier confinement, en mai dernier, nous nous sommes adaptés aux besoins en mettant en place des caméras de comptage de clients sur les surfaces de vente », souligne Jessica Zuerras, directrice de la structure. L’équipe explore actuellement des solutions destinées aux exploitations agricoles victimes de vols de matériel, de carburant ou de maltraitance sur les animaux.

Ces caméras fixes ou à 360° alimentées en wifi grâce à des panneaux solaires actuellement en test pourraient également être développées pour le secteur du BTP.