Couverture du journal du 06/06/2024 Le nouveau magazine

Planfor, un champ infini d’innovations

À Uchacq-et-Parentis, la pépinière Planfor investit dans la recherche et le développement pour produire plus et mieux, tout en assurant le bien-être de ses équipes.

Planfor

© Planfor

Souvent, lorsqu’une entreprise témoigne de « ce qui fait son ADN », le plan de communication parfaitement huilé n’est pas loin. Mais quand Christophe Ballarin assure que « l’innovation fait partie de l’ADN de Planfor », il ne fait qu’énoncer une évidence. C’est en effet sur une toute nouvelle technologie qu’ont été créées, il y a 40 ans, les pépinières qu’il dirige aujourd’hui…

En 1983, son père Jean-Antoine, alors jeune technicien forestier, achète le premier lot de graines de pin génétiquement améliorées par l’Inra (Institut national de la recherche agronomique). Dans le massif, beaucoup sont perplexes, mais lui croit immédiatement au potentiel de ces nouvelles semences pour augmenter la rectitude et la croissance des arbres adultes. Il crée Planfor à Uchacq-et-Parentis et cultive 300 000 plants forestiers qui trouvent immédiatement preneurs. Dès lors, la production ne cesse d’augmenter. Boostée par les tempêtes de 1999 et 2009, elle atteint aujourd’hui entre 14 et 16 millions de mottes chaque année.

Christophe Ballarin, PDG de Planfor

Christophe Ballarin, PDG de Planfor © Sébastien Chebassier

SUPPORT DE CULTURE PRIMÉ PAR L’ANVAR

Dans l’intervalle, la recherche et le développement ont permis à Planfor d’améliorer sa production. La mise au point d’un support de culture hors-sol pour plants forestiers lui vaut de décrocher le Grand Prix de l’innovation industrielle de l’Anvar (Agence nationale de valorisation de la recherche) en 1993. Grâce à ses parois ajourées, le système racinaire des plants se développe mieux, ce qui assure une meilleure reprise des arbres chez les sylviculteurs.

Parallèlement, l’amélioration génétique se poursuit. En 2006, Planfor installe un verger à graines de troisième génération sur 17,6 hectares à Carcans (Gironde). Les pins issus de ces semences (utilisées depuis l’automne 2013) produisent

10 à 15 m3 de bois par hectare et par an, soit trois fois plus que dans les années 1970. « Et les premiers plants produits à partir des vergers à graines de quatrième génération sont attendus à l’automne 2024 », se réjouit Christophe Ballarin.

DE LA CARTE IGN AU DRONE

Si la production de pins maritimes constitue toujours une grosse part de l’activité de Planfor, l’entreprise familiale a su se diversifier. Pour développer ses ventes, elle a créé le service Forêt-Bois. « Au départ, nous ne proposions que du reboisement, mais aujourd’hui, nous couvrons tous les besoins des propriétaires forestiers, de la graine à la mobilisation de leurs bois », explique Pierre Berges, co-responsable du service.

Là encore, les innovations ont accompagné la croissance de l’activité. « Avant 2009, nous travaillions exclusivement à partir de cartes IGN, rappelle Arnaud Darrieulat, l’autre responsable du service. Après la tempête, nous avons développé en interne un système de cartographie informatique pour gérer tous nos chantiers. » Ses améliorations successives en font aujourd’hui un outil de suivi extrêmement utile pour le pilotage en temps réel des parcelles des clients. Les derniers investissements réalisés en 2022 dans des drones et un logiciel de traitement d’images permettent de réaliser des survols de propriétés et de proposer des plans d’intervention précis, notamment après un incendie.

DANS LE TOP 10 DES JARDINERIES FRANÇAISES EN LIGNE

Croire que Planfor se limite au domaine forestier serait toutefois une erreur. En 2005, un an après avoir pris la suite de son père à la tête de l’entreprise, Christophe Ballarin décide de créer un site de vente en ligne de végétaux, destiné au grand public. « Personne ne croyait au projet, se souvient-il. L’e-commerce en était à ses balbutiements. Quant aux transporteurs, ils ne savaient pas comment livrer des plantes aux particuliers. Mais nous avons tenu bon ! »

Un peu moins de 20 ans plus tard, le site se classe dans le top 10 des jardineries françaises en ligne. Il a séduit 550 000 clients uniques depuis ses débuts et expédie plus d’un million de végétaux par an à travers toute l’Europe. « Nous avons adapté nos process à ce métier de détaillant et nous avons développé un savoir-faire concernant l’expédition d’êtres vivants fragiles », glisse Nicolas Vichet, directeur de l’activité commerce.

Les investissements dans des serres adaptées aux agrumes, aux plantes méditerranéennes et aux plantes d’intérieur permettent de proposer un large choix de variétés. De la plante en pot de 2 litres aux grands arbres de 2 mètres, quelque 3 000 références végétales sont disponibles… dont 50 % sont produites par Planfor.

Les pépinières qui ne produisaient initialement que du pin ont donc largement élargi leur gamme.

« Désormais, nous cultivons 200 à 300 variétés différentes chaque année, sur 15 hectares de surface agricole utile », détaille le directeur de l’activité, Jean-Marc Bonedeau. Le support de culture primé en 1993 a été décliné en plusieurs modèles pour s’adapter à tous types de cultures. Et de gros efforts sont faits pour rendre la production la plus vertueuse possible. Planfor est d’ailleurs labellisée Plante Bleue, certifiant que l’entreprise met en œuvre des pratiques respectueuses de l’environnement (utilisation raisonnée des produits phytosanitaires, désherbage exclusivement mécanique et manuel, gestion précise de l’eau d’arrosage…).

« LE POUMON DE PLANFOR, CE SONT SES ÉQUIPES »

Pour assurer ses différents métiers générant 13 millions d’euros de chiffre d’affaires par an, Planfor emploie 110 équivalents temps plein. « Et nous doublons nos effectifs au printemps, lorsque l’activité est au maximum », précise le PDG, Christophe Ballarin. Les difficultés actuelles de recrutement de main-d’œuvre ne touchent pas l’entreprise. « Nous exerçons des métiers passion, des métiers qui ont du sens. Nous participons à quelque chose qui est plus grand que nous et qui est utile pour la planète. Je pense que c’est ce qui explique que nous continuons à attirer des talents. » La politique de ressources humaines menée au sein de Planfor n’y est certainement pas étrangère non plus. « Le poumon de Planfor, ce sont ses équipes.

Sans elles, nous ne serions rien. Quand certains craignent les lanceurs d’alerte, nous considérons nos salariés comme de potentiels lanceurs d’idées. C’est à travers eux que la culture d’innovation de l’entreprise se développe. » Les 3 millions d’euros investis sur les quatre dernières années (dont 500 000 euros financés par le plan France Relance) l’ont ainsi été, en grande partie, à la suite d’idées des équipes.

« Aujourd’hui, nos innovations sont autant tournées vers l’extérieur, c’est-à-dire nos clients, dans une recherche permanente d’amélioration de l’expérience utilisateur, que vers l’intérieur, c’est-à-dire nos salariés, avec comme objectif une meilleure qualité de vie au travail. » L’ergonomie des postes est notamment prise très au sérieux. Les planteurs ont ainsi été équipés de cannes à planter et de harnais sur mesure, ainsi que de portoirs et autres quads pour diminuer la pénibilité de leur travail, tandis qu’une application interne a été développée pour géolocaliser les plantes pour les préparateurs de commandes.