Couverture du journal du 18/09/2021 Consulter le journal

[ Nouvelle-Aquitaine ] Hôtellerie de plein air : Star de l’été

Les établissements d’hôtellerie de plein air haut de gamme s’ouvrent à de nouveaux publics avec la crise sanitaire. Individualisation et augmentation de la taille des espaces de vie mais aussi prestations de luxe sont les maîtres-mots de cette saison d’été pour laquelle ils ont maintenu leurs investissements. Marc Canavaggia, directeur général de la chaîne de campings Sunêlia, dont le siège est à Bruges, et Bruno Carriquiry, directeur du camping landais Sylvamar, nous dévoilent leurs tendances 2021.

camping sunelia

© D. R.

Après une nouvelle année placée sous le signe de la crise sanitaire et des confinements successifs, près de 37 millions de Français devraient partir en vacances cet été selon les données de Protourisme. Et si 20 % d’entre eux ont choisi comme hébergement le camping, nombreux sont ceux à privilégier la qualité et l’intimité. Deux notions qu’ont bien compris le réseau de campings indépendants 4 et 5 étoiles Sunêlia, dont le siège social se trouve à Bruges, en Gironde, et le camping 5 étoiles Sylvamar (franchise du groupe Yelloh!), situé à Labenne, dans le sud des Landes. Équipées de spas avec zones humides, sauna, hammam, salles de soins ; de différents hébergements éclectiques pouvant accueillir de 2 à 18 personnes, comme une cabane dans les arbres pour les amoureux chez Sylvamar ou chez Sunêlia des « Toues-cabanées », barges flottantes équipées de structures d’hébergements sur le lac de Serre-Ponçon ; ou encore de sommiers et matelas à mémoire de forme spécialement conçus pour la marque Sunêlia ; ces hôtelleries de plein air ont en commun une obsession : offrir des prestations toujours plus haut de gamme et obtenir la satisfaction de leurs clients.

Room service

Marc Canavaggia

Marc Canavaggia, directeur général de la chaîne de campings Sunêlia © D. R.

Et « ce n’est pas un vain mot », assure Marc Canavaggia, directeur général de Sunêlia, qui envoie chaque année 20 000 questionnaires satisfaction à ses clients et fait réaliser des audits qualité dans ses établissements. « Grâce à cela, nous avons pratiquement en permanence la vision de ce qu’il faut faire dans nos campings pour améliorer la satisfaction et la qualité dans son ensemble. C’est une vraie démarche de fond », insiste-t-il.

C’est notamment pour cela que l’on retrouve chez Sunêlia des services dignes d’hôtels étoilés, comme un système de room service avec livraison de plats, petits déjeuners ou planchettes apéritives. « Nous avons réalisé d’importants investissements sur la partie restauration. Un chef étoilé nous conseille, et nous organisons chaque année avec des MOF, des champions de France de pizza… des stages de formation pour nos chefs, notamment au Basque Culinary Center à San Sebastian, et même un concours de recettes avec un jury de professionnels du secteur », précise Marc Canavaggia. « Pour nous, il n’y a pas d’expérience de vacances de qualité s’il n’y a pas une restauration de qualité et le plaisir de la table ».

L’on retrouve chez Sunêlia des services dignes d’hôtels étoilés comme un système de room service avec livraison de plats et petits déjeuners

Le luxe résidant dans les détails, Sylvamar propose pour sa part depuis cette année un petit objet high-tech : des bracelets connectés qui permettent à leurs détenteurs de tout oublier mais de pouvoir néanmoins accéder au parc aquatique, d’ouvrir la porte de leur mobile-home à serrure connectée, mais aussi de payer leurs achats dans les commerces de l’établissement.

 

jacuzzi-landes-camping-oyats

Jacuzzi Camping Les Oyats © D. R.

Les gens veulent être dans des univers confortables et peu contraints

Espace et sérénité sanitaire

Si les taux de remplissage de ces campings hauts de gamme sont des plus élevés cet été, avec une clientèle principalement française, constituée pour partie de nouveaux clients (les habitués étrangers n’ayant pas encore fait leur retour), Sunêlia et Sylvamar n’ont pas lésiné sur les investissements en 2021 pour augmenter encore le niveau des prestations proposées. Et répondre à la quête d’espace et de « sérénité sanitaire » des clients, note Bruno Carriquiry, directeur de Sylvamar. « Les gens veulent être dans des univers confortables et peu contraints, avoir de l’aisance ». Pour générer de l’espace, il a ainsi eu l’idée de limiter le nombre de couchages dans certains mobile-homes, pour que chacun y ait sa chambre.

 

« Nous avons testé ce produit qui propose 3 chambres et 3 salles de bain pour 4 personnes l’année dernière, et il rencontre un franc succès. Nous allons donc doubler notre parc en 2022 », annonce-t-il. Sylvamar a également prévu d’augmenter l’espace extérieur alloué à chaque famille, « pour donner à notre clientèle la chance de pouvoir vivre en dehors de son mobile-home, sur sa parcelle, avec sa terrasse, sa cuisine extérieure… et cela en toute intimité avec des pare-vues ».

 

Depuis l’éclatement de la crise, « les clients souhaitent aussi disposer de sanitaires privés sur leur emplacement. C’est pourquoi nous proposons cette année des petits mobile-homes complémentaires » avec salle de bain et toilettes, réfrigérateur et sèche-serviettes, détaille Bruno Carriquiry. Même chose chez Sunêlia, qui a fait installer des petits blocs sanitaires individuels, avec pour certains un lave-vaisselle, un lave-linge. « C’est une nouveauté que les gens ont découvert l’année dernière et dont ils ne peuvent plus se passer ! », assure Marc Canavaggia.

 

Restaurant

© D. R.

« Esprit tribu »

Cette tendance à l’entre-soi, à l’idée de se retrouver avec ses proches, a également inspiré aux deux entités un nouveau produit : « l’archipel » chez Sylvamar et « la villa » chez Sunêlia. Des emplacements entre 240 m2 (chez Sunêlia) et jusqu’à 750 m2 (à Labenne), comptant trois espaces nuit avec salle de bain et un grand espace commun de jour, organisés autour d’une terrasse tout équipée avec salons de jardins, planchas, jacuzzi et même piscine privative… le tout pouvant accueillir entre 10 et 18 personnes, avec « un niveau de luxe assez poussé », précise Marc Canavaggia, qui poursuit : « il s’agit d’une nouvelle manière de penser l’accueil des familles, de réunir des familles recomposées ou multi-générationnelles », « dans un esprit tribu », complète Bruno Carriquiry. Ce produit rare – il en existe deux à Labenne et un chez Sunêlia, qui devrait développer « la villa » dans ses campings les plus premiums – et « permettant de se retrouver dans une bulle, à l’écart du reste du camping, avec de l’intimité pour chacun », connaît également un important succès cette année.

CAMPINGS SYLVAMAR : FICHE TECHNIQUE

entrée amphi

© D. R.

Propriétaire et fondateur : Luc Dulayet

Date de création du camping : 1990

800 places et 250 emplacements nus

Capacité : 3 000 personnes
Franchise 5 étoiles du groupe Yelloh! (93 campings)

Effectifs en haute saison : 150 à 200 personnes

CA 2020 : 5,6 millions d’euros (en baisse de 30 % par rapport à 2019)

CA prévisionnel 2021 : 7 millions d’euros

15 millions d’euros d’investissements

Au total, Sunêlia a investi pas moins de 15 millions d’euros dans ses établissements en 2021. Soit le même montant que les années précédentes. « Au mois de mars 2020, nous avons réuni tous nos campings et nous avons décidé ensemble de ne renoncer à aucun projet, de continuer à investir, d’acheter des mobile-homes à nos partenaires constructeurs… Nous avons fait un plan sur 2020-2023 afin de ne pas prendre de retard sur nos investissements structurels », souligne Marc Canavaggia. C’est cela l’avantage du groupe, et c’est ce que recherchent les campings indépendants qui intègrent la chaîne Sunêlia : ils peuvent également profiter de formations et séminaires, d’outils digitaux mutualisés, de tout l’aspect marketing, mais aussi « de bonnes idées qui font ensuite école. Nous sommes un réseau qui apprend par capillarité : l’un teste le produit, si ça fonctionne, on l’installe dans plusieurs campings l’année suivante ».

Dynamique du groupe

Cette même logique a poussé Sylvamar, qui appartient toujours à son fondateur Luc Dulayet, à devenir une franchise du groupe Yelloh!. « Nous versons un pourcentage de notre chiffre d’affaires au groupe, et pouvons profiter en contrepartie d’une puissance de communication, d’une centrale de réservation et d’une présence importante sur internet. C’est également un gage de qualité à laquelle nous nous engageons en signant une charte », indique Bruno Carriquiry, son directeur. Grâce à la dynamique du groupe, Sylvamar a pu facilement modifier ses conditions générales de vente, y ajouter des garanties annulation et limiter le montant des acomptes à verser pour réserver ses vacances.

 

Une obligation qui s’est imposée à tous les professionnels du secteur du tourisme. Et que les campings Sunêlia avaient anticipé il y a déjà plusieurs années, en proposant la garantie annulation (sur présentation de justificatifs « sans frais et sans formalités »), mais aussi « l’offre soleil » : si pendant le séjour, le client n’a pas un nombre d’heures d’ensoleillement minimum, Sunêlia lui rembourse 100 à 200 euros sous forme d’avoir pour son prochain séjour. « Souvent, les gens ne s’y attendent pas, et en général, ils l’utilisent. C’est une manière de fidéliser la clientèle, sans obligation d’achat », estime Marc Canavaggia.

Sport, nature et divertissements

Pour la saison 2021, les établissements d’hôtellerie de plein air ont aussi particulièrement travaillé l’offre d’activités proposées à leurs clients. « On a vraiment senti que les gens avaient envie de prendre soin d’eux, de sortir de cette sensation d’avoir été enfermés pendant des mois. Le camping est une très bonne solution à ce besoin de liberté et de retour à la nature », explique le directeur général de Sunêlia, qui propose des activités pour chacun : couples, parents, enfants, adolescents, ensemble ou séparément. La marque a ainsi misé sur le vélo-tourisme, avec deux sites spécialisés sur le vélo haut de gamme dans les Vosges et aux Trois Vallées, qui ont monté leur boutique et tous les services associés. « Le vélo est une vraie tendance cette année. Et plus généralement la pratique du sport et le bien-être », note Marc Canavaggia. Pour permettre aux parents d’en profiter pleinement, le site Interlude de l’Île de Ré a même ouvert une crèche certifiée PMI (Protection maternelle et infantile), et les campings Sunêlia proposent une offre ludo-éducative « pour que les enfants puissent passer des vacances intelligentes », avec des clubs bilingues, des activités créatives et autour de la nature.

 

Bouées sylvamar

© D. R.

Nous avons décidé de ne renoncer à aucun projet et de continuer à investir – Marc CANAVAGGIA, DG de Sunêlia

C’est sur le divertissement que s’est pour sa part concentré Sylvamar, avec d’importants investissements réalisés dans le parc aquatique, dont la surface a été doublée. « Nous avons ajouté une attraction majeure au cœur du parc, qu’on appelle le volcan. Cet énorme cratère monte à plus de 16 mètres de haut et à l’intérieur, dans une piscine de 500 mètres carrés, nous avons recréé le bouillonnement d’un volcan, avec des jets d’eau, des geysers, des bains bouillonnants, des cascades et un toboggan aquatique haut de 15 mètres. Nous avons aussi créé une rivière tout autour. Les clients sont très impressionnés », assure Bruno Carriquiry. Le cratère de ce volcan abrite également une scène qui peut accueillir des spectacles à la fois terrestres et aquatiques, avec son et lumière, faisant face à un amphithéâtre couvert de 800 places.

GROUPE SUNÊLIA : FICHE TECHNIQUE

camping-sunelia-les-embruns-vue-aerienne

© D. R.

Président et fondateur : Alain Faveau

Date de création du réseau : 2005

11 000 emplacements avec 7 000 hébergements locatifs
Répartis dans une trentaine de campings 4 et 5 étoiles dont 7 en Nouvelle-Aquitaine (île de Ré, pointe du Médoc, Lège-Cap-Ferret, Landes, 2 au Pays basque, Dordogne)

Effectifs en haute saison : environ 1 250 personnes

CA 2020 : 70 millions d’euros (en baisse de 25 %)

Écoresponsabilité

Autre engagement fort cette année pour les campings hauts de gamme : l’écoresponsabilité. « Nous ne sommes pas encore écolabélisés mais c’est la prochaine étape. Et nous disposons déjà de plus 700 mètres carrés de panneaux photovoltaïques, qui nous permettent de produire 10 à 15 % de notre consommation électrique », explique Bruno Carriquiry, dont l’établissement a aussi mis en place des économiseurs d’eau, et inauguré en 2018 une chaudière à bois, qui fonctionne avec du bois local déchiqueté, pour chauffer les espaces aquatiques et les sanitaires. « Le respect de l’environnement fait partie de notre ADN : on a du mal à imaginer un beau camping qui ne mettrait pas en avant des espèces de végétation locales. Même nos mobile-homes atteignent un niveau de recyclage des matériaux très élevé », indique quant à lui Marc Canavaggia. « La notion de respect de l’environnement, de sa protection et de sa mise en valeur figurent implicitement dans la notion de qualité. C’est intégré dans nos logiciels de développement », martèle le directeur général de Sunêlia, dont les sites ont l’obligation, imposée dans leur contrat de licence, d’avoir a minima le label Clef Verte.

 

Autant d’éléments que Sunêlia et Sylvamar avaient déjà intégré dans leurs stratégies. « Le Covid est un accélérateur de bonnes pratiques et de tendances », confirme Marc Canavaggia, mais « il a surtout conforté nos développements. Nous essayons d’avoir toujours quelques coups d’avance », conclut Bruno Carriquiry. C’est le privilège des structures d’hôtellerie de plein air par rapport aux autres types d’hébergements : avoir la souplesse et la possibilité de toujours pouvoir innover.

Le respect de l’environnement fait partie de l’ADN de l’hôtellerie de plein air