Couverture du journal du 17/02/2024 Le magazine de la semaine

Marie Lavande : L’intérieur cocooning

Quatre ans que Sandrine Lavielle a repris Marie Lavande, spécialisée dans les cadeaux premiers âges et le linge de maison. Après de très bonnes années Covid, cette institution du centre-ville voit le prix moyen des paniers repartir à la baisse avec la conjoncture. Mais Noël reste une saison propice.

Marie Lavande

Sandrine Lavielle © J. D.

Des clients viennent parfois de Mont- de-Marsan pour commander les petites chaises réalisateurs brodées au prénom d’un nouveau-né, « l’ADN de la boutique », confie la repreneuse. Avec ses fils de toutes les couleurs, la machine à broder sert aussi à personnaliser les serviettes de bain ou les foulards rouges des fêtes de l’été. Sandrine Lavielle a bien sûr conservé cet outil phare de la boutique en pierres de remparts et briquettes à l’entrée des rues piétonnes de la cité thermale quand elle a repris l’affaire à Monique Duzer, partie à la retraite après des années ici. Le nom de Marie Lavande, lui, vient de Marie Courty, la fondatrice des lieux en 1976, en référence aux sachets de lavande parfumant les armoires.

APPORTER DE LA NOUVEAUTÉ

Alors pas question de tout changer en arrivant dans cette institution dacquoise du 6 rue Saint-Vincent. « L’idée était de conserver la clientèle existante et la renouveler en apportant peu à peu des nouveautés, toujours moyen et haut de gamme », explique Sandrine Lavielle qui a auparavant été dans le prêt-à-porter et responsable de magasins de rideaux, tissus et décoration dans les zones commerciales de Saint-Paul-lès-Dax et Anglet. « L’activité de Marie Lavande me plaisait, c’était dans mon créneau : la décoration, le linge de maison, le textile, le tissu, je m’y connaissais », confie cette fille de commerçants dacquois longtemps spécialisés dans le cycle.

Les banques acceptent facilement son projet de reprise, mais sans qu’elle puisse reprendre de salarié ni être gourmande en salaire. L’aventure démarre le 2 décembre 2019 avec tout ce qui a fait le succès de Marie-Lavande (linge de lit, de bain, de table, broderies, etc.), de nouvelles références (Sophie Janière), un rayon cadeaux de naissance amplifié, et des nouveautés prêtes à offrir pour redynamiser les lieux : savonneries françaises, bouillottes, cabas sympas en plastique recyclé, et autres curiosités au fil des années, comme ce dernier produit entré, l’enfile-couette pour faire son lit facilement, médaille d’or du Concours Lépine.

Marie Lavande

© J. D.

DÉFENDRE LE COMMERCE DE PROXIMITÉ

Après une première année stable, le Covid a changé la donne : « On a eu une progression énorme : + 15 % en 2020 par rapport au prévisionnel malgré les confinements, et + 37 % en 2021. Les gens sont revenus consommer en proximité, ils ne pouvaient pas voyager, ils sont restés en France à refaire leur intérieur cocooning, achetant beaucoup de linge de maison, de coussins, de déco, pour se faire plaisir chez soi », relève la professionnelle qui est restée très lucide durant cette période : « Il ne fallait pas se fier à ces deux années-là, les gens sont, depuis, repartis en voyage et ils ont donc moins d’argent à dépenser ici. » Résultat : – 8 % en 2022. Et pour 2023, « on essaie de se maintenir. La période de Noël est en principe propice ».

Le panier moyen a baissé ces derniers temps. « Il faut s’adapter, les gens font attention et en même temps, plus de personnes se lâchent ». Mais ne lui parlez pas de click&collect. « On pourrait faire un site de vente en ligne, mais c’est un autre job. Moi j’aime le contact et je défends le commerce de proximité ! », lance Sandrine Lavielle qui veut aussi transmettre cet appétit. Depuis la rentrée de septembre, elle a embauché Manon, une étudiante en BTS au lycée de Borda, pour deux ans en alternance : « C’est un bon moyen de se faire aider, tout en formant quelqu’un. Avant j’étais trop speed dans mon travail pour ça, mais maintenant j’ai un peu plus de temps pour accompagner quelqu’un dans son apprentissage. »

« À L’AFFÛT DES NOUVEAUTÉS »

Le secret de la réussite

« Le choix et la variété des produits, l’accueil et l’écoute des clients.

Parfois, je n’ai pas ce qu’ils me demandent, on se remet en question. J’ai la chance d’avoir les commerciaux des marques qui viennent directement me voir pour me proposer des nouveautés. Mais je vais aussi deux fois par an au salon Maison et Objet à Paris pour avoir un œil sur les tendances.

Je suis toujours à l’affût des nouveautés. J’ai vu des supers tapis locaux faits à Marseille dans une boutique en faisant les fêtes de Arles, je leur en ai fait faire en les personnalisant sur Dax ! »

La communication

« Mon budget publicité (presse, partenariat avec l’USDax Rugby) est assez conséquent pour une boutique comme la mienne et ce, malgré la conjoncture. C’est important pour montrer qu’on est là, qu’on est dynamique. Toute l’année, j’alimente les réseaux Facebook et Instagram. Tout ce travail m’apporte beaucoup même si c’est toujours difficile de quantifier les retombées. »