Couverture du journal du 16/10/2021 Consulter le journal

Maïté Ropers : « Queen » du référencement naturel

Installée à Bénesse-Maremne, Maïté Ropers a une mission dans la vie : contribuer à la réussite des business féminins. Elle le fait grâce au référencement naturel, en propulsant ses clientes premières sur Google.

Maïté Ropers

Maïté Ropers, Consultante SEO à Bénesse-Maremne © D.R.

Fonceuse et déterminée, Maïté Ropers a rapidement grimpé les échelons quand elle était commerciale terrain. Une ascension qui n’a pas valu que des compliments à la trentenaire. « Très vite, j’ai été confrontée à des remarques de l’ordre du sexisme ordinaire, concernant le fait que j’avais un poste à responsabilités, que j’étais une femme et que j’étais jeune… Ça aurait pu m’affecter et m’empêcher d’avancer. Ça a eu l’effet inverse : un effet moteur. Je me suis dit : « Je sais ce que je vaux et un jour, vous verrez, je vais tout exploser ! ». J’ai réussi et j’ai très envie d’aider d’autres femmes à y arriver aussi ». Depuis l’été 2020, c’est ce qu’elle fait avec son accompagnement « 1ère sur Google ».

« Un cran d’avance sur la concurrence »

© D.R.

En 2017, alors qu’elle est toujours commerciale, Maïté Ropers découvre l’univers du blog et perçoit immédiatement les opportunités qu’offre le web en matière de revenus. Elle se forme auprès de blogueurs professionnels et crée une dizaine de sites internet pour expérimenter toutes les techniques imaginables afin de séduire les moteurs de recherche et l’internaute. « Aujourd’hui, avoir un site internet ne suffit pas pour être visible sur le web, insiste-t-elle. Pour sortir du lot, il faut adopter une stratégie SEO (Search engine optimization). C’est ce qui permet aux sites internet de grimper dans les résultats de Google, naturellement.

C’est la clé de la visibilité et l’assurance d’avoir un cran d’avance sur la concurrence ».

Mélange de stratégie et de technique, le SEO (ou référencement naturel) devient rapidement la spécialité de Maïté Ropers. L’un de ses sites atteint 60 000 visiteurs par mois, uniquement grâce au référencement naturel… Des blogueurs, des marques et des entrepreneurs font alors appel à elle pour ses compétences en rédaction web.

Mais plus que la rédaction, c’est la stratégie qui lui plaît. Fin 2019, elle se concentre donc sur le conseil en référencement naturel. « J’ai accompagné de nombreux clients qui ont eu de très bons résultats. Cela me faisait plaisir à chaque fois, mais encore plus quand mes clients étaient des clientes ! Participer à la réussite des business féminins, c’est vraiment ce qui me fait vibrer. Alors depuis l’été 2020, je ne fais plus que ça ».

Aujourd’hui, avoir un site internet ne suffit pas pour être visible sur le web

Un service premium réservé aux femmes

Le site internet de Maïté Ropers est très clair : « Mon offre n’est pas pour vous si vous êtes un homme » ! Faut-il y voir un brin de misandrie ? « Non, je n’ai rien contre les hommes, assure-t-elle en riant. Les femmes expertes du référencement naturel sont peu nombreuses. Et aujourd’hui, lorsqu’une femme souhaite collaborer avec une autre femme sur le SEO, il y a un vide dans lequel j’ai décidé de me positionner. Mais surtout, cela fait sens pour moi d’aider les femmes à réussir. Elles ne prennent pas encore totalement leur place sur le web. Elles n’y vont pas pleinement, restent timorées sur la visibilité de leur entreprise. C’est dommage ! Je veux permettre aux femmes ambitieuses de décrocher le succès qu’elles méritent ».

Son offre phare s’appelle « 1ère sur Google ». Il s’agit d’un accompagnement SEO pointu et premium « pour permettre aux femmes de dominer leur marché ». Pour 12 000 euros (18 000 euros dans le cas d’un e-commerce), les entrepreneuses délèguent totalement leur SEO à Maïté Ropers et à ses « killeuses du web », une équipe de rédactrices freelances formées par ses soins. « Nous optimisons l’existant, puis nous créons autant de contenus pertinents que nécessaire pour permettre à mes clientes de devenir la référence sur leur marché en trustant les premiers résultats des moteurs de recherche. Une fois que c’est fait, le travail s’arrête ».

Le tarif d’entrée peut paraître élevé mais le retour sur investissement vaut largement le coup. Une de ses clientes de la métropole bordelaise à la tête d’une boutique e-commerce a eu de jolies retombées assez rapidement. « Au bout de trois mois, plus de 15 000 euros de son chiffre d’affaires mensuel étaient générés uniquement par le référencement naturel. Aujourd’hui, c’est entre 35 000 et 45 000 euros par mois… » Les résultats ont été un peu plus longs à obtenir pour un couple d’artisans électriciens bruxellois. « Mais au départ, le site n’avait aucune notoriété. Il enregistrait seulement 200 visites par mois ». Six mois plus tard, tout a changé. « Aujourd’hui, il y a 3 250 clics par mois sur le site et environ 30 devis par semaine proviennent de Google, dont 20 sont vraiment pertinents. D’ailleurs, pour répondre à la demande, l’entreprise a dû embaucher une personne supplémentaire ».

Démocratisation du SEO

© D.R.

Au-delà des résultats, ce qui séduit ses clientes, c’est l’approche décalée de Maïté Ropers. Contrairement aux agences de référencement qui essayent souvent de rendre cet univers nébuleux, « certainement pour s’en faire une chasse gardée », elle s’est donné pour mission de vulgariser la discipline. « Oui, c’est un peu technique, mais ce n’est pas inaccessible ! On peut quand même expliquer ça de manière fun et faire descendre la pression sur le sujet ». C’est ce qu’elle s’attelle à faire sur Instagram (@maiteropers), où elle n’hésite pas à comparer le SEO à… George Clooney dans les années 80 ! « À l’époque, avec sa coupe mulet, il n’avait rien de sexy mais il n’y a qu’à le voir aujourd’hui… Le SEO, c’est pareil. Il n’a pas l’air sexy, mais son potentiel est illimité ».

Dans ses publications, elle donne également beaucoup de conseils. « J’insiste sur l’aspect humain de la démarche. Bien sûr, il faut séduire les robots de Google pour être bien placée. Mais il faut surtout réussir à transmettre ses valeurs pour attirer les bonnes personnes sur son site ! Les outils techniques viennent simplement donner des indications, des valeurs… Sans dominer la stratégie ».

Devant l’engouement, la « Queen du SEO », telle qu’elle se présente sur les réseaux sociaux, a créé une formation en ligne accessible à tous (hommes compris !). Baptisée « Visibilité maximale sur Google », elle explique la méthode mise au point par Maïté Ropers, pour permettre aux entrepreneuses qui ne peuvent ou ne veulent pas déléguer leur SEO, de s’en occuper elles-mêmes.

Et la Landaise ne s’arrête pas là. Afin de dédramatiser le SEO, elle a également créé un podcast (disponible sur toutes les plateformes d’écoute). Avec « Femmes du Web », elle aborde les questions de référencement naturel, de communication digitale, de rédaction et de stratégie web. Elle réalise aussi des interviews d’entrepreneuses web à succès pour inspirer les auditrices et les inciter à devenir, elles aussi, les leaders incontestées de leur secteur sur le web.

3 conseils de Maïté Ropers pour grimper dans les résultats de Google

1) Structurez tous vos textes afin de les rendre lisibles :

  • par les internautes avec un titre et des sous-titres.
  • par Google avec du balisage HTML (traduction en langage informatique des niveaux de titres) quand vous mettez à jour votre site..

2) Construisez chaque page autour d’un mot-clé différent. La stratégie du mot-clé est ce qui fait une vraie différence.

3) Soignez tout ce que les internautes ne voient pas, mais qui compte pour les moteurs de recherche : renommez vos images, remplissez les balises méta-title et méta-description avec le texte de présentation de votre site que vous souhaitez voir apparaître dans les moteurs de recherche.