Couverture du journal du 01/10/2022 Consulter le journal

Lenha, rien que pour vos yeux

À Azur, Alois Rappold applique les techniques de l’ébénisterie sur des lunettes et propose une collection de montures uniques en marqueterie.

Lenha, lunettes de vues en bois

© D. R.

Sur une idée de son frère, Alois Rappold a créé Lenha (« petit bois» en gascon) en 2015. L’ébéniste de métier, qui avait jusqu’alors travaillé dans la construction, s’est lancé dans la fabrication de montures de lunettes en bois.

« Ça me plaisait d’introduire une matière naturelle dans un produit courant qui est aussi un accessoire de mode. Mais c’est un savoir-faire assez rare. Nous devons être cinq en France à travailler cette matière et il n’y a pas d’école pour se former. Chacun a sa technique, sa signature. Au départ, je me suis formé sur le tas en reproduisant des modèles qui existaient en plastique. Aujourd’hui, je crée mes propres collections. »

La dernière en date propose trois modèles en marqueterie, cette technique qui consiste à créer des assemblages décoratifs de bois. « De ce fait, en fonction des essences et des nuances de couleurs, chaque monture est unique. Cela permet d’acheter une pièce d’art chez son opticien. »

Alois Rappold , créateur de Lenha

Alois Rappold , créateur de Lenha © D. R.

FABRIQUÉES À AZUR

Pour le trentenaire, le bois a plusieurs avantages. Tout d’abord, « c’est un produit complètement écologique ». Et le créateur a décidé de pousser le respect de l’environnement à son paroxysme. Pour se fournir en essences nobles, il rachète les fins de stocks des ébénistes. Il est également très regardant sur l’origine des produits, à 99 % d’origine française ou européenne. Enfin, la fabrication française dans son atelier d’Azur est une évidence. D’ailleurs, il baptise ses modèles de noms emblématiques de la région. Dune, Landes et Gouf ont rejoint Baïne cette année.

« L’autre avantage du bois, c’est sa chaleur au porter, très différente du plastique. En général, l’essayer, c’est l’adopter ! » Pour autant, Alois Rappold est conscient que les montures en bois constituent un « marché de niche ». C’est pourquoi, depuis quelques années, il a élargi sa gamme en fabriquant également des modèles en acétate. « C’est plus facile pour se faire une place chez les opticiens qui préfèrent généralement travailler cette matière classique. » Sa nouvelle collection, en plus des modèles en marqueterie, est donc composée de 12 modèles en acétate.

Les matières premières sont à 99 % d’origine française ou européenne

PRODUITS VERTUEUX

Mais, comme pour le reste de sa production, Alois Rappold met un point d’honneur à proposer des produits vertueux. Là encore, les matières premières sont à 99 % d’origine française ou européenne et la fabrication 100 % française. « C’est un argument commercial important pour certains clients. Car sur le marché, 90 % des montures sont fabriquées à l’étranger, et pour une grande majorité en Chine. »

Actuellement présent chez une douzaine d’opticiens dans les Landes, en particulier chez Opti’Léon à Léon, La Lunetterie landaise à Soorts-Hossegor et Moana optique à Capbreton, Alois Rappold a désormais l’ambition de se développer un peu plus largement dans l’Hexagone. Une boutique propose déjà ses produits à La Rochelle (Charente-Maritime). Et les prochaines devraient se situer dans le Pays basque ou la région toulousaine.