Couverture du journal du 24/02/2024 Le magazine de la semaine

La délicate situation de l’artisanat

NOUVELLE-AQUITAINE. Le président de la Chambre des métiers et de l'artisanat néo-aquitaine, Gérard Gomez, présentait les chiffres clés du secteur pour 2024, le 24 janvier, à Bordeaux. Si le nombre d'entreprises artisanales et le nombre d'apprentis dans les CFA continuent d'augmenter légèrement, l'inflation amputant le pouvoir d'achat des consommateurs pèse lourdement sur la situation financière des artisans.

Gérard Gomez président de la Chambre des Métiers et de l'Artisanat de Nouvelle-Aquitaine (CMA Nouvelle Aquitaine)

Gérard Gomez président de la Chambre des Métiers et de l'Artisanat de Nouvelle-Aquitaine (CMA Nouvelle Aquitaine) © Claude Petit

« Nous restons optimistes pour cette année 2024, que l’on espère apaisée et basée sur le volontarisme », a affirmé le 24 janvier le président de la Chambre de métiers et de l’artisanat de Nouvelle-Aquitaine (CMA NA), Gérard Gomez, lors de la présentation des chiffres clés du secteur et des résultats de l’enquête de conjoncture réalisée par ses services. Et cela malgré les difficultés engendrées par la mise en place du guichet unique des formalités des entreprises, géré par l’Inpi, en lieu et place du répertoire des métiers tenu par la CMA. « En plus des multiples dysfonctionnements de la plateforme, qui ont laissé de nombreux gérants ou créateurs d’entreprise sans solution, générant finalement plus de complexité dans la création d’entreprise, ce registre national ne permet pas aujourd’hui d’identifier clairement l’ensemble des artisans », a-t-il déploré. C’est pourquoi cette année, les chiffres présentés par la CMA NA sont ceux de l’Insee et non ses propres données.

200 000 entreprises

Le secteur réunissait ainsi au 31 décembre 2023, en Nouvelle-Aquitaine, 174 043 entreprises, selon l’Insee. « Un chiffre qui doit en réalité avoisiner les 200 000 entreprises », estime Gérard Gomez. Dont 67 % correspondent à des entrepreneurs individuels (77 % ne comptant aucun salarié), principalement dans les services (38 %), le bâtiment (37 %) – ce dernier ayant été pendant très longtemps le premier secteur d’activité artisanale –, la production (15 %) et enfin l’alimentation (10 %). 46 % des entreprises artisanales ont plus de 10 ans, une donnée « qui reste stable », note le président de la CMA NA. Environ 15 000 entreprises artisanales ont été créées en 2023, selon l’Insee (25 000 selon les estimations de la CMA NA), dont 45 % dans les services et 31 % dans le bâtiment, le top 3 des créations d’activités artisanales concernant le nettoyage courant des bâtiments, les soins de beauté hors salon et les travaux de maçonnerie générale et gros œuvre de bâtiment.

Nous constatons une remontée assez préoccupante des défaillances

Remontée des défaillances

Par ailleurs, « nous constatons une remontée assez préoccupante des défaillances, avec des chiffres qui dépassent légèrement ceux de 2019, selon les enquêtes de l’Insee et de la Banque de France. Nous allons donc rester vigilants pour pouvoir intervenir aux premiers signes de difficultés auprès des entreprises », assure Gérard Gomez. Enfin, un ralentissement est à noter sur la progression du nombre d’apprenants en cours de formation dans les 15 CFA de Nouvelle-Aquitaine, avec 12 791 apprenants (dont 52 % ont 17 ans et moins, une part qui augmente), soit seulement +0,75 % par rapport à l’année précédente, contre +10 % les années précédentes. « Cela s’explique en partie par le fait que nos CFA sont pleins, c’est une très bonne nouvelle. Mais la baisse du financement de l’apprentissage rend plus de la moitié de nos formations déficitaires, et nous allons devoir travailler en concertation avec l’État pour garder un maximum de filières et sauver la rentrée 2024. Il en va de nos métiers, de nos formations et nos territoires », alerte Gérard Gomez.

54 % des dirigeants confiants

Malgré tout, 54 % des dirigeants d’entreprises artisanales ont abordé 2024 avec confiance, selon l’enquête de conjoncture menée auprès des artisans de Nouvelle-Aquitaine par la CMA NA fin 2023. « Le secteur alimentaire est nettement plus inquiet (avec seulement 46 % de confiants). La période est un peu plus délicate pour eux et semble perdurer », a précisé Gérard Gomez. Les défis à relever dans les prochains mois pour les entreprises artisanales tourneront principalement autour du développement commercial et de la relation client, 65 % des répondants devant faire face à une diminution du pouvoir d’achat des consommateurs. Tout en supportant une situation financière difficile, 63 % s’estimant en situation de fragilité ; 49,3 % des entreprises du secteur de l’alimentaire se considérant même en situation critique pour leur survie. « Il s’agit du secteur le plus fragile de l’artisanat, en raison de la hausse des coûts (prix de l’énergie et inflation) et de la forte baisse de la consommation. Nous allons devoir accentuer l’accompagnement de ces entreprises », se prépare Gérard Gomez. Malgré tout, seuls 11 % des répondants envisagent de réduire leurs effectifs salariés dans les 6 prochains mois. Et 43 % ont des projets de formation pour 2024, « un signe encourageant qui montre qu’ils se projettent sur l’avenir », positive le président de la CMA NA.

LES CHIFFRES CLÉS DE L’ARTISANAT 2024

Nouvelle-Aquitaine

Gironde

Nombre d’entreprises

174 043

50 929

Créations d’entreprises

14 845

4 839

Apprenants en cours de formation

12 791

1 837

Source Insee