Couverture du journal du 25/06/2022 Consulter le journal

ITA Solutions : un nouvel outil industriel

Installée à Hagetmau depuis janvier, ITA Solutions, fruit d'un partenariat entre les Aveyronnais d'ITA Moulding Process et les Basques de Sokoa, fait revivre une partie du site des ex-Capdevielle avec ses mousses moulées pour fauteuils de cinéma et sièges de bureau. De quoi développer ses marchés vers l'ouest de la France et l'Espagne.

Vincent Nassiet, directeur du site ITA Solutions

Vincent Nassiet, directeur du site ITA Solutions ©JPEG-STUDIOS

Pour Vincent Nassiet, l ‘implantation d‘ITA Solutions à Hagetmau est comme un retour aux sources. Le directeur du site a en effet habité dans sa jeunesse à 500 mètres de la crypte sur les hauteurs de la ville, occupant les bancs du collège local avant le lycée à Aire-sur-l’Adour. Natif de Dax, cet ingénieur de formation qui, en « homme moderne », a suivi sa femme professeur dans ses affectations, fait aujourd’hui les allers-retours entre les Landes et Sévérac-le-Château (Aveyron) où siège historiquement l’entreprise qui conçut son premier canapé vers 1960. ITA était alors un concurrent de Capdevielle, un fleuron du canapé à Hagetmau qui s’est effondré dans les années 2000, laissant des centaines de salariés sur le carreau.

UN SAVOIR-FAIRE DE NICHE

« De 2000 à 2010, la fabrication de canapés a été divisée par deux chez nous, avec l’arrivée de gros acteurs du marché low cost type Ikea et des acteurs comme But et Conforama qui se sont tournés vers les pays émergents », explique Vincent Nassiet qui était numéro 2 d’ITA, rebaptisé Confort et Systèmes, quand la société a été liquidée en 2013. En parallèle, l’entrepreneur, alors âgé de 40 ans, passe un diplôme en finances à Toulouse. Avec Freddy Venden-bossche, directeur commercial de l’activité sous-traitante, il décide de reprendre l’affaire. « On s’est dit : on a des savoir-faire de niche dans la mousse et le bois moulés pour les vendre à des équipementiers.

Alors, on a redémarré à une quinzaine (on était 200), on a repris le nom historique des créateurs, ITA, et on a changé le modèle économique, passant du BtoC (de l’entreprise aux particuliers) au BtoB (commerce inter-entreprises) ». ITA Moulding Process (le groupe pèse aujourd’hui 6,5 millions d’euros de chiffre d’affaires) se spécialise dans le bois moulé, la mousse moulée et la tapisserie, des étapes essentielles dans la fabrication de sièges de bureau, fauteuils de cinéma, canapés de salle d’attente en cabinet médical, appuis de têtières de sièges TGV, ou encore la création d’intérieurs de bateaux et de caravanes, ou de hourdis pour la construction.

Une rencontre d’hommes autour de valeurs communes , notamment sur l’emploi durable et local

FAVORISER L’EMPLOI LOCAL ET DURABLE

L’entreprise Sokoa qui fabrique des sièges à Hendaye depuis 50 ans (260 salariés, 50 millions d’euros de chiffre d’affaires, dont 20 % à l’export vers l’Europe, l’Afrique et le Moyen-Orient), a continué à travailler avec eux à partir de 2013. « Ils ont apporté une dynamique nouvelle avec une grande adaptation aux besoins des clients », souligne le directeur général, Timothée Achéritogaray, passé d’une relation classique de fournisseur à une relation de partenaire. L’union des deux sociétés pour créer ITA Solutions (60 % ITA Moulding Process, 40 % Sokoa) est « une rencontre d’hommes autour de valeurs communes », notamment sur l’emploi durable et local.

Pourquoi alors créer cette nouvelle entité à Hagetmau ? « Nous souhaitions intégrer l’ouest de la France pour mieux répondre à la demande, et pénétrer le marché espagnol où nous avons déjà des clients. À Hagetmau, il y a eu un passé industriel dans le canapé et nous avions déjà trois clients ici : Navailles, Sedax, Bastiat, précise Vincent Nassiet. Il fallait qu’on trouve des bâtiments avec un certain volume et une appétence au niveau des collectivités locales. » Car avec 2 millions d’euros investis dans les machines, « on sait bien qu’on ne sera pas à l’équilibre tout de suite… Le vrai sujet, c’est le temps industriel, il faut avoir du temps et être à la fois agile ».

SOUTIEN DU PLAN FRANCE RELANCE

La commune leur loue des locaux chez les ex-Capdevielle (cf. encadré), la Région (168 000 euros) et l’État via le plan France Relance (330 000 euros) accompagnent aussi le développement, notamment sur les investissements liés au numérique. Les deux carrousels de l’usine landaise avec portes moules et moules autoporteurs à injection robotisée et haute pression sont ainsi connectés à un cloud pour mieux évaluer les rebus, les problèmes ou arrêts de production, dans une « maintenance prédictive ».

En moyenne, 500 à 600 pièces, galettes de sièges, dossiers et banquettes en mousse, sont fabriquées chaque jour sur le site

À côté des robots mélangeant le polyol et l’isocyanate pour les cuire sur des moules à 40-50°C en 300 secondes, sept salariés travaillent ici en CDI, un huitième bientôt, et à moyen terme, une quinzaine de personnes seront sur site. Parmi eux, Nathalie Ducasse est une ancienne de chez Capdevielle où elle a travaillé 20 ans : « Quand j’ai vu l’annonce, j’ai postulé et mon profil leur a plu. Ça m’a fait drôle de revenir ici, j’étais émue. Mais ça fait du bien de voir que le lieu se revitalise, et on espère que ça durera longtemps, il y a des projets », dit celle qui, comme ses collègues, tourne toutes les deux heures sur les différents postes (coulage, séchage, ponçage, emballage) pour sortir en moyenne 500 à 600 pièces par jour, galettes de sièges, dossiers et banquettes en mousse.

Dans les perspectives à plus long terme, pourraient ici aussi se développer d’autres segments d’activité, pourquoi pas le bois moulé qui se fait pour l’instant seulement dans l’Aveyron. « Il ne manque pas de résineux dans les Landes », fait valoir Vincent Nassiet qui travaille, par ailleurs, à créer du mobilier à base de drêche de bière, les résidus du brassage des céréales.

Pascale Requenna, Maire d'Hagetmau, présidente de la communauté de communes Chalosse-Tursan et conseillère régionale

Pascale Requenna, Maire d’Hagetmau, présidente de la communauté
de communes Chalosse-Tursan et conseillère régionale © D. R.

« UNE NOUVELLE DYNAMIQUE ÉCONOMIQUE SUR LE TERRITOIRE »

« Les directeurs d’ITA Solutions cherchaient un local. Vincent Nassiet qui a vécu ici plus jeune, connaissait l’histoire économique d’Hagetmau, rembobine Pascale Requenna, maire de la commune. Sur ce site des ex-Capdevielle, nous avions un bâtiment disponible de 8 000 m2. Pour un démarrage à moindre coût, nous leur louons 3 000 m2 en mettant les 5 000 m2 restants à leur disposition dans la perspective d’un prochain développement, avec option d’achat à partir de 2023. Cela permet en même temps de réhabiliter des friches industrielles, on a ainsi obtenu des aides de la Région pour la réindustrialisation de ce bassin d’emplois qui avait beaucoup souffert. C’était le dernier bâtiment vide, plus rien n’est disponible sur les 200 000 m2 des ex-Capdevielle où il y a eu jusqu’à 1 500 emplois en incluant les intérimaires. Nous n’avons pas retrouvé le même nombre d’emplois, on est globalement plutôt autour de 400, avec des petites structures qui s’y sont créées : une entreprise de stockage, du transport frigorifique, un garage, un magasin d’ameublement, une association qui aide les malades du cancer, un naturopathe… Mais des villes qui ont pu connaître un tel cataclysme économique et humain comme ici il y a 12 ans, s’en sont souvent moins bien sorties qu’Hagetmau. Les choses se sont lissées et il y a une dynamique économique sur le territoire. »