Couverture du journal du 21/01/2023 Le magazine de la semaine

Graines d’Alliance valorise le soja local

À Saint-Sever, l’ex-usine d’aliment Alilandes a été transformée en unité de trituration de soja. Démarrée début novembre, Graines d’Alliance permettra de substituer le soja d’importation par du soja 100 % local dans l’alimentation des poulets et canards des groupes Maïsadour et Vivadour.

Les 667 producteurs de soja de Maïsadour et les 420 de Vivadour disposent d’un débouché garanti pour leur culture

Les 667 producteurs de soja de Maïsadour et les 420 de Vivadour disposent d’un débouché garanti pour leur culture © D. R.

Fermiers du Sud-Ouest et Delpeyrat affichent déjà fièrement sur leurs packagings que leurs poulets et canards sont nés, élevés, abattus et préparés localement. Ils pourront bientôt ajouter que tous sont également nourris avec des aliments 100 % locaux. La mise en route à Saint-Sever de l’usine de trituration Graines d’Alliance va en effet permettre à Sud-Ouest Aliment (filiale du groupe Maïsadour) de substituer 100 % des tourteaux de soja de ses formules par du soja local, à partir du premier semestre 2023.

Les protéines végétales constituent un élément clé en nutrition animale. Et le soja est l’une des plantes qui en apportent le plus. Historiquement, c’est du soja d’importation, en provenance d’Argentine et du Brésil principalement, qui était utilisé. Mais avec la montée en puissance des préoccupations environnementales et le souci de renforcer l’indépendance alimentaire française, la production locale a été encouragée.

Pour valoriser ce soja cultivé localement, Sud-Ouest Aliment et la coopérative Vivadour ont investi conjointement dans la création de Graines d’Alliance. Un an de travaux et 6,2 millions d’euros ont été nécessaires pour transformer l’ancienne usine d’aliment Alilandes de Saint-Sever, en ce nouvel outil.

Soja

© D. R.

BILAN CARBONE AMÉLIORÉ

Après les premiers essais en septembre, la production a officiellement été lancée le 7 novembre dernier. À partir des graines cultivées par les adhérents de Maïsadour et Vivadour, l’usine produit des tourteaux, de l’huile et des coques de soja destinés à l’alimentation animale.

« Ce projet permet de valoriser du soja non-OGM, non déforestant et local dans l’alimentation de nos poulets et canards », indique Gregory Grange, le responsable du site qui emploie cinq personnes. Une démarche d’homologation a par ailleurs été engagée pour vendre une partie de l’huile en alimentation humaine.

À partir des graines, l’usine produit des tourteaux, de l’huile et des coques de soja destinés à l’alimentation animale

À partir des graines, l’usine produit des tourteaux, de l’huile et des coques de soja destinés à l’alimentation animale © D. R.

La démarche est vertueuse. La réduction des importations diminue le bilan carbone de la production. « Il est presque divisé par deux sur la partie tourteau. » Quant aux 667 producteurs de soja de Maïsadour et aux 420 de Vivadour, ils disposent d’un débouché garanti pour leur culture, avec des perspectives d’augmentation des surfaces.

Grâce à la récolte 2022, Graines d’Alliance devrait traiter entre 18 000 et 20 000 tonnes de soja au cours de son premier exercice. Sur les années suivantes, elle pourra monter en puissance jusqu’à 30 000 tonnes. L’unité a même été dessinée pour accueillir une deuxième ligne et doubler sa capacité de production, au besoin.