Couverture du journal du 26/11/2022 Consulter le journal

Gaius Piscines : la baignade naturelle

Avec ses coques en céramique carbone et ses piscines en béton sans filtration chimique, l’Écossais Alexander Pearson, installé à Saint-Geours-de-Maremne, explose son chiffre d’affaires depuis deux ans.

Alexander PEARSON, dirigeant de Gaius Piscines

Alexander PEARSON, dirigeant de Gaius Piscines © JPEG Studios / Domolandes

Il a commencé par créer des piscines haut de gamme et sans produits chimiques notamment pour des célébrités, footballeurs ou acteurs en Grande-Bretagne. « J’ai eu un client à Aix-en-Provence, on s’est dit qu’on pouvait trouver un marché en France », se rappelle l’entrepreneur qui a suivi sa femme dacquoise dans les Landes, voilà cinq ans. Depuis Domolandes, à Saint- Geours-de-Maremne, il fournit désormais la France entière en coques en céramique carbone ultrarésistantes (garanties 40 ans), en lien avec la fameuse marque australienne Compass Pools, via une conception dans des usines sous-traitantes en Europe (Slovaquie, Allemagne…).

UNE TRENTAINE DE MODÈLES

Ces derniers mois, il s’est aussi mis, avec la marque Bloc Pools, aux piscines en béton carrelées qui arrivent préfabriquées dans les jardins des clients, avec toujours un système de filtration sans produits chimiques (ni sel ni chlore), sa marque de fabrique. Avec ces systèmes biologiques et minéraux, les piscines Gaius n’ont pas besoin de dosage chimique, et la qualité de l’eau de baignade est surveillée à distance 24 heures sur 24, assure le fournisseur.

Le confinement nous a beaucoup aidés, d’autant que nous avons des produits en exclusivité que personne d’autre ne vend en France

Au total, une trentaine de modèles différents sont proposés, avec une fourchette de prix allant de 30 000 à 80 000 euros. « Avec nos modèles en béton, on arrive dans le marché haute qualité accessible », estime Alexander Pearson qui assure toute la maîtrise d’œuvre : terrassement, raccordement, maçonnerie, menuiserie. Sa clientèle est composée de 80 % de Français et 20 % d’étrangers aujourd’hui, quand il y a encore deux ans, c’était du 50-50. De 10 piscines vendues en 2020, il est désormais à une cinquantaine. « Le confinement nous a beaucoup aidés, d’autant que nous avons des produits en exclusivité que personne d’autre ne vend en France », poursuit-il, disant œuvrer surtout dans un triangle Paris/ Sud-Est/Sud-Ouest, notamment sur la côte landaise.

1, 5 MILLION D’EUROS DE CHIFFRE D’AFFAIRES

Le chiffre d’affaires a explosé. Multiplié par cinq les trois premières années d’exploitation (de 50 000 euros à 250 000 euros), il vient d’atteindre cette année 1,5 million d’euros. Pour se développer encore, Alexander Pearson qui a aujourd’hui trois salariés, est en train de vendre une partie de la société à un entrepreneur français : « Les négociations sont en cours. » Pas question en tout cas de quitter Domolandes, le technopôle de la construction durable et numérique, où « ça fonctionne bien, c’est pratique, avec des métiers en synergie », affirme-t-il. Gaius a d’ailleurs commencé à agrandir son atelier pour le stockage de ses piscines préfabriquées en béton et en céramique. De quoi s’ouvrir encore de nouvelles perspectives.