Couverture du journal du 17/02/2024 Le magazine de la semaine

Seignanx : le projet de piscine à flot

COLLECTIVITÉS - Avec un investissement de 13 millions d’euros, le futur équipement aquatique du Seignanx devrait ouvrir ses portes à la rentrée 2026, au centre-ville de Tarnos. La priorité sera donnée à l’apprentissage des scolaires.

L’équipement comprendra un bassin sportif de 25 mètres, un bassin d’apprentissage et une pataugeoire, un toboggan pour des activités ludiques et des aménagements extérieurs Seignanx

L’équipement comprendra un bassin sportif de 25 mètres, un bassin d’apprentissage et une pataugeoire, un toboggan pour des activités ludiques et des aménagements extérieurs © Blamm Architecture

Isabelle Dufau en entend parler depuis qu’elle est toute petite. Et ce sera donc sous sa présidence de la communauté de communes du Seignanx, qu’un vieux serpent de mer, ou plutôt d’eau douce, devrait voir son sort réglé. De mandat en mandat, après de houleux débats sur son emplacement, l’équipement aquatique du Seignanx devrait donc ouvrir ses portes à la rentrée de septembre 2026. Parler de rentrée n’est pas anodin puisque la priorité y sera donnée à l’apprentissage de la natation pour les scolaires de ce territoire de huit communes et 28 000 habitants, dont 3 500 élèves répartis en 142 classes.

LES ENFANTS D’ABORD !

Construire un équipement aquatique aujourd’hui n’est pas la plus simple des gageures entre les questions d’environnement, de coût de l’énergie en particulier et de fonctionnement en général. Lors d’une conférence de présentation du projet, le 9 novembre dernier, Isabelle Dufau entourée par des élus membre du comité de pilotage, du cabinet d’architecture retenu Blamm, et des représentants de l’Éducation nationale, a martelé les objectifs de cette réalisation, qui devra être « réaliste, fonctionnelle, accessible, durable, finançable en investissement et en fonctionnement, et effective avant la fin du mandat ». Priorité aux scolaires donc avec des entrées, des vestiaires spécifiques et des emplacement dédiés pour les bus ainsi qu’un transport que la communauté de communes s’est engagée à prendre en charge gratuitement pour les scolaires du premier degré.

L’équipement comprendra un bassin sportif de 25 mètres partagé en cinq couloirs, auquel s’ajoutera un bassin d’apprentissage et une pataugeoire, un toboggan pour des activités ludiques et des aménagements extérieurs (solarium, jeux d’eau, espaces verts). Trois classes pourront être accueillies en même temps. Il se situera en plein cœur de ville de Tarnos, sur un site de 6 005 m2 estimé par les Domaines à 1,2 million d’euros, cédé par la ville de Tarnos à l’euro symbolique. S’y ajouteront des emplacements sécurisés pour les bus, un parking de 60 places pour les usagers. Sa proximité avec la nationale 810 fera qu’il sera facilement accessible par divers moyens de transports urbains.

De gauche à droite : Christophe Blamm, architecte, Laurent Claude, directeur général des services de la communauté de communes du Seignanx, Isabelle Dufau, présidente, Pierre Pasquier et Jean-Marc Lespade, vice-présidents Seignanx

De gauche à droite : Christophe Blamm, architecte, Laurent Claude, directeur général des services de la communauté de communes du Seignanx, Isabelle Dufau, présidente, Pierre Pasquier et Jean-Marc Lespade, vice-présidents © X. Ges

ENJEUX ENVIRONNEMENTAUX

Auteur de la conception de plusieurs réalisations aquatiques dans la région (Cenon, Lormont, Saint-Loubès,) et bien au-delà, le cabinet bordelais Blamm a été désigné à l’unanimité pour son projet cochant toutes les cases en matière d’enjeux environnementaux. Il utilisera des matériaux locaux, biosourcés, recyclés, visera des critères de durabilité et d’exemplarité à travers une conception bioclimatique, une consommation d’eau optimisée, des coûts d’énergie maîtrisés. « Exemplaire à bien des égards », a souligné Isabelle Nogaro vice-présidente du conseil communautaire.

BELVÉDÈRE SUR LES PYRÉNÉES

Dans des tons naturels, le bâtiment se veut élégant et pérenne, mais aussi évolutif, avec des espaces clairs, lumineux, véritable belvédère sur les Pyrénées. Son nom sera déterminé à travers un jeu participatif associant scolaires et habitants du territoire. Quant à Pascal Maillot, inspecteur de l’Éducation nationale, il s’est réjoui de la construction de cet équipement dans ce secteur de sa circonscription. « Mon rôle est de faire respecter les programmes et dans les programmes, il y a l’apprentissage de la natation. »

UN BUDGET « AMBITIEUX MAIS RÉALISTE »

Le montant global du projet s’élève à 13 millions d’euros, études comprises. Vice-président aux finances de la communauté de communes et maire de Tarnos, Jean-Marc Lespade, a parlé d’un projet « ambitieux mais réaliste ». Il a précisé que l’objectif était d’obtenir au moins 30 % du financement par des subventions demandées à l’État, au Pays Adour Landes océanes, à la région, au département, à l’Ademe et au Sydec. Le reste sera pris sur les fonds propres de l’EPCI, mais également en recourant à l’emprunt. Le fonctionnement de cet équipement a été évalué à 500 000 euros par an. Pour l’heure, le choix de sa gestion – délégation de service public ou autre -, n’a pas été déterminé.