Couverture du journal du 06/06/2024 Le nouveau magazine

Le défi de l’agroécologie

Depuis le Salon International de l’Agriculture, à Paris, le président de la Région Nouvelle-Aquitaine Alain Rousset a réaffirmé la nécessité d’accélérer et d’accompagner la transition agroécologique

agroécologie

© J.D.

Alain Rousset ne semblait pas bouder son plaisir en arpentant les allées du Salon de l’Agriculture, ce mercredi 1er mars. Pour autant, les accolades et autres dégustations de rigueur n’étaient pas la première motivation de son déplacement. Le président de Région, venu à la rencontre des acteurs de l’agriculture et de l’agroalimentaire, a souhaité mettre l’accent sur les défis qui attendent la Nouvelle-Aquitaine, évoquant tout particulièrement l’urgence liée au changement climatique. « Nous n’avons que trop tardé », a-t-il martelé. « Il nous faut accélérer la transition agroécologique en allant voir chaque agriculteur néo-aquitain pour lui porter le message d’une agroécologie responsable. »

Un dispositif pour accompagner les agriculteurs

Un message en écho aux ambitions de Néo Terra, la feuille de route du Conseil régional en faveur de la transition écologique et énergétique, mais également au nouvel appel à projet à destination des exploitants agricoles souhaitant mener cette transition, appelé « Mesures agro-environnementales et climatiques Bas-Carbone ».

Un dispositif présenté pour la première fois ce même jour par Jean-Pierre Raynaud, vice-président de la Région en charge de l’agriculture : « Notre objectif est d’accompagner les agriculteurs afin qu’ils réduisent de 15 % leurs émissions de carbone, sur une durée de cinq ans. Nous comptons soutenir 1 000 exploitations, avec une aide de 18 000 euros et la possibilité d’un acompte de 10 000 euros, et un versement de 8 000 euros au terme des cinq ans en cas d’objectif atteint ».

Alimentation durable et renouvellement générationnel

Outre la transition agroécologique, deux autres axes principaux de la politique agricole de la Région pour laquelle un budget de 230 millions d’euros est mobilisé, ont été évoqués lors de ce salon : l’alimentation durable, d’une part, et le renouvellement générationnel, de l’autre. Sur ce dernier point, le vice-président a précisé que la Nouvelle-Aquitaine s’était « donnée les moyens d’accompagner l’installation ». Dans le cadre de la nouvelle PAC, la Région s’est fixée comme objectif d’atteindre les « 1 000 installations avec un budget à hauteur de 28 millions d’euros, en augmentation de 60% par rapport à la précédente programmation. » Au-delà de cet accompagnement, une attention particulière est par ailleurs apportée aux lycées agricoles : une enveloppe de 36 millions d’euros est allouée à leur modernisation.

Notre objectif est d’accompagner les agriculteurs afin qu’ils réduisent de 15 % leurs émissions en carbone

10 millions pour la viticulture

Si le Salon de l’Agriculture a été l’occasion pour le Conseil régional de rappeler ses engagements pour le secteur agricole, il aura été également le lieu d’une main tendue aux viticulteurs, notamment ceux du vignoble bordelais particulièrement touchés. En présence de Marc Fesneau, ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire, Alain Rousset a annoncé que la Région Nouvelle-Aquitaine entendait contribuer au Plan de sortie de crise de la viticulture en proposant un nouveau dispositif permettant aux exploitations vitivinicoles désireuses de réorienter leur production d’être soutenues dans leurs projets. La Région mobilisera ainsi 10 millions d’euros sur les années à venir pour accompagner au moins 300 viticulteurs, avec une aide moyenne de 25 à 35 000 euros par exploitation.

L’économie agricole en Nouvelle-Aquitaine

60 000 exploitations

180 000 employés

301 produits sous signes officiels de qualité

11 milliards d’euros de chiffre d’affaires pour l’agriculture

30 milliards d’euros de chiffre d’affaires pour l’agro-alimentaire