Couverture du journal du 01/10/2022 Consulter le journal

Landes : 100 % fibre en 2023

L’objectif de 100 % des Landais connectés fin 2022 a subi quelques retards dus à la pandémie sur ce chantier d’envergure. Explications.

Fibre

© Pexels

Partout où la fibre arrive dans les Landes depuis le début des travaux, le constat est le même : le réseau est très attendu par la population, et ce, qu’on soit simple citoyen pour les besoins de la maison ou entrepreneur nécessitant du très haut débit pour plus de rapidité au quotidien. Aussi, lors de l’inauguration du Noeud de raccordement optique (NRO) à Mimizan le 24 mars dernier, Frédéric Pomarez, maire de la commune a insisté sur l’intérêt majeur de cet équipement : « Ce nœud est un élément indispensable au déploiement du réseau très haut débit. Et la fibre, un facteur supplémentaire d’attractivité. La demande s’est même accentuée avec la crise sanitaire, le développement du télétravail et les nouveaux habitants. »

UN PARTENARIAT PUBLIC-PRIVÉ

Situé le long de l’avenue de Woolsack, ce nouveau local technique, de couleur vert forêt pour mieux s’intégrer au paysage, permettra à terme de raccorder 12 000 prises de foyers, entreprises et bâtiments publics à la fibre optique, avec un début de commercialisation au quatrième trimestre 2022 à Mimizan avant de s’étendre à Bias, Aureilhan et Saint-Paul-en-Born courant 2023.

Un investissement global de 305 millions d’euros

C’est le 27e NRO sur les 38 devant être installés dans les Landes par PIXL, la société privée chargée de couvrir le territoire, au côté du Sydec, le syndicat mixte départemental. Et les deux structures ont chacune, pris un certain retard dans le déploiement global.

« Le défi du 100 % de connexion fin 2022 a été percuté par la crise sanitaire et internationale », fait valoir Xavier Fortinon, président du conseil départemental. Le but initial du schéma directeur départemental d’aménagement numérique prévu il y a une dizaine d’années, était d’apporter la fibre à 80 % des Landais en 2025, afin de répondre « à la défaillance de l’initiative privée, les opérateurs s’intéressant alors seulement aux zones denses et délaissant les départements ruraux », selon Xavier Fortinon. En septembre 2019, l’objectif a pu être relevé à 100 % des Landais, car le Département des Landes a été un des premiers en France à se saisir d’un nouvel outil créé par l’État, l’AMEL (Appel à manifestation d’engagements locaux). Une convention avec l’opérateur privé Altitude Infra a ainsi été signée pour amplifier la dynamique, et raccorder tout le territoire, au côté du réseau public géré par le Sydec (hors agglomérations de Dax et de Mont-de-Marsan qui avaient confié précédemment le déploiement à des opérateurs privés).

Fibre

Le 27e Noeud de raccordement optique (NRO) à été inauguré à Mimizan le 24 mars dernier © J. D.

DAVANTAGE DE PRISES AVEC LA DIVERSIFICATION QUI S’ACCÉLÈRE

« Avec un investissement de 35 millions d’euros en 2022, le conseil départemental réaffirme sa détermination à réduire les inégalités entre les territoires : il faut offrir le même service quel que soit le lieu où l’on habite », souligne Xavier Fortinon.

À terme, 130 millions d’euros seront investis par le syndicat mixte départemental et 175 millions d’euros par PIXL, la société de projet d’Altitude Infra sur les Landes. Ces chiffres ont dépassé les prévisions puisqu’en deux ans, le nombre de prises à connecter a fortement augmenté.

On constate des pénuries au niveau national puisque toute la France est en chantier numérique

Côté Sydec, « nous étions partis sur un périmètre de déploiement de 96 000 prises. Aujourd’hui, avec la densification de l’habitat et du tissu économique qui s’est accélérée avec la crise sanitaire, nous sommes à plus de 116 000 prises à réaliser. Des lotissements qui étaient à l’état de projet se construisent plus vite que prévu, il a fallu s’adapter », indique Géraldine Garric, directrice technique numérique, assurant que fin 2022, toutes les zones auront démarré en travaux. « Nous avons aussi beaucoup de prises en plus, relève Élodie Nauleau, directrice de projet PIXL : pour dimensionner un réseau, on fait des relevés de boîtes aux lettres, des évaluations des futures constructions. Tout ça est normalement anticipé, mais pas dans les proportions que l’on voit actuellement et qui nous ont obligés à revoir la copie, d’où un léger retard. »

Fibre

© D. R.

CONNECTÉS !

29 000 logements sont éligibles à la fibre sur plus de 30 communes landaises.

12 000 abonnés sont déjà recensés auprès de divers opérateurs dont les quatre principaux : Orange, Bouygues, Free et SFR.

40 %, c’est le taux de pénétration commerciale, bien supérieur à la moyenne régionale en Nouvelle-Aquitaine (28 %).

Parmi les dernières communes ayant été récemment fibrées : Messanges, Moliets-et-Maâ, Hagetmau.

Très prochainement desservies : Parentis-en-Born, Saint-Vincent-de- Tyrosse, Hagetmau, Saint-Lon-les- Mines, Saubion, Saugnac-et-Muret, Magescq.

Chantier en cours sur Soustons, Montfort-en-Chalosse, Mugron, Castets, Vielle-Saint-Girons, Bénesse-Maremne.

Bientôt le début des travaux à Aire-sur-l’Adour (sud), Tartas Ouest, Bégaar, Lesgor, Arengosse.

UN RÉSEAU POUR 50 ANS

En parallèle, le confinement de mars 2020 avait mis à l’arrêt total les travaux. « Les relevés terrains -pour affiner la connaissance des infrastructures mobilisables et des locaux à raccorder- ainsi que les demandes auprès des mairies pour l’implantation des locaux nécessaires au réseau, avaient été initiés mais ont été fortement ralentis par le confinement », selon Élodie Nauleau.

Depuis le déconfinement, les effectifs ont aussi été touchés par la Covid, freinant encore l’avancée du déploiement. Ces derniers mois, ont été dénombrées jusqu’à 10 % à 20 % d’équipes en moins, malades. Se greffe à ces retards, la problématique des anciens poteaux Orange sur lesquels sont installés les nouveaux réseaux : « Parfois, les études de charge ne passent pas, il faut alors changer le poteau. Mais on constate des pénuries au niveau national puisque toute la France est en chantier numérique. Des artères peuvent alors se retrouver bloquées un certain temps », poursuit-elle.

3,5 ans pour construire un réseau de qualité pour les 50 prochaines années, c’est un beau pari relevé, et un vrai travail collectif

Malgré tout, « 75 % des prises seront livrées avant la fin de l’année. Nous tenons bon la barre », confirme Olivier Martinez, vice-président du Sydec, devant le NRO de Mimizan. Finalement, « 3,5 ans pour construire un réseau de qualité pour les 50 prochaines années, c’est un beau pari relevé, et un vrai travail collectif », renchérit Lionel Anselmo, vice-président d’Altitude Infra qui concentre 30 % de parts de marché à l’échelle nationale avec 5 millions de prises contractualisées.

En tout cas, partout où la fibre est déjà là, les fournisseurs d’accès à internet (FAI) « nous disent que le réseau est d’excellente qualité. On réalise 94 % des raccordements dès la première intervention », se félicite Géraldine Garric. Et les Landais sont au rendez-vous, avec un taux de pénétration de 40 %, bien au-dessus des 28 % de moyenne régionale.

ENTREPRISES : COMMENT SE FIBRER ?

Sur le site dédié à la fibre optique en Nouvelle-Aquitaine (www.nathd.fr/fibreentreprise), artisans, professions libérales, entrepreneurs et particuliers peuvent vérifier leur éligibilité en fonction de leur adresse, entre raccordement déjà possible et carte prévisionnelle d’ouverture du service.

Une aide en ligne, via un questionnaire pour évaluer les besoins du quotidien de sa société (visioconférences, alarmes connectées, terminaux de paiement…) est proposée pour mieux choisir son opérateur dans la jungle des offres alors qu’une trentaine de fournisseurs d’accès à internet sont présents, des plus grands (Orange, Free, Bouygues…) à des plus régionaux (Idline, Netsquare, Saclak…). Une TPE/PME qui n’a pas de gros besoins en sauvegarde peut se contenter d’une offre basique. Les grandes entreprises peuvent préférer des services premium, incluant une garantie de temps de rétablissement de 4 heures en cas de problème.