Couverture du journal du 17/10/2020 Consulter le journal

NETIFUL protège les enfants sur le web

La start-up Netiful qui conçoit et fabrique à Dax depuis 2019 un boîtier innovant pour assurer la navigation sans risque des enfants sur Internet dans les écoles, se lance à la conquête des familles.

© Jpeg Studios

En moins de deux clics sur Internet, un enfant peut se retrouver sur un site comportant des contenus inappropriés. Aujourd’hui, on demande aux enfants d’être formés sur le numérique, mais sans protection. C’est un peu comme leur confier une voiture sans permis de conduire », alerte Richard Bécard. Après un an d’études et de recherches, ce consultant informatique a mis au point en 2018, le NetifulBot, un boîtier qui se connecte sur l’arrivée d’Internet pour assurer le filtrage des contenus.

« Son énorme avantage par rapport aux logiciels existants est de s’adapter à un parc hétérogène (PC, Mac, Linux, Android, IOS) et d’être mis à jour automatiquement grâce à l’utilisation de technologies de pointe, comme l’intelligence artificielle », précise-t-il.

EN PRIME, UN JEU VIDÉO EN RÉALITÉ AUGMENTÉE

« Nous travaillons avec l’Éducation nationale, au niveau des académies et du ministère, pour adapter au mieux la solution à l’usage. En plus de la filtration des contenus violents et pornographiques, l’enseignant peut sélectionner d’autres thèmes comme les jeux, les réseaux sociaux… ». La formule propose également un portail dédié à l’école avec des sites proposés par défaut, sélectionnés pour leur intérêt par les enseignants. Elle sera bientôt dotée, en prime, d’un jeu vidéo en réalité augmentée. Construit autour d’un quizz, il transforme l’enfant en super héros sur la culture informatique.

 

NETIFUL

© Jpeg Studios

 

Commercialisée depuis début 2020, la solution est aujourd’hui déployée dans une centaine d’écoles en Bretagne, Île-de-France, dans le Sud-Est et les Dom-Tom… Dans les Landes, Netiful a remporté le marché lancé par l’Agence landaise pour l’informatique (Alpi), le syndicat mixte qui accompagne les collectivités adhérentes dans leur développement informatique. « Les maires ont l’obligation de protéger les mineurs depuis 2004. Le confinement et l’enseignement à distance ont accéléré la prise de conscience de tous, et la formule se révèle particulièrement intéressante pour les communes qui ne disposent pas de service informatique », relève-t-il, tout en constatant que les délais des prises de décision sont parfois longs du côté des institutions.

DÉVELOPPER DE NOUVEAUX CANAUX DE DISTRIBUTION

Et la jeune pousse qui réunit aujourd’hui autour de son fondateur, un technicien et une assistante au profil de couteau suisse pour assurer les tâches administratives, commerciales et le webmarketing, envisage de recruter un développeur commercial afin d’explorer les nouveaux canaux de distribution. Du côté technique, l’objectif permanent reste « d’amener de nouvelles briques technologiques toujours plus abouties pour nous adapter aux évolutions des moteurs de recherche de mastodontes qui dominent aujourd’hui Internet, comme Google qui représente 97 % des requêtes ». Chez Netiful, la course contre la montre a déjà commencé. www.netiful.com

la formule se révèle particulièrement intéressante pour les communes qui n’ont pas de service informatique


FABRICATION LOCALE ET VERTUEUSE

Le boîtier NetifulBot, estampillé d’un petit robot bienveillant, destiné aux écoles et désormais en vente pour les particuliers, est fabriqué dans l’atelier de la start-up, installée au sein du technopôle Pulseo, à Dax. « On ne peut plus produire aujourd’hui à outrance. Nous avons opté pour une hybridation entre modèle industriel et artisanal avec une forte valeur ajoutée écologique », explique Richard Bécard. Le boîtier en bioplastique biodégradable fabriqué à partir d’amidon de maïs, est en effet issu de l’impression 3D et doté d’un processeur de smartphone et de tablette.