Couverture du journal du 06/06/2024 Le nouveau magazine

Montée en cadence chez Safran

À quelques jours du Salon du Bourget, Cédric Goubet, le nouveau président de Safran Helicopter Engines, s’est ouvert sur les enjeux à court et moyen termes pour l’entreprise. Le fabricant de turbines d’hélicoptères, dont le siège se situe à Bordes, connaît une belle dynamique grâce à un carnet de commandes exceptionnellement fourni.

Safran

© Safran

Produire et livrer plus de 1 000 moteurs d’hélicoptères par an, en 2024 et 2025 : l ’enjeu est de taille, pour Safran Helicopter Engines. L’équipementier aéronautique n’avait en effet pas connu pareil volume de commandes depuis 2009 et, l’an dernier encore, comptabilisait moitié moins de moteurs au sortir de ses ateliers de Bordes et Tarnos (40). Des chiffres évocateurs traduisant « la croissance robuste » du marché de l’hélicoptère que Cédric Goubet, le nouveau président de l’entreprise, ne manque pas de souligner.

Cédric Goubet, président de Safran Helicopter Engines

Cédric Goubet, président de Safran Helicopter Engines © E. L-T

SE MAINTENIR FACE À DES CONSTRUCTEURS PUISSANTS

« Safran Helicopter Engines est parmi les leaders mondiaux et doit se maintenir face à des constructeurs puissants, Américains surtout, au sein d’une compétition qui se remobilise », resitue-t-il, évoquant plusieurs facteurs explicatifs depuis les nouvelles demandes de pays émergents, les renouvellements de marchés déjà matures ou encore l’augmentation des budgets de défense de nombreuses nations.

« Il y a un très fort rebond sur notre marché, avec une demande vigoureuse plus rapide que ce que l’on avait anticipé. L’enjeu est désormais de pouvoir y répondre. »

UNE PRODUCTION FREINÉE

Assumer « cette montée en cadence très forte » est en effet la priorité des mois à venir pour l’industriel tricolore, dans un contexte tendu entre crise profonde des chaînes d’approvisionnement et difficultés de recrutement.

« Nous avons des difficultés à avoir, au moment voulu, les pièces dont nous avons besoin. Cela a tendance à nous freiner alors que nous pourrions produire davantage », remarque Cédric Goubet, qui embraye avec la nécessité tout aussi essentielle d’embaucher.

« En 2022, nous avons recruté 400 personnes et nous en recruterons 400 cette année également », souligne-t-il ainsi. Chaudronnier, ingénieur, fraiseur, technicien, apprenti… : les besoins sont aussi variés que le marché de l’emploi saturé. Un constat qui amène le nouveau président à évoquer la volonté de Safran « de se remettre en question » et son intention de développer la formation en interne. En attendant, une vaste campagne de recrutement est en cours avec l’ambition affichée de « rendre l’entreprise attractive ».

Il y a un très fort rebond sur notre marché, avec une demande vigoureuse plus rapide que ce que l’on avait anticipé

300 MILLIONS D’EUROS D’INVESTISSEMENTS

En parallèle de cette montée en puissance, Safran Helicopter Engines entre également dans « un cycle d’investissements sans précédent, de l’ordre de 300 millions d’euros, d’abord pour moderniser l’ensemble de nos capacités de production », souligne Cédric Goubet. Côté R&D également, un coup d’accélérateur est mis sur la décarbonation, l’hybridation électrique, les bimoteurs, les carburants d’aviation durables (ou SAF) ou encore la performance des turbomachines… Pour le dirigeant,

« l’enjeu de transformation » pour Safran Helicopter Engines est considérable et surtout motivant, annonciateur d’innovations et d’avancées avec, à la clé, le développement d’un ou plusieurs nouveaux moteurs.

SAFRAN HELICOPTER ENGINES EN CHIFFRES

1,318 Md€ de chiffre d’affaires en 2022

5 800 employés dans le monde dont 2 480 à Bordes (siège social), 1 490 à Tarnos et 270 à Buchelay

11 implantations hors de France

2 500 clients dans 155 pays dont Airbus et HAL

22 000 moteurs en service

516 moteurs produits en 2022

Plus de 1 119 moteurs réparés

UN JOB DATING À BORDEAUX

Pour répondre à ses importants enjeux de recrutement, Safran Helicopter Engines organise un « job dating », ce vendredi 16 juin, à l’Hôtel Renaissance. L’industriel recherche des profils dans les métiers d’usinage en proposant une large diversité de postes : production, MRO, ingénierie, digitalisation. Des opportunités d’emploi sont à saisir en CDI, CDD, intérim ou encore alternance. Jusqu’à 4 000 € d’aides, dans le cadre de son offre mobilité, sont proposées en fonction du profil et pour les personnes signant un CDI et venant travailler sur l’un des sites basés à Bordes, Tarnos ou Buchelay. Par ailleurs, d’autres job dating sont également organisés à Poitiers, Rodez et Buchelay.

Plus d’informations sur www.safran-group.com