Couverture du journal du 17/02/2024 Le magazine de la semaine

Les granges : la culture de l’artisanat

LESPERON - Le projet de tiers-lieu Les Granges, porté par la commune et l’association Mine de rien, promet de devenir un centre de créativité et d'innovation pour tous.

Nathalie Lengelé, Présidente de l'association Mine de rien et Helene Cousseau, Maire de Lesperon les granges

Nathalie Lengelé, Présidente de l'association Mine de rien et Helene Cousseau, Maire de Lesperon © Matthieu Sartre

Dans quelques jours débuteront les travaux de réhabilitation des deux granges communales de l’ancienne maison de maître située en centre-bourg de Lesperon. D’ici fin 2024, elles abriteront un tiers-lieu appelé « Les Granges » avec pour ambition d’offrir un espace de travail à des artisans créateurs et leur permettre de développer leurs projets. Au cœur de son fonctionnement, les questions liées au développement durable et aux modes de consommation alternatifs. « Nathalie Lengelé nous a soumis son projet et cela m’a tout de suite fait tilt », explique Hélène Cousseau, maire de Lesperon. « Non seulement cela correspondait tout à fait à nos ambitions, mais ce fut aussi une belle rencontre sur le plan humain, à tel point que Natalie est entrée dans mon conseil municipal », relate la maire.

DES LOYERS MODÉRÉS

L’idée de Nathalie Lengelé, fondatrice de L’Atelier du crayon pour fabriquer des crayons de couleur en osier, et présidente de l’association Mine de rien, est partie d’une problématique récurrente : « Les artisans n’ont pas de marge suffisante pour louer un atelier en plus de leur habitation. » Elle-même à la recherche d’un lieu, elle va découvrir des structures au loyer modéré à Labastide-Clairence (Pyrénées-Atlantiques) et à Château-d’Oléron (Charente-Maritime) et s’inspirer de ces modèles pour son projet personnel qu’elle soumet à Lesperon. « C’est un tiers-lieu où chacun va pouvoir partager sa vision de l’art. On voudrait qu’il y ait trois artisans pérennes et qu’un espace collectif permette à d’autres de venir deux ou trois mois pour travailler, exposer ou échanger. Pour l’instant, Nathalie Lengelé a déjà installé son atelier et on espère que d’autres artisans la rejoindront », développe Hélène Cousseau. « J’aimerais trouver des personnes intéressées pour qu’on coconstruise la suite du projet. Ce concept doit évoluer au fur et à mesure que les gens vont y venir », insiste Nathalie Lengelé. En échange d’un loyer modéré, les professionnels disposeront d’une surface de 160 m2 composée de leur propre atelier, d’un espace de rencontre entre professionnels et population, un coin bureau et un petit jardin. En contrepartie, ils devront s’investir pour recevoir du public et participer à des animations pour la ville.

les granges

© L’atelier du crayon

TISSER DU LIEN

« Nous voudrions impliquer les habitants pour leur faire prendre conscience à travers ces ateliers et animations qu’il y a des activités artistiques à la portée de tout le monde. Nous allons aussi travailler avec la communauté de communes du Pays morcenais et l’office du tourisme de Morcenx pour lui donner une dynamique », précise la maire également vice-présidente de la communauté de communes. De quoi « renforcer le vivre-ensemble et apporter une valeur culturelle et touristique essentielle à la région ».

UN LIEU EXPÉRIMENTAL

L’artisane aimerait que ce lieu expérimental permette aussi de mener une réflexion sur les nouveaux modes de consommation : « Comment on troque, on répare, on cultive son jardin, comment on travaille l’autonomie du territoire… Je voudrais mettre en place une bibliothèque de matériaux, des ateliers de récupération en réfléchissant à ce que génère la consommation, ce qu’elle dit de nous, et son impact. On n’a pas envie de tout révolutionner mais simplement d’apporter notre pierre à l’édifice. »

En attendant la fin des travaux, les candidatures pour rejoindre ce coworking d’artisans sont ouvertes.

asso.minederien@gmail.com

UN LIEU ÉCORESPONSABLE

En lien avec l’objectif du lieu de sensibiliser aux nouveaux modes de consommation, la municipalité a choisi de concevoir un lieu écoresponsable. « Nous avons contacté l’architecte Adam Glazewski de Mézos, spécialiste dans ce domaine de rénovation qui a été très enthousiaste.

L’architecture landaise avec les bardages en bois sera bien sûr conservée et nous y installerons un poêle à bois et les équipements nécessaires pour les rencontres ou conférences », précise Hélène Cousseau, maire de Lesperon. Pour financer les travaux (272 108 euros), le projet est soutenu par l’État (73 920 euros) au titre de la Dotation d’équipement des territoires ruraux et par la région (50 000 euros).

La commune finance 88 184 euros et a eu recours à l’emprunt à hauteur de 60 000 euros.

Quant au tiers-lieu, ce sont les ateliers et les animations organisés par le collectif ainsi que les adhésions à l’association qui permettront de couvrir les frais fixes.