Couverture du journal du 06/06/2024 Le nouveau magazine

Le bio en péril?

Alors que les producteurs de la région se préparent au Mois de la Bio qui aura lieu en novembre, le contexte inflationniste conjugué à une baisse de la consommation inquiète les acteurs d’un secteur en pleine crise de croissance.

Bio

© MBSO

Après avoir connu une progression constante depuis des années, l’alimentation biologique connaît un premier ralentissement qui interroge et interpelle les acteurs, producteurs et magasins bios, qui n’hésitent plus à parler de crise. En effet, les chiffres sont sans appel : entre 2022 et 2021 la consommation de produits bios a chuté de 4,6 % en France, un chiffre plus important que celui de la baisse générale de la consommation des produits alimentaires due à l’inflation : – 2,3 %. Et si l’on regarde les statistiques dans le détail, seule la vente directe résiste avec une progression de 3,9 %. En grandes surfaces, la baisse atteint 4,6 % et on dépasse les 10 % en magasins bios. Le résultat de cette dégringolade : 200 fermetures de magasins bios sur un an. L’heure n’est plus au constat mais à la recherche de solutions.

Sur un an, 2oo magasins bio ont fermé

QUELS LEVIERS D’ACCOMPAGNEMENT ?

Pour Philippe Leymat, président d’Interbio Nouvelle-Aquitaine et viticulteur en Corrèze, le marché ne suffit plus à la consolidation de l’agriculture biologique : « Les citoyens veulent du bio mais plus les consommateurs. Nous devons trouver d’autres leviers d’accompagnement : je pense notamment à la restauration collective qui doit intégrer des aliments bios depuis la loi Egalim. Je pense aussi au budget du ministère de la Santé pour les services rendus par l’agriculture biologique à la qualité de l’air et des sols. Le bio, c’est aussi un projet de société qui ne doit pas que reposer sur le budget du ministère de l’Agriculture ».

Bio

Philippe Leymat © D.R.

UNE ENQUÊTE QUI INQUIÈTE

Attitudes et société, institut spécialisé, a interrogé un échantillon représentatif de la population française de 1 326 personnes sur leur perception des magasins bio. Zoom sur les principaux enseignements de cette étude publiée en cette rentrée 2023 : 21 % des Français continuent de fréquenter les magasins bio. Les 3/4 des consommateurs estiment pouvoir y trouver des produits qui ne sont pas disponibles ailleurs (78 %). Le magasin spécialisé biologique souffre d’un véritable déficit d’image sur les prix : il est jugé trop cher par 85 % des personnes interrogées. Les Français sont devenus locavores : ils sont près de 8 sur 10 à considérer que consommer des produits locaux préserve davantage la planète qu’acheter des produits bio. Enfin, près de 8 Français sur 10 pensent qu’il y a trop de labels et ne savent pas les différencier. Résultats à retrouver sur attitudesetsociete.fr

LÉGÈRE AUGMENTATION DES DÉCONVERSIONS

Même son de cloche chez Sylvie Dulong, présidente de Bio Nouvelle-Aquitaine et viticultrice en Gironde : « Nous avons constaté une stagnation des installations d’agriculteurs en bio après un fort développement. Et on constate même une légère augmentation des déconversions avec 600 retours au conventionnel en un an ». Si les regards des professionnels de la filière bio sont une nouvelle fois tournés vers la Politique Agricole Commune Européenne qui devrait intégrer les services environnementaux rendus par l’agriculture biologique, ils nourrissent également des espoirs dans le Pacte Bio 2023-2027 voté par la Région Nouvelle-Aquitaine. Celui-ci ambitionne d’atteindre 25 % des exploitations en bio, 18 % de la surface agricole utile, 30 % de produits locaux bios dans les lycées et un chiffre d’affaires global de 2,5 milliards d’euros. Un horizon encore lointain.

Bio

© MBSO.

LE PROGRAMME DU MOIS DE LA BIO

Le Mois de la Bio 2023 de la Région Nouvelle-Aquitaine aura lieu du 3 au 30 novembre. Dans les 12 départements de la grande région, ce sont plus de 80 événements destinés aux professionnels qui vont se dérouler. En Lot-et-Garonne,

4 rencontres sont prévues :

– Jeudi 9 novembre à 14 h au Gaec des Mille Pattes à Monbahus : élevage laitier

– Lundi 13 novembre à 14 h avec l’Inrae à Bourran : culture fruitière

– Jeudi 23 novembre à 14 h au domaine de Ferrussac à Montesquieu : culture de myrtille

– Lundi 27 novembre à 14 h à la ferme de Prie Dieu à Ferrensac : la graine de courge du 47

Programme complet sur moisdelabio.fr

L’AGRICULTURE BIOLOGIQUE EN NOUVELLE-AQUITAINE

9 100 fermes soit 14,1 % des exploitations
1,8 milliard d’euros de chiffres d’affaires
380 000 hectares
9,7 % de surface agricole utile
2e région bio de France

INTERBIO NOUVELLE-AQUITAINE VERSUS BIO NOUVELLE-AQUITAINE

Interbio est une association interprofessionnelle régionale qui compte environ 300 membres (agriculteurs, transformateurs et distributeurs). Interbio Nouvelle-Aquitaine est née de la fusion entre 3 structures : Arbio Aquitaine, Croissance Bio Poitou-Charentes et Interbio Limousin. Interbio est présidé par Philippe Leymat. Bio Nouvelle-Aquitaine est la fédération régionale d’Agriculture Biologique qui accompagne les agriculteurs vers la conversion en bio. Elle agit sur le plan local grâce à des GAB départementaux : Groupements d’Agriculture Biologique. Bio Nouvelle-Aquitaine est présidée par Sylvie Dulong.