Couverture du journal du 21/06/2021 Consulter le journal

[ Grand-Dax ] Le Thermalisme redémarre

Fermés depuis six mois pour cause de pandémie, les établissements thermaux landais ont eu l’autorisation de rouvrir leurs portes à partir du 19 mai 2021. « Une très bonne nouvelle » pour les acteurs de la filière de l’agglomération dacquoise prêts à recevoir les curistes en toute sécurité. Mise en eau.

Hôtel Thermalisme le Splendid

Le Splendid © H. R

Julien Dubois, maire de Dax et président de la communauté d’agglomération du Grand-Dax, Martine Dedieu, sa première adjointe, vice-présidente en charge du tourisme et du thermalisme et les représentants de la filière, dont Jean-Charles Pressigout, président du syndicat des établissements thermaux de l’agglomération dacquoise (ETAD), ont de concert dit la joie qu’ils ont ressentie en apprenant qu’ils avaient à nouveau l’autorisation de recevoir des curistes à compter du 19 mai. (Dans un premier temps, la date du 9 juin avait été arrêtée par Paris, mais une mobilisation de l’ensemble de la filière a permis d ’ obtenir une avancée de trois semaines). Bien sûr, il y a un protocole sanitaire validé par la Direction générale de la santé (DGS) avec une jauge limitée à 50 % de la fréquentation habituelle, désinfection régulière, règles de distanciation physique, formation du personnel, plan de zonage de l’établissement, port du masque par le personnel et obligatoire dans certains espaces.

Retrouver du monde

« On n’est pas du tout dans la même situation que l’an dernier, explique Michel Duprat, président du syndicat des médecins thermaux. En 2020, l’épidémie faisait peur. Aujourd’hui, nous sommes beaucoup plus sereins. Il n’y a pas eu de cluster, les curistes seront vaccinés à 80 % et une campagne de vaccination des personnels volontaires est en cours. Pour les curistes non vaccinés, il y aura un suivi et des tests PCR pendant la cure. »

Jean-Charles Pressigout Président Etablissement Thermaux Dax

Jean-Charles Pressigout : Président du syndicat des établissements thermaux de l’Agglomération Dacquoise (ETAD) © H. R

« Cette jauge à 50 % n’est pas insurmontable, prévoit Sébastien Carpentier, le directeur des Thermes dessinés par Jean-Nouvel. Elle ne s’applique que jusqu’au 9 juin et nous avons la possibilité de nous adapter en organisant des roulements avec des amplitudes horaires plus larges et des arrivées cadencées. Ce qui est important, c’est que l’attractivité de notre secteur nous permette de retrouver du monde et la capacité à investir. »

Ce qui est important, c’est que l’attractivité du secteur nous permette de retrouver du monde

Faire du Covid une force

Même optimisme du côté de Jean-Charles Pressigout, président de l’ETAD, qui révèle que « les standards téléphoniques n’arrêtent pas de sonner. À ce jour, les réservations sont assez correctes pour mai et juin. Juillet et août, c’est toujours un peu plus compliqué, mais septembre et octobre, ça commence à arriver fort. On sent que nos curistes sont en attente. Il y a une vraie appétence pour les soins que nous prodiguons. Cela conforte, s’il en était besoin, le service médical rendu par les applications de péloïde et l’eau thermale. » « Le besoin en personnel qualifié est important et urgent, concède Virginie Bérot. Suite à notre arrêt, quelques-uns se sont réorientés, mais de nouvelles promotions arrivent. Nous faisons appel à des agents formés ce qui n’est pas le cas de toutes les stations. Et en fonction des réservations, les établissements thermaux auront encore la possibilité de faire appel au chômage partiel », précise la directrice des thermes Bérot qui « remercie la Ville, pour tous les moyens qui ont été alloués afin de les soutenir, malgré les tensions budgétaires. Nous avons eu des pertes financières lourdes, mais on va essayer de faire du Covid une force. »

Ouverture Thermalisme Dax

De gauche à droite : Sébastien Carpentier, directeur des Thermes, Marianne Herreria, directrice des opérations de Thermes Adour, Michel Duprat, président national du syndicat des médecins thermaux, Jean-Charles Pressigout, président du syndicat des établissements thermaux de l’agglomération dacquoise (ETAD), Julien Dubois, président de l’Agglomération du Grand-Dax, Martine Dedieu, vice-présidente, Virginie Bérot, directrice des thermes Bérot © H. R

Plan de relance

Le maire de Dax, Julien Dubois, a souhaité cette aide, car « entre les emplois directs et indirects, le thermalisme est essentiel pour notre territoire. Les retombées économiques sont évidentes. Nous avons participé aux traditionnelles Thermalies en visioconférence. L’office intercommunal du tourisme et du thermalisme (l’OITT) a lancé une campagne de publicité nationale- l’investissement a été de 80 000 euros– et la Régie municipale des eaux et des boues est prête à livrer le précieux limon.

Nous avons également tenu à accompagner tous les acteurs de la filière pendant ces longs mois de fermeture », a ajouté le président de l’Agglomération. « Dès début novembre, en effet, explique Martine Dedieu, nous nous sommes réunis chaque lundi.

D’abord pour que les uns les autres puissent se soutenir et partager les difficultés, mais aussi pour réfléchir à un après-Covid et se tenir prêts à repartir. Nous avons par exemple évoqué la possibilité de mettre en place des cures plus courtes ou des soins thermaux adaptés aux personnes qui souffrent des séquelles du Covid. »

 

Les Landissimes thermales

Lancée par le conseil départemental des Landes et par les acteurs du thermalisme, l’opération Les Landissimes thermales propose 1 000 bons de 100 euros pour les 1 000 premiers curistes qui s’inscriront sur le site dédié. Seules les personnes ayant contracté un séjour comprenant a minima une cure thermale conventionnée et un hébergement marchand (hôtel, camping, résidence de tourisme, village vacances, location de vacances ou chambre d’hôtes) de la même durée peuvent souscrire à l’opération. Et ce, pour une réservation effectuée après le 30 avril 2021 et se déroulant entre le 19 mai et le 28 août 2021.

Tous les établissements redémarrent

Virginie Bérot Thermes Bérot

Virginie Bérot : directrice des thermes Bérot © H. R.

« Après une fermeture de six mois, entre les remises en eau, la désinfection des réseaux, les analyses de l’Agence régionale de santé et le ménage général, il faut environ trois semaines à un établissement pour être à nouveau opérationnel. Les ouvertures s’échelonneront jusqu’au 5 juillet*, explique Jean-Charles Pressigout, directeur des Thermes Borda . En 2020, la moyenne des pertes de chiffre d’affaires a été de 70 % et les aides de l’État ont été quasi inexistantes. Cette année, fort heureusement, les frais fixes seront pris en compte et tous les établissements redémarrent avec le soutien de la Mairie, de l’Agglomération, du Département et de la Région. »

 

* Dates de reprise : 24 mai : Les Arènes, Bérot, Borda, Régina, Christus, Les Chênes, Les Thermes – 31 mai : Les Écureuils, Daxadour – 7 juin : Saint-Pierre, Sarrailh, Sourcéo – 14 juin : Foch – 5 juillet : L’Avenue, Dax O’thermes – 23 août : Grand Hôte

 

Régie municipale des boues

Régie municipale des boues © H. R

 

Nouvelle-Aquitaine : Le thermalisme planche sur la recherche et l’innovation

« Même fermés, les thermes de Nouvelle-Aquitaine n’ont pas été inactifs et ont travaillé sur de nouveaux projets et de nouveaux services, afin d’accueillir aux mieux les curistes », affirme le cluster Aqui O Thermes. Autour de la structure régionale qui réunit les 15 stations thermales (1), pour 10 orientations thérapeutiques et 151 000 patients en 2019, « les entreprises thermales, médecins, universitaires, offices de tourisme, collectivités et stations thermales, se sont régulièrement retrouvés pour imaginer de nouveaux outils ». Dès cet été, dans les stations partenaires, les curistes pourront expérimenter la plateforme Thermassist, lauréate du prix étudiant de l’innovation thermale en 2019. L’objectif : proposer l’accès à un canal d’informations personnalisées pendant et après la cure. À leur retour à domicile, les premiers arrivés pourront également utiliser Bliss, un dispositif médical, en complément de la cure, permettant de réduire la sensation de douleur et d’anxiété.
En parallèle, plusieurs diagnostics ont débuté dans le cadre de la réflexion sur la préservation de l’eau, principale ressource du thermalisme, via une transition énergétique raisonnée. Les acteurs du secteur ont également planché sur l’avenir du thermalisme à l’horizon 2026, pour un plan thermal qui sera présenté en fin d’année.

(1) Les stations thermales landaises de Dax, Saint-Paul-lès-Dax, Eugénie-les-Bains, Préchacq-les-Bains et Saubusse, mais aussi La Roche-Posay (Vienne), Evaux-les-Bains (Creuse), Rochefort, Saujon et Jonzac (Charente-Maritime), Casteljaloux (Lot-et-Garonne), Salies-de-Béarn, Cambo-les-Bains, Eaux-Bonnes et Eaux-Chaudes (Pyrénées-Atlantiques).