Couverture du journal du 06/06/2024 Le nouveau magazine

Didier Massy : « Le collectif, l’humain et le travail »

Après avoir reconstruit la Confédération des petites et moyennes entreprises des Landes (CPME 40), Didier Massy, charpentier à Heugas, s’attaque à la CPME Nouvelle-Aquitaine (2 800 entreprises adhérentes) dont il vient d’être élu président pour un mandat de trois ans.

Didier MASSY Président de la CPME Nouvelle-Aquitaine

Didier MASSY Président de la CPME Nouvelle-Aquitaine © J. D.

Quand il est devenu président de la CPME 40 en 2018, le syndicat patronal landais était endetté, il n’y avait quasiment plus de bureau et seulement une poignée d’adhérents. « La confédération était sur le point de disparaître. Nous avons reconstruit et désendetté pour aujourd’hui, avoisiner la centaine de membres », explique Didier Massy, mettant en avant « la conviction, le courage et le travail » des équipes qui ont mené ensemble ce projet avec lui. « La manière que j’ai de mener mon entreprise dans le projet collectif et humain, je l’applique ici aussi car sans travail ni envies communes, on ne peut pas y arriver », poursuit l’entrepreneur qui a repris la société familiale de charpente et couverture tuiles et zinc à Heugas en 1980, devenue une entreprise florissante de 60 salariés, grâce à un fort accent mis sur la formation des jeunes et la transmission du savoir-faire.

UNIR ET PACIFIER

Son élection à la tête de la CPME Nouvelle-Aquitaine intervient dans un contexte de crise, son prédécesseur, Daniel Fischer, en place depuis peu, ayant été destitué pour n’avoir « peut-être pas réussi à faire fonctionner l’ensemble. Comme j’étais le plus ancien, j’ai été président par intérim », confie celui qui est aussi président de la Fédération française du bâtiment dans les Landes et membre du conseil d’administration de Basket Landes où le sens du collectif n’est pas non plus un mot en l’air. À 64 ans, après avoir pesé le pour et le contre, Didier Massy, qui avait perdu de peu l’élection à la chambre de métiers et de l’artisanat des Landes fin 2021, a fini par poser sa candidature pour une campagne éclair d’un mois auprès des représentants des 12 départements de la grande région, l’emportant face à la candidate de Haute-Vienne, ex-Limousin (30 voix contre 22), quand celle de l’ex-Poitou-Charentes s’est retirée avant le vote.

Son mot d’ordre ? « Unir, pacifier, apaiser », fait valoir celui qui vient de la plus petite confédération du territoire néo-aquitain, celle des Landes. « Notre CPME est bourrée de talents. Mon but est de structurer toutes ses entités, mettre du liant dans cette confédération pour faire travailler les gens les uns avec les autres, et que l’organisation puisse se développer et mieux aider les entrepreneurs. (…) Il est temps d’oublier les rancœurs d’anciennes régions et de nous unir au service de l’efficacité. Seule l’union doit être notre salut. »

Didier MASSY Président de la CPME Nouvelle-Aquitaine

Didier Massy continue à être présent dans son entreprise d’Heugas quasiment tous les matins © J. D.

CONSEILLER LES PME, TROUVER DES SOLUTIONS

Pour ce faire, Didier Massy qui veut « remettre la CPME en ordre de travail », a proposé des vice-présidences supplémentaires autour de trois grands axes prioritaires : les affaires sociales, les partenariats, conventions et relations institutionnelles ainsi que l’animation territoriale. Auxquelles il a tenu à ajouter des commissions thématiques, notamment sur l’export et le commerce inter- national, la formation et l’emploi ou la communication.

« Aujourd’hui, le monde des PME porteuses de projets sociaux et d’emplois dans un mode de vie souvent familial loin de celui des majors du CAC 40, est très chahuté, dans les services, l’artisanat, le bâtiment, l’industrie, le commerce », poursuit le spécialiste du bâtiment qui entend « travailler chaque dossier dans la réalité de chaque famille ». Selon lui, « les PME en difficulté se retranchent parfois dans le silence et la honte, il faut arriver à créer un déclic pour que les gens parlent de leurs problèmes. On peut les conseiller, trouver des solutions, négocier avec des organismes gouvernementaux ou l’Urssaf », plaide-t-il, voulant transcender l’idée d’un syndicat revendicatif pour en faire un syndicat de projets.

« Mon ambition est d’aider les chefs d’entreprise à s’installer, à se développer et à évoluer dans un monde pas toujours facile pour eux », dit-il, alors que « nous sommes aujourd’hui soumis à de lourdes difficultés suite au Covid, à la crise des matières premières et des prix exorbitants qui s’enflamment depuis la guerre en Ukraine, des taux bancaires qui bloquent l’investisse- ment, des PGE (Prêts garantis par l’État) parfois mal gérés dans les entreprises, et bien sûr la pénurie de main-d’œuvre qui reste un sujet très épineux. »

Parmi ses premiers déplacements depuis son élection à la présidence de la CPME Nouvelle-Aquitaine, Didier Massy, encore présent quasiment tous les jours à 6 h du matin dans son entreprise d’Heugas, a d’ailleurs rencontré la rectrice de la région académique à Bordeaux pour évoquer la réforme du lycée professionnel. La formation, comme leitmotiv d’une vie.