Couverture du journal du 22/05/2024 Le nouveau magazine

Diblue mise sur le kit

Seule spécialiste néo-aquitaine de la terrasse mobile, l'entreprise Diblue démocratise cette alternative à l'abri de piscine grâce à un produit breveté, compétitif et fabriqué à Saint-Geours-de-Maremne.

© Cécile Agusti

 

« Aussi facile à monter qu’un meuble Ikea. » C’est l’un des principaux arguments de vente de Vivaldi 3, la terrasse mobile en kit imaginée par Diblue.

Son prix, à partir de 295 euros par m², devrait également séduire les consommateurs. Car cette alternative à l’abri de piscine traditionnel était jusqu’alors relativement onéreuse. « Au-delà de 500 euros par m² pour une version clé en main », indique Didier Lalanne, fondateur et dirigeant de l’entreprise installée dans les locaux de Domolandes, à Saint-Geours-de-Maremne.

OPTIMISATION DE L’ESPACE FONCIER

Pour éviter les risques de noyade, les piscines enterrées doivent être équipées d’un dispositif de sécurité. À côté des abris et autres volets roulants, s’est développé le marché de la terrasse mobile : une plateforme coulissante qui recouvre le bassin lorsqu’il n’est pas utilisé. « Cette offre est née d’une demande récurrente pour une couverture plus sobre, plus design et plus efficace que ce qui existait par ailleurs. »

En plus de sécuriser le bassin et de le protéger de l’environnement, la terrasse mobile a de nombreux atouts : moins de condensation, meilleure conservation de la température, moindre utilisation de produits pour le traitement de l’eau, esthétisme… Sans compter qu’elle permet d’optimiser l’espace foncier. Sur cette plateforme légère, mais rigide, on peut marcher, bronzer, jouer, dîner… et donc profiter de l’emprise de la piscine, même lorsqu’elle est fermée.

MATÉRIAUX ÉCOLOGIQUES

Séduit par le concept, Didier Lalanne a créé Diblue en 2016. Le procédé qu’il a mis au point avec PBO Design (Bayonne) et un bureau d’ingénierie dispose d’ailleurs d’un brevet d’innovation de l’Inpi (Institut national de la propriété industrielle).

Entièrement sur mesure, les terrasses mobiles de la marque sont adaptables à tous types de bassins, faciles à manipuler (que ce soit manuellement ou grâce à un moteur à énergie solaire) et conçues à base de matériaux écologiques. « Dans notre version premium, la périphérie est habillée d’Accoya. Ce bois de classe 5 est imputrescible et résiste à l’ambiance humide et saline, sans aucun traitement chimique. » Au niveau de l’esthétique, les clients ont le choix entre un revêtement gazon synthétique, un plancher aluminium ou des lames de bois sans vis apparentes.

CONCURRENCE ACCRUE

« La terrasse mobile reste confidentielle par rapport à l’ensemble des dispositifs de sécurité », reconnaît Didier Lalanne. Son entreprise ne réalise ainsi qu’une cinquantaine de projets par an, livrés à travers toute la France.

Mais aussi niché soit-il, ce produit attire de nouveaux acteurs. « Avec 4 millions de piscines en France et un marché des équipements en croissance à deux chiffres depuis 30 ans, il représente une diversification intéressante pour les généralistes. » De grands noms du secteur de la piscine l’ont ainsi mis à leur catalogue, rendant le marché de plus en plus concurrentiel.

Du haut de ses 250 000 euros de chiffre d’affaires annuel, l’entreprise landaise s’est fait bousculer. « Les prix ont été tirés vers le bas. Alors que je ne proposais que des offres clé en main, des versions en kit ont fleuri, mais je ne pouvais pas m’aligner. » Diblue, qui a employé jusqu’à quatre personnes en CDI, n’en compte plus que deux : Didier Lalanne qui assure la fabrication des terrasses, et Valérie Dubois, la responsable commerciale, qui gère le suivi clientèle.

RÉACTIVITÉ ET COMPÉTITIVITÉ

Mais Didier Lalanne a décidé, une nouvelle fois, de parier sur l’innovation pour tirer son épingle du jeu. Après plusieurs mois de recherche et développement, il a mis au point la Vivaldi 3 qu’il n’hésite pas à qualifier de « révolutionnaire ». Utilisant un métal imputrescible, biodégradable et ultraléger tout en étant extrêmement rigide, cette terrasse mobile en kit est performante, compétitive et simple à mettre en œuvre. Depuis fin mars, le concept est breveté Inpi avec certificat d’utilité.

« Ce nouveau produit m’apporte un gain en matière de main-d’œuvre. Alors qu’il me faut une semaine pour fabriquer une terrasse clé en main, celle-ci est prête en une journée. Cela me permet de répondre avec une grande réactivité aux commandes des clients et de redevenir très compétitif au niveau des tarifs. »

Les caractéristiques du métal utilisé, un acier traité dans la masse, concurrent du galvanisé, ont de nombreux avantages. Sa légèreté laisse entrevoir un élargissement de la zone de chalandise. « Auparavant, les frais de transport nous obligeaient à nous limiter à la France métropolitaine. Aujourd’hui, nous sommes en capacité de livrer ce produit sur palette partout dans le monde. » Quant à sa solidité, elle permet d’envisager des projets inimaginables jusqu’alors. Le produit peut en effet conserver une portée de 200 kg par m² avec un entraxe de 9,30 m, contre 7,30 m auparavant.

Pour les clients aussi, les avantages sont réels. En plus du prix défiant toute concurrence, Vivaldi 3 est très facile à installer. Grâce à la notice de pose et à la visserie fournies, une simple visseuse suffit !

Didier Lalanne met beaucoup d’espoir dans ce produit. « Je vise beaucoup plus de volumes. Je suis d’ailleurs en train de négocier des contrats avec de grands comptes. »