Couverture du journal du 01/10/2022 Consulter le journal

Création d’entreprise : la force du réseau BGE

En 2021, les BGE de Nouvelle-Aquitaine ont accompagné et encouragé la création de 1 149 entreprises. Un suivi qui sécurise les parcours professionnels et favorise la pérennité des projets développés.

création d'entreprise

© Shutterstock

Le réseau d’accompagnement et d’aide à la création d’entreprise de proximité BGE a fait le point sur son activité en Nouvelle-Aquitaine, en 2021 : 8 556 personnes ont été accueillies et orientées, 4 394 guidées dans l’émergence de leur projet.

194 entrepreneurs ont intégré une couveuse, 26 % des accompagnés étant reconnus travailleurs handicapés. 22,4 millions d’euros ont été mobilisés pour les entreprises créées, et 2 285 chefs d’entreprise appuyés dans leur développement.

379 CRÉATEURS ACCOMPAGNÉS DANS LES LANDES EN 2021

Dans une période d’incertitudes, « créer une entreprise aurait pu sembler contre-intuitif et pourtant, l’année 2021 a été marquée par un record de créations d’entreprises », observe Sylvie Dupeyron, présidente régionale de BGE et directrice de l’antenne landaise BGE Tec Ge Coop. En 2021, dans le département, 379 créateurs ont ainsi été accompagnés (contre 369 en 2020), pour 2 166 personnes reçues en lien avec Pôle emploi, et la tendance à la hausse s’est poursuivie sur le premier semestre 2022.

« Au cours des deux confinements, les Français se sont, en effet, questionnés sur leur vie et leur rapport au travail. Ils sont nombreux à ne plus vouloir du salariat et à considérer la création d’entreprise comme une forme de liberté. Une appétence, facilitée par les simplifications administratives portées par les politiques publiques », analyse-t-elle. Ces néo-entrepreneurs landais comptent 51 % de femmes qui ont massivement opté pour des activités d’agents commerciaux, de coaching, les métiers du bien-être, le commerce alimentaire, la vente de prêt-à-porter, la conciergerie ou l’artisanat…

création d'entreprise

© Shutterstock

LANDES : PRÈS DE 10 000 ENTREPRISES ACCOMPAGNÉES EN 36 ANS

Dans les Landes, depuis sa création en 1986, BGE Tec Ge Coop a accompagné 9 801 entreprises pour 11 872 emplois créés. En Nouvelle-Aquitaine, les 55 antennes de BGE et leurs 82 salariés ont participé, depuis leurs débuts, à la création ou la reprise de 25 547 entreprises, représentant 37 535 emplois.

SÉCURISER LE PROJET

« Au-delà du choix d’un métier passion, de l’envie de travailler différemment, à son rythme, ces porteurs de projet doivent néanmoins être accompagnés pour sécuriser leur activité et en vivre correctement, martèle Sylvie Dupeyron. Sans être des briseurs de rêve, nous les invitons à travailler sur la réalité du marché, la capacité à disposer de fonds au départ dans certains cas, à élaborer un business plan et à se former pour devenir autonomes dans la gestion… Et parfois aussi à déconstruire cette représentation de l’entrepreneuriat symbole de grande liberté. »

CONSOLIDER L’EMPLOI DANS L’ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

Pour consolider l’emploi et les compétences dans les structures de l’économie sociale et solidaire (associations, Scop, Scic, entreprises d’insertion), BGE porte aussi trois Dispositifs locaux d’accompagnement (DLA). Parmi les 49 associations et sept structures collectives employeurs, soutenues dans les Landes : le Relais Saisonnier d’Orthe-et-Arrigans, à l’origine gestionnaire d’aires d’accueil pour les saisonniers itinérants venus sur le territoire pour la récolte du kiwi. « Dans le cadre du DLA, BGE Landes Tec Ge Coop nous a apporté un accompagnement complet pour structurer l’association, aussi bien sur les volets juridique, budgétaire et humain que sur la définition de nos ambitions », témoigne Julie Fialip, embauchée par la structure à l’issue du DLA. L’association diversifie désormais ses activités sur l’accompagnement des saisonniers dans leur recherche de logement et d’emploi via les groupements d’employeurs du territoire. Elle propose également des prestations de recrutement aux producteurs et aux entreprises de l’agroalimentaire du sud des Landes et des Pyrénées-Atlantiques. Avec dans l’objectif : la création d’un deuxième poste en 2023.