Couverture du journal du 24/07/2021 Consulter le journal

Conjuguer gestion de prévisionnel, trésorerie et tableau de bord

À tout chef d’entreprise, voici quelques conseils pour un avenir plus serein… Les temps sont durs car incertains, les contraintes nouvelles liées à la COVID-19 pèsent sur les entreprises, le moral n’est pas toujours au beau fixe. Comment se fixer une ligne d’horizon sans savoir où notre environnement économico- sanitaire nous mène ? Comment rassurer la banque et continuer à se projeter dans le futur, investir et embaucher ?

prévisionnel, trésorerie et tableau de bord

© Shutterstock

Laurent BERTÉ, expert-comptable à Dax Ordre des experts-comptables d’Aquitaine © D. R.

Vous avez parlé météo ? Les agriculteurs ne font rien sans consulter l’état du ciel. Pourquoi nous, dirigeants, professionnels de tous bords, n’aurions-nous pas un outil comparable ? Météo France nous garantit un haut degré de précision de trois jours, des prévisions assez justes sur sept jours et une tendance sur 15 jours. Imaginons ensemble un outil adapté aux circonstances : le dirigeant a besoin de gérer le très court terme (fin de mois à 30 jours), le moyen terme (trois à six mois) et le long terme (jusqu’à trois ans). Il sait que plus ses prévisions sont éloignées, moins elles sont précises. En revanche, ce même responsable veut des chiffres exacts sur sa trésorerie de la fin de mois.

PRINCIPE N° 1

LA MISE À JOUR RÉGULIÈRE DE LA COMPTABILITÉ

N’attendez pas les échéances fiscales (TVA notamment), pour obtenir les comptes. Suivez votre trésorerie en enregistrant les chèques émis non débités, les LCR à échéance, les prélèvements récurrents… ainsi que les remises de chèques… Il ne suffit pas de consulter son compte bancaire sur Internet pour connaître sa position bancaire. Le solde bancaire en comptabilité anticipe les encaissements / décaissements.

PRINCIPE N° 2

CONNAÎTRE AVEC PRÉCISION SES CHARGES ET SES PRÉLÈVEMENTS

Cela semble évident, c’est un exercice qui s’avère payant : lister ses charges et ainsi budgéter ses frais de fonctionnement. Combien coûtent mes assurances ? Le poste carburant, l’électricité, les loyers, les honoraires de mon expert-comptable ? Mes salariés, salaires nets et charges sociales (faites-vous aider pour cela par votre expert-comptable)… Quelle est ma rémunération nette mensuelle ? Ainsi vous pouvez élaborer un budget mensuel de vos dépenses – privilégiez les montants hors taxes si vous êtes assujetti à la TVA. Créez un tableau avec 12 colonnes mensuelles. Rajoutez vos échéances d’emprunt. Vous aurez le montant de vos dépenses et prélèvements mensuels.

PRINCIPE N° 3

ÉTABLIR UN PRÉVISIONNEL D’ACTIVITÉ EN FONCTION D’UNE MARGE THÉORIQUE ET D’UN TAUX HORAIRE OBJECTIF

La conjoncture étant compliquée à maîtriser, fixez-vous au moins un niveau de marge (vous pouvez vous aider des coefficients sur marge) et taux horaire (pour les prestataires de services essentiellement). Dressez plusieurs hypothèses de volume d’heures facturées et/ou de ventes – hors taxes.

Vous verrez immédiatement si la marge tirée de votre activité couvre ou non vos charges et prélèvements. Tableau que vous pouvez réaliser avec 12 colonnes mensuelles.

PRINCIPE N° 4

COMPAREZ LES PRÉVISIONS AVEC LE RÉALISÉ, RÉGULIÈREMENT, ANALYSEZ LES ÉCARTS

Établir un prévisionnel sans faire un point sur le réalisé, est un exercice inutile. Le travail mensuel est de reprendre la comptabilité des mois passés et comparer avec les chiffres prévisionnels. Tout écart significatif doit être expliqué, et aboutir à une correction des prévisions des mois suivants.

L’analyse des écarts doit aboutir à rechercher des explications et des solutions dans l’organisation de l’entreprise. Ce travail méthodique ne vous évitera pas les tempêtes, ni les bourrasques, mais vous permettra d’anticiper, améliorer votre rentabilité par une meilleure maîtrise des coûts et une amélioration de la productivité. Il permet aussi de garder le contact avec votre banquier et votre expert-comptable… et peut-être sortir plus fort de ce contexte.

Publié par