Couverture du journal du 27/11/2021 Consulter le journal

[ Quoi de neuf ? ] Capbreton : Le conte taille la route

Après la 32e édition du Festival du conte fin août, le pôle de l'oralité de Capbreton part à la rencontre de tous les publics dans huit communes des Landes, du 8 octobre au 12 décembre.

Conte Capbreton

© D.R. Pascale RAMBEAU & Prunelle GIORDANO

Le conte est infiniment moderne, en perpétuel renouvellement pour refléter la sociologie de l’époque dans laquelle il est raconté. Il parle d’abord de nous, de nos parts d’ombre et de lumière. Qu’il prenne la forme de légende, d’épopée, de contes merveilleux, facétieux, érotiques ou de récits de vie… il est ancré dans la réalité et l’éclaire », distille Marie-José Germain, directrice artistique du festival de conte et du pôle de l’oralité de Capbreton. Et pour dévoiler cet art de la parole singulier, entre tradition et modernité, le conte s’apprête à « tailler la route sur les chemins » des Landes, à la rencontre de tous les publics avec les « Ambassades du conte ». La démarche, initiée en 2019, prend de l’ampleur, et délègue en ambassadrices deux jeunes conteuses néo-aquitaines pour 11 représentations, du 8 octobre au 12 décembre, à Capbreton, Dax, Léon, Pontonx-sur-l’Adour, Saint-Jean-de-Marsacq, Saint- Paul-lès-Dax, Saubusse et Seignosse.

ACTUALISER LE CONTE AVEC IMPERTINENCE

Dans « La paire de mocassins », à l’heure où l’on aspire de nouveau à réparer plutôt que jeter, la pétillante Prunelle Giordano, s’interroge sur le métier de cordonnier en proposant un tissage réactualisé sur le mode malicieux de trois contes traditionnels arménien, indien et chinois. Avec « 1 001 objets pour 1 001 histoires », dans un décor hors du temps, elle dévoile des objets aux histoires étranges, magiques ou romantiques. Dans « Les enfants du vent », Pascale Rambeau, accompagnée par la violoncelliste Sophie Sabourin, n’a peur de rien pour s’attaquer à ces on-dit selon lesquels l’amour métamorphose ceux qui s’aiment. Elle revisite avec la même impertinence les contes traditionnels pour servir son « Ragoût de sorcière et plats en sauce ». Et toujours le récit avance à coups d’images et de symboles dont les enfants se saisissent au premier degré et dont les adultes dégustent le sens caché.

Programme sur www.capbreton.fr