Couverture du journal du 18/09/2021 Consulter le journal

Adavem : l’aide aux victimes se renforce

L’équipe de l’Association départementale d’aide aux victimes et de médiation (Adavem) s’étoffe pour accompagner les victimes et prévenir la récidive des auteurs d’infractions.

Adavem

© Shutterstock - Pressmaster

Président JOSÉ PEREZ (gérant de société) © Hubert Raffini

En un an, le nombre d’entretiens réalisés par l’Association départementale d’aide aux victimes et de médiation, justice de proximité (Adavem JP 40) est passé de 7 086 à 9 546. « Cette augmentation de 35 %, explique José Pérez, son président, est due à la volonté de la justice de se rapprocher des justiciables, aux confinements qui génèrent des promiscuités parfois invivables et à notre détermination à nous adapter au contexte. Nous avons multiplié les démarches proactives en signant des conventions avec les tribunaux et les forces de l’ordre ».

Intervenantes sociales

Directrice ANNE DECUNG © Hubert Raffini

L’association départementale compte aujourd’hui 14 professionnels répartis sur Dax et Mont-de-Marsan. Autour de la directrice, Anne Decung, qui a accompagné les victimes des attentats de Paris, il y a une responsable administrative, deux psychologues, deux déléguées du procureur, huit juristes et travailleurs sociaux. Parmi ces derniers, trois intervenantes sociales en commissariat et gendarmerie (ISCG) engagées en septembre dernier à Dax, Mont-de-Marsan et Biscarrosse. Leur mission : recevoir les personnes victimes ou mises en cause, concernées par une affaire pénale ou non, présentant un volet social, dont les commissariats ou les gendarmeries ont été saisis. Cet accompagnement se fait en accord avec la personne. Il s’agit d’évaluer la nature des besoins sociaux de la victime, de réaliser actes éducatifs, médiations sociales et soutiens, d’apporter informations et orientations et de faciliter l’accès des personnes aux services sociaux. Les ISCG peuvent être sollicitées par police, la gendarmerie, par les services sociaux du Département ou des communes, par les hôpitaux, par le procureur du République ou par l’Adavem elle-même.

Le service d’aide aux victimes est entièrement gratuit et confidentiel.

Gratuit et confidentiel

Déléguée du procureur CLAUDIE FOSTEIN © Hubert Raffini

« Notre association départementale, agréée par le ministère de la Justice et conventionnée par la cour d’appel de Pau, rappelle José Pérez, accompagne les victimes et prévient la récidive des auteurs. L’objectif est d’éviter l’interchangeabilité des rôles auteurs-victimes et de freiner un cycle dont la collectivité supporte les conséquences ».

Le service d’aide aux victimes est entièrement gratuit et confidentiel. Il accueille, écoute et oriente toute personne victime d’infractions pénales, d’accidents de la voie publique ou de violences routières et de catastrophes collectives (incendies, attentats, catastrophes naturelles…). Il propose accompagnement juridique, soutien psychologique et relais social vers les partenaires.

Éviter la récidive

ISCG à Dax MAYLIS DARROUZÈS © Hubert Raffini

Le service auteurs conduit des enquêtes sociales, des enquêtes de personnalité et des contrôles judiciaires socio-éducatifs visant à responsabiliser l’auteur et à veiller à son insertion. Sur proposition du procureur, il est à même d’apporter des réponses judiciaires sans avoir besoin de déclencher de poursuites pénales classiques.

Contact (numéro unique Dax et Mont-de-Marsan) : 05 58 06 02 02