Couverture du journal du 21/06/2021 Consulter le journal

Action Pin : La désinfection raisonnée

À Castets, la filiale de DRT a mis au point la gamme Actipur pour prévenir et combattre les épidémies, tout en minimisant l’impact sur l’homme et l’environnement.

Action Pin

© D. R.

Lors du premier confinement, la demande en produits d’hygiène et d’entretien a augmenté de 155 % par rapport à l’année précédente dévoilait, en septembre dernier, une étude du cabinet Asterès. Sans surprise, les gels hydro-alcooliques et les désinfectants de type javel ont été les plus demandés. En quelques semaines de crise sanitaire, la désinfection est ainsi devenue la norme dans tous les espaces publics.

Anne Le Gallet, directrice marketing d’Action Pin © D. R.

« Pourtant, cette opération est loin d’être anodine, rappelle Anne Le Gallet, directrice marketing d’Action Pin. Mal utilisés ou appliqués de façon abusive, les désinfectants peuvent présenter des dangers. » Substances actives toxiques pour la faune et la flore, surutilisation entraînant des résistances bactériennes, composés organiques volatils (COV) générant des problèmes respiratoires… les conséquences peuvent être graves.

« Si la désinfection est un enjeu majeur pour la santé publique, chez Action Pin, nous affirmons qu’elle ne doit pas s’opposer à un véritable engagement environnemental et à une prise en compte de la sécurité des usagers. C’est pourquoi la désinfection doit être raisonnée, mesurée et modérée. »

Certification Ecocert

Pour répondre à cette triple volonté, l’entreprise installée à Castets a dévoilé le 18 mai, sa nouvelle gamme Actipur. « Il s’agit de la première gamme complète de détergents désinfectants virucides certifiée Ecocert. » Comme à son habitude, Action Pin s’est appuyée sur les matières végétales pour la mettre au point.

L’ingrédient secret de cette nouvelle gamme, c’est l’acide lactique, désinfectant biosourcé issu de la fermentation de sucres. Autorisé par le référentiel éco-détergent décerné par Ecocert Greenlife, il n’est pas dangereux pour l’environnement, ne laisse pas de résidus sur les surfaces, ne provoque pas de résistance bactérienne et ne contient pas de COV. Dans la gamme Actipur, il est allié aux enzymes qui biodégradent les graisses et matières organiques, et aux dérivés issus de la résine de pin -le cœur de métier d’Action Pin- pour leurs propriétés odorisantes, dégraissantes et solvantes.

Pour tous les professionnels de l’hygiène

© D. R.

« Actipur n’est pas une gamme d’opportunité », assure Anne Le Gallet. Bactéries, levures, moisissures, virus : elle est efficace bien au-delà du coronavirus pour « faire face à toutes les épidémies du quotidien ». Les secteurs sensibles de la petite enfance, des Ehpad et du milieu médical sont particulièrement ciblés. Mais pas seulement. Ce sont tous les professionnels de l’hygiène qui sont concernés. Actipur multi-surfaces est utilisable en univers alimentaire. Actipur sanitaires convient particulièrement aux campings. Quant à la formule Actipur propreté urbaine, « sans équivalent sur le marché », elle s’adresse aux collectivités pour la désinfection des mobiliers urbains et des locaux vide-ordures.

Avec cette nouvelle gamme, Action Pin entend bien poursuivre son développement en France dans le domaine de l’hygiène responsable. Mais elle espère également renforcer sa présence sur les marchés internationaux, qui ne représentent aujourd’hui que 15 % de ses 50 millions d’euros de chiffre d’affaires. Elle s’est donné les moyens de son ambition en investissant sur son site de Castets. Depuis mars 2021, une nouvelle ligne de conditionnement de pulvérisateurs est opérationnelle.