Couverture du journal du 26/11/2022 Consulter le journal

SylGéCo : connectée à la forêt

La société forestière SylGéCo, basée à Castets, scrute la forêt à l’aide d’un drone. Elle est la première dans les Landes à avoir investi dans ce matériel, capable de cartographier et transmettre des informations déterminantes sur la santé de chaque espèce. Prochaine mission : à l’ouest de Landiras (Gironde) pour survoler les parcelles incendiées afin d’évaluer l’état de la forêt.

sylgéco

Julien Goullier-Lagadec SylGéCo intervient pour prodiguer ses conseils, marquer les arbres, vérifier le reboisement et définir les modèles de plantation © A. T.

Dix-sept appels en moins d’une heure ! Le temps d’une interview et la boîte vocale de Julien Goullier-Lagadec, créateur de SylGéCo, explose. La notoriété de la jeune entreprise, fondée en 2016, ne semble plus à faire. « En septembre, tous les propriétaires souhaitent faire un point sur leurs parcelles, d’autant qu’avec la sècheresse et les incendies de l’été, chacun s’inquiète pour l’avenir », précise le chef d’entreprise pressé par l’ampleur du travail qui l’attend. Il doit jongler entre ses casquettes de sylviculteur, référent technique pour Le Liège Gascon (association de relance de la filière du chêne-liège), d’expert judiciaire en sylviculture près la cour d’appel de Pau et de correspondant observateur pour le département santé des forêts du ministère de l’Agriculture (dispositif de surveillance et de diagnostic pour la forêt).

Dans quelques jours, il sera à Guillos près de Landiras pour survoler les parcelles girondines incendiées et définir si les pins présentent ou non un avenir. Une mission technique rendue possible grâce à l’intervention de son drone équipé d’une caméra et de capteurs à infrarouge. L’outil fournit les éléments nécessaires d’aide à la décision en auscultant le cœur de l’arbre pour savoir s’il doit être coupé ou conservé. « C’est un peu comme si on faisait une IRM de l’arbre. Il peut sembler vert et bien portant à l’extérieur, alors que son indice de végétation n’est pas bon, explique l’entrepreneur. Le feu de Landiras est fixé mais aucun arbre n’a été coupé. Nous devons rester prudents et aider les propriétaires à prendre les bonnes décisions. »

Sylgéco

© Shutterstock

ACCOMPAGNER LES PROPRIÉTAIRES

Des technologies digitales qui permettent d’affiner les diagnostics, mais aussi de cartographier en détail les parcelles et d’inventorier la forêt. « Le forestier peut analyser l’évolution des espèces sur le long terme et adapter ses pratiques. En une journée, un drone explore 40 à 60 hectares et fournit des données sanitaires importantes, alors qu’à pied nous parcourons un hectare sans pouvoir certifier de l’activité chlorophyllienne de l’arbre. »

Julien Goullier-Lagadec Sylgéco

Julien Goullier-Lagadec © A. T.

UN PATRIMOINE À PRÉSERVER

Cette passion pour la forêt, il la tient de son enfance en Bourgogne quand il partait couper le bois avec son père lors de l’affouage, une pratique autorisée sur ce territoire par le Code forestier qui permet à une commune de réserver une partie des bois de sa forêt à l’usage domestique des habitants. Après ses études d’ingénieur en aménagement du territoire et ses premières expériences dans le Vercors et à la Safer (Société d’aménagement foncier et d’établissement rural), il intègre la chambre d’agriculture des Landes comme conseiller forestier, en 2009, et rejoint, en 2015, l’entreprise de sylviculture Gérard Napias, à Lit-et-Mixe. Mais cet amoureux de grands espaces a des projets plein la tête. Il fonde alors SylGéCo, avec l’ambition d’améliorer le peuplement forestier en pins maritimes, en chênes-lièges ou en essences de culture expérimentale comme l’eucalyptus. La société s’agrandit en 2020 avec l’arrivée d’une géographe télépilote, Marion Prévitali. Soutenu par la Région Nouvelle-Aquitaine, le Département des Landes et l’interprofession de la filière France Bois Forêt, l’entreprise obtient le label Xylofutur en 2021 qui vise à valoriser les modes de gestion innovants. Au chevet des forêts, son ambition reste inchangée : protéger et transmettre ce précieux patrimoine aux générations futures.