Couverture du journal du 22/05/2024 Le nouveau magazine

So Smart Design : la créativité durable

Depuis Baigts, en Chalosse, So Smart Design, fondée en 2018 par l’ex-directeur de l’École supérieure de design de Mont-de-Marsan, François Levasseur, s’apprête à lancer sa propre collection de luminaires réalisés en liège.

François Levasseur, fondateur de So Smart Design

François Levasseur, fondateur de So Smart Design © D. R.

Baptisées « Paris-Milan » comme une promesse d’instants magiques, les lampes se distinguent par le charme de leurs lignes pures formant un triangle et la douceur de leur toucher. Elles sont signées « So Smart Design by François Levasseur » et illustrent le style à la fois singulier, discret et élégant du designer.

Après neuf ans à la tête de l’École supérieure de design des Landes et 24 en agence, François Levasseur a fondé, il y a cinq ans, So Smart Design, son agence spécialisée dans le design de produits. Et depuis quelques mois, porté par un bel enthousiasme, il travaille sur une ligne de luminaires et de mobilier pour la maison qu’il commercialisera en 2024. En cours aussi, une collection inédite de mobilier urbain réalisée à partir de matériaux écoresponsables dont les maquettes ont été sélectionnées à la Biennale du design de Saint-Étienne l’an passé. « Le développement durable représente une source d’inspiration et de créativité. Il suffit de rencontrer les nouveaux acteurs en matière d’innovation sur les matériaux pour mesurer l’infini des possibilités d’usage », explique le fondateur de l’agence installée à Baigts. Naturellement pour sa nouvelle gamme de lampes, il a choisi de se rapprocher d’Agglolux, spécialiste de la transformation du liège à Soustons. « Le liège est un matériau exceptionnel à faible densité, résistant, isolant et surtout 100 % naturel, renouvelable et biodégradable », souligne-t-il.

« MON ATOUT, C’EST LA DIVERSITÉ »

Le designer a choisi le marché du produit qu’il associe à l’aménagement d’espace et au graphisme pour ne pas risquer de s’enfermer uniquement dans le domaine industriel. « Ces trois domaines sont étroitement liés. Mon atout, c’est justement la diversité des secteurs d’activité que j’ai explorés. J’essaie de mettre en avant mon expérience, mon savoir-faire et aussi une méthode de travail agile. »

Diplômé du prestigieux Créapôle ESDI, François Levasseur a commencé sa carrière à Paris à l’agence Design Service, avant de créer Phœbus Design, sa première agence dans laquelle il travaille pendant 14 ans pour de grands groupes tels que Stylevan, Electrolux, Chaffoteaux et Maury, Legrand, Outils Wolf, Savoye…. Jusqu’au jour où Michel Ducassé, directeur général de la chambre de commerce et d’industrie des Landes, le convainc de relever un nouveau challenge : lancer et développer la nouvelle École supérieure de design des Landes à Mont-de-Marsan.

S’il avoue avoir vécu une formidable aventure dans cette école dont il a écrit les programmes, il décide de passer le flambeau en 2017 avec la sensation d’une mission accomplie. En 2018, il fonde sa deuxième agence So Smart Design et retrouve le plaisir de la création.

« NE PAS SE CONTENTER DE LA FORME ET DU LOOK »

« Le design permet de valoriser les capacités d’innovation d’une entreprise, améliorer la qualité perçue de ses produits, leur esthétique et leurs usages », rappelle-t-il. Sa clientèle, majoritaire en Nouvelle-Aquitaine, s’étend sur la France entière : « J’ai réalisé des vans en Bretagne et des camions de transport de chevaux pour Théault en Normandie. » Font Vendôme et Randger, les marques leaders du groupe Trigano, ont fait appel à ses services pour l’aménagement intérieur, le design des selleries, l’éclairage et les accessoires de leurs célèbres vans et camping-cars. François Levasseur collabore aussi avec une kyrielle de PME dans les secteurs du mobilier, de la mobilité et de l’énergie. Il vient de réaliser des distributeurs automatiques pour l’entreprise girondine 3JD (leader français dans la distribution du vrac liquide) et du mobilier réfrigéré pour Epta France à Hendaye (leader du marché de la réfrigération pour les grandes surfaces). Passant d’un univers à l’autre, il étudie aussi bien la ligne d’une future plancha landaise que celle des pupitres du cluster de surf Eurosima à Hossegor.

« J’aime apprendre et expérimenter. Je recherche en ce moment un nouveau concept de stations de recharge pour vélos électriques qui serait presque « invisible » en milieu naturel, le long de nos plages et de nos chemins », ajoute l’infatigable entrepreneur.

Pour chaque projet, la démarche est la même. Il propose plusieurs étapes avant de mettre au point le concept final sur plan intégrant toutes les spécificités liées à l’esthétique, aux matériaux, à l’ergonomie, compatibles avec les coûts de fabrication de l’entreprise.

« Je dessine beaucoup pour pouvoir communiquer l’idée générale, avant de réaliser ma propre maquette. Il est important aussi d’apporter un regard extérieur, un conseil sur les nouveaux usages et les nouvelles tendances et ne pas se contenter de la forme et du look. »