Couverture du journal du 23/01/2021 Consulter le journal

[ Dax ] La reprise d’entreprise : « Un voyage initiatique »

Passionné par les savoir-faire exceptionnels, Maxime Dethomas a repris en avril 2019, les Ateliers Nectoux à Dax, après 20 ans dans l’univers financier.

Dax, Ateliers Nectoux

© Wendy Salin

« Un comptoir en étain, tant que vous n’avez pas vu l’atelier, vous ne pouvez pas savoir comment c’est fait. J’ai d’emblée compris qu’il n’y a pas deux entreprises au monde dont le savoir-faire se rapproche de celui des Ateliers Nectoux », résume Maxime Dethomas. Et c’est bien pour ce savoir-faire unique, cultivé et transmis pendant trois générations au sein de la famille Nectoux, d’abord à Paris, puis à Dax (depuis 2011) qu’il a choisi d’embarquer pour « le voyage initiatique de la reprise d’entreprise ».

MA FONCTION C’EST D’APPORTER DE NOUVEAUX MARCHÉS EN VALORISANT NOS ATOUTS

Maxime Dethomas, repreneur des Ateliers Nectoux, fabricant de comptoirs en étain à Dax © Grand-Dax

Après avoir évolué pendant 10 ans à l’international, au sein d’une banque d’affaires américaine, dans la relance financière de sociétés en difficulté, puis lancé en 2007, avec sept associés, une structure d’investissement pour accompagner les dirigeants dans leur stratégie de développement, pour lui, le choix s’impose rapidement. « Parmi les entreprises avec lesquelles j’avais travaillé, je m’étais passionné pour les métiers de niche dans l’industrie, la chimie de spécialité avec des peintures très pointues, la chaussure ou la haute couture, parmi lesquels trois Entreprises du Patrimoine Vivant ». C’est par l’entremise de l’association qui réunit ces entreprises porteuses du label d’excellence décerné par le ministère de l’Économie et des Finances qu’il rencontre en octobre 2018, Thierry Nectoux, petit-fils du fondateur.

« Cette reprise, c’est d’abord une aventure humaine avec une personne exceptionnelle qui a développé l’entreprise et mis en place des bases solides pour qu’on puisse naviguer par gros temps comme celui qu’on rencontre actuellement. Et si la reprise s’est déroulée en quatre mois, compte tenu du savoir- faire et du positionnement très spécifiques des Ateliers Nectoux, je savais qu’il faudrait de sa part un accompagnement sur le temps long », commente le nouveau dirigeant à propos de celui qui l’a soutenu pendant 18 mois à temps plein avant de prendre sa retraite.

© Wendy Salin

Les deux hommes partagent des points communs, tous deux d’origine parisienne, ils ont tous deux joué au rugby à Paris et sont tous deux mariés à une Landaise… « Nous étions sur la même longueur d’ondes. Thierry Nectoux a compris que j’avais une expérience et des compétences différentes des siennes, mais qu’on pouvait assurer le bon fonctionnement de cette reprise en partant du principe que j’allais observer de façon humble et sans tabou l’organisation. Il a apprécié que je veuille financer les investissements nécessaires à son développement en favorisant l’innovation, le design. Et peut-être aussi surtout que ma reprise se fonde sur le bien-être des hommes de l’entreprise qui constituent son capital le plus précieux ».

Une équipe de six personnes, d’en moyenne 15 ans d’ancienneté, pilotée par un chef d’atelier qui, à 45 ans, vient de fêter ses 20 ans d’entreprise et qui détient un savoir-faire pour lequel il n’existe aucune formation académique. En prenant pendant deux ans les outils pour s’initier à la fabrication des comptoirs, l’entrepreneur se rend d’ailleurs à l’évidence : « Jamais, je n’arriverai à leur cheville dans ce domaine. La reprise, c’est aussi l’école de l’humilité. Ma fonction c’est de gérer le développement de l’entreprise et d’apporter de nouveaux marchés en valorisant nos atouts : une qualité infaillible, sans la moindre surprise sur nos prix et nos délais. Bref, rassurer en interne et en externe sur le fait que les Ateliers Nectoux ont un avenir radieux ».

 

« UNE COHÉSION CONTRUCTIVE »

LES CONSEILS POUR UNE REPRISE RÉUSSIE
Maxime Dethomas : Commencer par se demander si l’entreprise à des valeurs qui nous ressemblent. Il n’y a pas deux reprises identiques, mais il s’agit d’abord d’une rencontre avec le cédant et les salariés. Il faut instaurer une cohésion constructive pour un véritable passage de relais, rassurer les parties prenantes sur l’avenir de l’entreprise.

LES QUALITÉS NÉCESSAIRES
M. D. : La détermination avant tout. Et aussi l’humilité, la réactivité, l’agilité, particulièrement dans le contexte actuel de crise. Et rester optimiste : c’est la base.

LA COMMUNICATION
M. D. : Au-delà de notre site Internet en cours de refonte et de nos plaquettes, notre présence active sur les réseaux sociaux nous a apporté quatre marchés à l’international en 2020.

LE +
Le Réseau Entreprendre Adour qui m’a accompagné dans la reprise et garde un œil sur ma stratégie de développement.