Couverture du journal du 22/05/2024 Le nouveau magazine

Point d’étape sur la stratégie énergétique des Landes

L’objectif de la stratégie locale, définie en 2021, est de conduire le territoire landais à l’autonomie énergétique en 2033. Les avancées pour y arriver ont été détaillées lors du 2e Forum transition énergétique à Mimizan, les 21 et 22 avril.

Landes

Des ateliers de sensibilisation aux économies d'énergie étaient proposés lors du forum à Mimizan © Thibault Toulemonde-CD40

En ouverture de l ’événement organisé par le département, l’État et l’Ademe (agence pour la transition  écologique), la préfète des Landes, Françoise Tahéri, a estimé qu’il n’y avait « pas beaucoup de collectivités en France qui avaient développé un partenariat aussi serré et fructueux. Le département est ambitieux, à l’avant-garde, avec cette volonté d’être en autonomie à l’échéance 2033 ».

UN « CADASTRE SOLAIRE » POUR LES LANDAIS

Après avoir redit le « constat sans appel » du Giec (groupe d’experts intergouvernemental) sur le réchauffement climatique qui n’épargne pas les Landes (incendies, canicule et ses effets sur les récoltes ou les ressources en eau, trait de côte), Xavier Fortinon, président du conseil départemental, a rappelé que celui-ci « a engagé, à son échelle, des politiques déterminées » : développement des énergies renouvelables avec la société d’économie mixte Énerlandes, créée dès 2008, chaufferies bois dans les collèges depuis les années 1980, aides aux entreprises, plan habitat et performances énergétiques, mobilités et schéma cyclable, projet alimentaire territorial…

D’ici la fin de l’année, un « cadastre solaire » sera également proposé « à chaque Landaise et Landais pour identifier les emplacements les mieux exposés au rayonnement solaire de chaque bâtiment et ainsi définir la pertinence d’y installer des panneaux solaires ».

Landes

© Thibault Toulemonde-CD40

Les Landes sont déjà le deuxième département français producteur d’énergie solaire, derrière la Gironde. « Même s’il y a des effets économiques avec la crise énergétique, on note une prise de conscience générale des Landais qui nous donne des raisons de croire en nos objectifs », a dit, lors d’une table ronde, Romain Pardes, technicien au département, mettant en avant le développement des installations photovoltaïques de faible puissance, passées de 7 436 en 2018 (37 MW) à 12 863 (61 MW) en 2022, soit 70 % de plus.

Pour la DDTM (Direction départementale des territoires et de la mer), Coralie Seys a évoqué la dynamique des projets de plus grande envergure. Le pôle énergies renouvelables (EnR) a ainsi accompagné 35 projets en 2022, très majoritairement dans le photovoltaïque au sol (classique et agrivoltaïque) et la solarisation de toitures par des collectivités. Quelques 220 mégawatts de puissance sont actuellement au stade de procédures validées ou en phase de construction (sur 280 hectares) et 700 MW dont 300 sur de l’agri- voltaïsme, en procédure avancée (1 120 hectares). Parmi les enjeux, la planification des nouvelles technologies pour accroître la production d’EnR, en remplaçant des parcs anciens par des panneaux plus performants pour la même occupation du sol, et la priorisation d’installation sur des terrains artificialisés, des friches ou des toits de parkings. Les intervenants ont également insisté sur le potentiel de développement d’unités de méthanisation (production de gaz par déchets organiques), avec déjà trois nouveaux projets à l’étude.

« Aujourd’hui, la part de gaz vert dans les Landes est à 15 %. En 2025, on devrait passer le seuil des 25 %. S’il y a une poussée dans le domaine, 100 % du gaz pourrait être, en quelques années, produit dans les Landes grâce à la méthanisation », a abondé Frédéric Soulier, directeur territorial de GRDF, reconnaissant toutefois un « faisceau d’incertitudes » en la matière.

LE POTENTIEL DU GAZ VERT

Du côté d’Enedis Landes, David Gourgues a souligné que « d’ici 2030, la production électrique annuelle devrait bien couvrir les besoins du département ». Les Landes sont d’ailleurs, a-t-il rappelé, un « territoire d’innovations, un laboratoire pour Enedis », des sites de stockage à haute tension à Azur, Miramont-Sensacq et Hagetmau, au Nova Solaire à Sorde-l’Abbaye sur des serres avec le principe d’heures creuses solaires, du premier poste Source « 100 % EnR Express » à Morcenx au projet Reflex Landes de gestion des flexibilités sur le territoire.