Couverture du journal du 28/11/2020 Consulter le journal

L’esthétique de la ruine

Avec « Carnets d’Urbex », Gilles Kerlorc’h invite à explorer les mystères d’édifices délaissés par l’homme, entre Landes et Pyrénées-Atlantiques. Un jeu de piste sur les traces du temps qui passe.

Gilles Kerlorc’h invite à explorer les mystères d’édifices entre Landes et Pyrénées-Atlantiques.

« Carnets d’Urbex » de Gilles Kerlorc’h Éditions Gascogne

Entendez par « Urbex » une exploration de lieux construits et abandonnés par l’homme. Cette expression devenue tendance est un abrégé de l’anglais « urban exploration ». Gilles Kerlorc’h, auteur et illustrateur landais passionné d’histoire, en quête de trésors, croqueur d’épaves fluviales de l’Adour et promeneur invétéré, donne avec « Carnets d’Urbex » à lire et à explorer. Son carnet de croquis réalisés à partir de photos prises dans des maisons, châteaux, hôtels, édifices religieux, sites industriels… délaissés et figés dans le temps offre un véritable jeu de piste entre Landes et Pyrénées-Atlantiques. Suivant le principe de l’urbex, il appartient au lecteur de reconnaître lui-même les lieux couchés sur papier aux feutres d’alcool par Gilles Kerlorc’h.

LES FENÊTRES DU PASSÉ

L’auteur explore depuis l’âge de 14 ans ces endroits oubliés pour leur côté graphique, afin de laisser une trace d’endroits qui seront parfois rasés, et magnifier l’esthétique de la ruine. Page après page, le lecteur suit dans sa quête l’explorateur Kerlorc’h, parfois entouré d’amis, souvent en conversation avec des personnes rencontrées sur place. Il l’entraîne dans ses pas pour pénétrer les fenêtres du passé. Il s’agit de suivre le lierre passe-muraille qui court sur les murs, enveloppe les meubles et se fige dans le sol. Les traits noirs nuancés par les gris offrent des effets de matière tout à fait surprenants. « Carnets d’Urbex » est une histoire construite avec passion par dissipation successive des mystères du temps qui passe.