Couverture du journal du 21/01/2023 Le magazine de la semaine

« Faire du blé » avec la farine landaise

Pour valoriser leur production de blé, une quinzaine de paysannes et de paysans investissent dans un moulin à meule de pierre à Mugron. Une campagne de financement participatif est en cours pour les y aider.

Farine

© D .R.

Dans les Landes, on cultive du maïs. Beaucoup de maïs. Mais dans un souci agronomique, d’autres céréales sont de plus en plus intégrées dans les rotations. L’alternance de cultures de printemps (comme le maïs) et d’hiver (comme le blé) permet en effet de mieux gérer les adventices, tout en diminuant l’utilisation d’engrais et d’herbicides.

Mais ce qui est bon pour l’environnement ne l’est pas forcément pour le portefeuille des agriculteurs et des agricultrices. Dans le département, la culture du blé offre peu de rendements et n’est donc pas rentable. À moins de transformer le grain avant de le vendre…

SUR LE MODÈLE D’OLÉANDES

En Chalosse, une quinzaine de paysannes et de paysans décident de se pencher sur la question dès 2017. La plupart ont déjà participé, en 2012, à la création de l’huilerie Oléandes qui produit de l’huile de tournesol et de colza à Mugron. Alors, pourquoi ne pas imaginer de valoriser leur blé en farine ?

Durant trois campagnes, le groupe épaulé par l’Association landaise pour la promotion de l’agriculture durable (Alpad) et la Fédération départementale des Cuma (Coopérative d’utilisation de matériel en commun) visite des minoteries, teste différentes variétés de blé, se forme, réalise des essais de transformation de grain en farine et valide la faisabilité du projet.

En 2020, la coopérative Haria Blanca (farine blanche en gascon) est créée à Morganx pour porter l’investissement dans un moulin à meule de pierre.

Farine

À partir du printemps, l’outil coopératif permettra de produire 200 tonnes de farine par an © D. R.

FINANCEMENT PARTICIPATIF

D’un coût total d’un peu plus de 300 000 euros, le projet, aidé par la région Nouvelle-Aquitaine, verra le jour à Mugron, à côté de l’huilerie Oléandes. Pour soutenir l’investissement, une campagne de financement participatif est en cours sur la plateforme Miimosa*. « Les premières machines ont été livrées et nous sommes en train de les monter, indique Nicolas Duluc, agriculteur et président d’Haria Blanca. La production devrait démarrer au printemps. » L’ outil coopératif permettra de produire 200 tonnes de farine par an, avec possibilité de passer à 400 tonnes si d’autres agriculteurs et agricultrices rejoignent l’aventure. La production, majoritairement destinée à une clientèle professionnelle (boulangeries, pâtisseries…), sera vendue sous la marque « Faire du blé », déposée par la coopérative. « On a beaucoup aimé ce jeu de mots. Aujourd’hui, la nourriture ne peut pas être gratuite et tout le monde veut gagner sa vie ! »

https://miimosa.com/fr/projects/faire-du-ble-pour-de-la-farine-landaise