Couverture du journal du 03/05/2021 Consulter le journal

Easybox met les mètres carrés en boîte

Easybox : À Mugron, avec leurs containers upcyclés, David Dubayle et Jennifer Dumolié offrent des solutions pour stocker, agrandir ou entreprendre quand on ne peut pas pousser les murs.

Easybox

David Dubayle et Jennifer Dumolié © D. R.

Quelle que soit la taille de sa maison, il y a toujours un moment où l’espace paraît trop exigu. Quelques mètres carrés additionnels ne seraient pas de refus pour créer un espace de rangement, un abri de jardin, un bureau ou une chambre supplémentaire… C’est justement ce que proposent David Dubayle et Jennifer Dumolié, avec Easybox. Installée à Mugron, l’entreprise transforme des containers de transport en véritables pièces à vivre. Du simple espace de stockage au studio de jardin, en passant par la cuisine d’été, le local professionnel ou même l’écurie, les créations d’Easybox permettent de pousser les murs sans réaliser aucun travaux.

© D. R.

Ancien spécialiste du webmarketing, David Dubayle s’est intéressé aux containers aménagés pour son usage personnel, il y a une dizaine d’années. « J’ai rapidement senti l’engouement qu’il y avait autour de ça, explique-t-il. Comme je suis passionné par le design, l’architecture et la déco, j’ai décidé d’en faire mon métier ». Après avoir testé et amélioré plusieurs prototypes, l’entreprise a été créée en janvier 2017. Elle a rapidement trouvé son marché. « Il y a énormément de demandes car nous pouvons répondre à des besoins très variés ».

Easybox propose en effet cinq gammes différentes : Stockage, Espace de vie, Kiosque (pour les professionnels), Pool House et Prairie (pour les propriétaires d’animaux). Si les containers sont standardisés, chaque gamme est déclinée en quatre dimensions différentes avec de multiples options. Au total, ce sont 56 modèles qui sont disponibles, de 5 000 à 40 000 euros pièce. L’entreprise emploie cinq salariés et recourt également à des sous-traitants pour répondre à la demande croissante. 100 à 150 containers sortent ainsi de l’usine chaque année. Ils partent aux quatre coins de la France, mais aussi en Europe, notamment en Allemagne, en Autriche et en Suisse.

Installation en une heure

Plusieurs facteurs expliquent ce succès. « L’avantage principal, c’est la facilité d’installation des containers, souligne David Dubayle. Il n’y a aucun impact sur le chantier. Les containers sont fabriqués en atelier et en une heure, ils sont posés chez nos clients qui ont seulement besoin de faire une déclaration de travaux auprès de leur mairie. Le plus long finalement, c’est le délai de fabrication. Actuellement, nous avons une liste d’attente de quatre mois ». Le coût des containers, 15 % à 20 % moins chers qu’une construction en dur, plaide également en leur faveur.

© D. R.

L’aspect environnemental des créations d’Easybox pèse aussi dans la balance. « Nous donnons une seconde vie à des containers de transport et nous sommes très attentifs à ce que le sourcing de nos matériaux se fasse le plus près possible de l’entreprise ». Les containers viennent majoritairement de France ou d’Espagne, tandis que le bois utilisé en bardage est acheté à une scierie située à une vingtaine de kilomètres de l’atelier. « Et si les clients ne veulent plus de leur container, ils peuvent le retirer aussi vite qu’il a été installé, sans aucun impact sur l’environnement. »

Sur le marché, David Dubayle remarque que ses réalisations « inspirent beaucoup de monde… ». Pour garder son avantage concurrentiel, il est « obligé d’avoir des trains et des wagons d’avance ». Dernière innovation en date : la gamme MyCube, qui propose de minicontainers en kit pour s’adapter aux plus petits espaces et aux endroits difficiles d’accès. « Mais j’ai beaucoup d’autres idées et la gamme va encore s’étoffer ».