Couverture du journal du 02/07/2024 Le nouveau magazine

Du blues en talons hauts, des motos… et des copains

La 14e édition du Motors n’ Blues Festival de Dax aura lieu les 5, 6 et 7 juillet prochains. À l'affiche : « toute la musique que j'aime », grosses cylindrées et solidarité en « dress code », pour un modèle économique revisité.

festival

Stéphane Duboscq et Nicolas Ubico, chevilles ouvrières de l'organisation, entourent Nico Wayne Toussaint © H. R.

Dans le rétroviseur, 2019 a été l’année de tous les records. 38 000 visiteurs. 18 000 pour la seule soirée Murray Head et les services de sécurité qui s’arrachent les cheveux. La rançon du succès dans toute sa splendeur. « Faut-il limiter les entrées au parc des arènes ? » En 2020 et 2021, le confinement calme les ardeurs. Mais les organisateurs ont des fourmis dans les jambes et les carburations des grosses machines piaffent d’impatience. En 2022, on voit grand. Stars internationales aux cachets interplanétaires, tarifs post-Covid, des sonorisations hypertrophiées, entrées à 18 euros (bien modeste, même si jusqu’alors l’entrée était libre), mais avec la canicule, les incendies au nord du département et autres menus bonheurs, le festival dacquois manque de se brûler les ailes. « Pas question de baisser les bras », disent les organisateurs.

VALEURS SÛRES ET DÉCOUVERTES

D’autant, qu’au-delà des chiffres (78 concerts, 230 000 visiteurs, plus de 2,5 millions d’euros investis dans l’animation de la ville de Dax depuis les débuts du festival), a été mise à jour une véritable chaîne de solidarité. Les collectivités lancent quelques bouées de sauvetage, mais c’est surtout les artistes qui proposent d’intervenir gracieusement, les partenaires, les bénévoles et les fidèles qui mettent la main à la poche pour que, l’été venu, le parc des arènes continue de tressaillir aux vrombissements des bécanes rutilantes et aux rythmes syncopés d’un genre musical trop rare.

2023 est l’année zéro d’un nouveau paradigme : le retour sur terre avec une participation aux frais – pas un prix d’entrée – à 5 euros la journée, 12 euros pour les trois jours. La machine redémarre fort. Sur ce modèle, la programmation 2024 est alléchante, avec des valeurs sûres et des découvertes, notamment la soirée blues avec Ana Popovic, une icône en talons hauts surnommée « la Jimi Hendrix au féminin » et un doublé de Nico Wayne Toussaint. Dans la tradition de l’événement, restaurant et buvettes, marché festivalier avec 40 stands bigarrés, balades à moto et une expo de belles voitures américaines.