Couverture du journal du 26/09/2020 Consulter le journal

Des robots et des hommes

Quelles relations allons-nous nouer avec ces robots qui s’apprêtent à investir notre quotidien ? Pour décrypter le sujet, la médiathèque du Marsan
invite, le 6 février, à Mont-de-Marsan, Olivier Duris, membre de l’Institut pour l’étude des relations homme-robots.

Nao mesure 58 centimètres, parle, danse et joue au football. Paro est un bébé phoque à la peluche soyeuse, doté de grands yeux qu’il cligne pour exprimer son contentement, tout en poussant de petits cris. Ces robots sociaux doués d’intelligence artificielle sont aussi équipés de capteurs qui leur permettent d’être sensibles à la lumière, au toucher et au son. Et les études se multiplient pour prouver, qu’utilisés de manière pertinente, ils parviennent à améliorer le quotidien des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ou à faciliter l’apprentissage d’enfants en situation de handicap. Dans un autre style, Pyrène, lui est bricoleur, Ai-da peint, le robot Sophia à l’apparence quasi-humaine prononce des discours et répond, encore maladroitement, aux interviews… 

APPRENDRE À MAÎTRISER LES USAGES DES ROBOTS

Quelles formes d’empathie allons-nous développer avec ces compagnons d’un nouveau genre qui s’apprêtent à s’installer dans nos maisons et avec lesquels nous allons interagir ? « Il est préférable d’anticiper. Les recherches en amont et le travail avec ceux qui créent et commercialisent ces machines dotées d’émotions artificielles peuvent s’avérer très utiles, notamment pour apprendre à en maîtriser les usages », avance Olivier Duris, psychologue clinicien et membre de l’Institut pour l’étude des relations homme-robots (IERHR) qui interviendra sur ce thème à la médiathèque du Marsan, le 6 février. « Dans la mesure où nous entretenons déjà un attachement aux objets de base, l’arrivée des robots va-t-elle modifier nos relations aux objets ? N’allons-nous pas finir par préférer ces machines dont on nous fait croire qu’elles sont dotées d’émotions ? Ou même privilégier les relations avec les êtres humains qui se comportent comme des machines ? », interroge-t-il. Un monde où chacun deviendrait prévisible, se comporterait comme on l’attend de lui, sans jamais s’énerver… L’exact contraire de l’homme. 

Jeudi 6 février – 18h30
Auditorium de la médiathèque du Marsan
Place du 6e R.P.I. Ma – Mont-de-Marsan