Couverture du journal du 01/10/2022 Consulter le journal

Département : un budget pour « protéger et innover »

Les orientations budgétaires 2022 du conseil départemental des Landes, débattues le 4 mars dernier, visent à amplifier les missions de solidarité de la collectivité, tout en investissant pour l’attractivité du territoire.

Budget département Landes

L’assemblée départementale a voté, le 4 mars, à l’unanimité une contribution de 50 000 euros au fonds d’action extérieure des collectivités territoriales (FACECO), afin de financer des opérations humanitaires d’urgence en Ukraine © DR

La guerre en Ukraine s’est invitée au cœur de l’assemblée départementale, le 4 mars dernier, à l’occasion du débat d’orientations budgétaires 2022, élaborées en amont du déclenchement du conflit par la Russie. Jugeant les sanctions économiques internationales à l’encontre de la Russie « nécessaires et justifiées », Xavier Fortinon n’a pas manqué d’anticiper leurs répercussions sur notre économie qui conduiront à de nouveaux ajustements du budget de la collectivité, probablement dès l’examen du budget primitif, prévu les 31 mars et 1er avril prochains.

« À notre échelle, nous devons nous y préparer afin de soutenir les secteurs qui seront impactés. Je pense notamment au secteur agricole, mais aussi à l’industrie qui, certainement, devront faire face à une augmentation du prix des matières premières. Plus largement, l’inflation risque de lourdement pénaliser nos concitoyens, notamment les plus précaires qui souffraient déjà de l’augmentation du prix de l’énergie », prévoit-il, estimant qu’en situation de crise « le Département a prouvé pendant la pandémie de Covid qu’il est le bon échelon pour agir avec réactivité et efficacité ».

14 MILLIONS D’EUROS POUR LES EHPAD

Dans l’immédiat, ces orientations budgétaires s’établissent à 562 millions d’euros. Avec deux axes essentiels, martelés par Xavier Fortinon : « protéger et innover », elles s’emploient à traduire à la fois l’engagement du Département sur les dépenses de solidarité qui représentent aujourd’hui 52 % d’un budget de fonctionnement de 437 millions d’euros et sur les investissements (125 millions d’euros) destinés à conforter l’attractivité du département.

Sur ce que l’on nomme désormais « le grand âge », alors qu’à l’horizon 2050, le nombre de Landaises et Landais dépendants est estimé à 30 000 (contre 17 000 en 2015), l’aide à la rénovation et à la modernisation des établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) sera poursuivie à hauteur de 14 millions d’euros, confortant ainsi le choix historique effectué dans les années 1990 de privilégier le modèle public dans les Landes. Le renforcement des services d’aide à domicile est, pour sa part, chiffré à 4,9 millions d’euros avec trois objectifs prioritaires : « améliorer le service rendu, revaloriser la rémunération des intervenants du secteur et améliorer leur environnement de travail ». Une aide spécifique aux résidences autonomie (3 millions d’euros) pour la mise en œuvre de leur mission de prévention est également prévue.

MAINTENIR L’ATTRACTIVITÉ TERRITORIALE

En matière d’investissements, 31,7 millions d’euros sont annoncés pour les voiries et les ouvrages d’art. Une nouvelle tranche de 35 millions d’euros sera dédiée au déploiement de la fibre optique, « retardé par les confinements » et qui doit s’achever en 2023, portant le budget global à 305 millions d’euros d’investissements publics et privés sur le très haut débit. Pour contribuer à la dynamique locale, 12 millions d’euros seront consacrés aux aides à la revitalisation des centres-villes et des centres-bourg, 15 millions d’euros au soutien à l’immobilier d’entreprise, 15 millions d’euros au logement social, et 17,3 millions d’euros aux collèges.

Des prévisions budgétaires dont les recettes reposent désormais essentiellement sur les droits de mutation qui ont bondi de 100 millions d’euros en 2020 à 136 millions d’euros en 2021. Leur taux a d’ailleurs donné lieu à un débat nourri au sein de l’assemblée, Julien Dubois, chef de file de l’opposition, réclamant leur baisse. Ces taxes appliquées aux transactions immobilières « restent aujourd’hui très sensibles aux effets de la conjoncture et doivent nous inciter à la précaution, en poursuivant la maîtrise de l’endettement (168 millions d’euros) », maintient Dominique Coutière, vice-président du conseil départemental aux finances. L’objectif : « poursuivre les politiques de solidarité et d’investissement en cas de retournement de la situation économique ».

Département Landes, Budget

© DR

https://www.landes.fr/