Couverture du journal du 25/06/2022 Consulter le journal

Biscaïa, la tong landaise

Les nouvelles slaps Biscaïa sont fabriquées à Biscarrosse dans un mélange de matériaux plastiques classiques, de pneus recyclés et de liège de Soustons.

Matthieu Duval, fondateur de Biscaia

Matthieu Duval, fondateur de Biscaia © J. D.

Dans son petit atelier derrière sa maison près des Grands Lacs, Matthieu Duval travaille en musique, du reggae ce jour-là. Voilà deux ans qu’il s’est mis en tête de fabriquer ses propres tongs. En évoquant avec des amis leurs envies communes de travail en lien avec la vie locale, ce géophysicien spécialisé dans la recherche et l’exploitation pétrolière à Parentis, lance : « On n’a qu’à faire des tongs, on va faire des Biscaianas ! ». « Ça nous a fait rire les Havaianas de Biscarrosse, et c’est parti comme ça », se souvient-il même si, au final, il est le seul à se lancer dans l’aventure.

AMÉLIORATION CONTINUE DE PRODUCTION

« L’idée c’est facile, la réaliser, c’est plus compliqué ! ». Matthieu Duval investit alors dans une petite presse de mécano, achète au Brésil où il a un temps vécu, des emporte-pièces en forme de tongs. Depuis, il les fait fabriquer en Isère « pour une meilleure qualité ». Pour présenter ses créations, il façonne un petit cintre en carton, en recyclant des emballages de bières, une façon de « mettre un peu d’écoresponsabilité là-dedans », comme avec les matériaux qu’il utilise.

Ses premiers modèles, commercialisés au printemps 2021, sont en caoutchouc à base de pneus recyclés en France pour la couche d’usure, qui lui arrivent par plaques d’un mètre sur deux d’une société spécialisée dans les revêtements de sol. Bleue ou noire, la semelle de confort est, elle, en EVA, une sorte de plastique classique de l’industrie de la tong, acheté en Espagne. Sa Biscaïa liège est un modèle à triple couche, pneu recyclé dessous, liège d’un fabriquant de Soustons au milieu et EVA dessus. Sur sa Biscaïa light, toute simple, juste une couche d’EVA incluant 15 % de poudre de liège recyclé.

Biscaia

© J. D.

TONGS EN FOURRURE MOTIFS VACHE, ZÈBRE OU LÉOPARD

« Pour le délire », Matthieu Duval a même créé des tongs en fourrure, motifs vache, zèbre ou léopard blanc… « J’avais demandé une place au marché de Noël, ça a fait un carton ! ». Les gens les utilisent en chaussons à la maison.

Conscient que son produit est loin d’être parfait côté environnemental – les sangles sont par exemple toujours importées du Brésil -, Biscaïa reverse 1 % de son chiffre d’affaires à l’association locale Zéro déchet des Grands Lacs. « On est dans un processus d’amélioration continue de la production », plaide-t-il, satisfait de ses 1 200 paires de tongs locales vendues l’an passé.

Caisse Biscaia Bordeaux

© Biscaïa

Pas question en tout cas de se mettre la pression. « En auto-entreprise, le projet fonctionne bien. Plein de gens font l’erreur de perdre du temps et de l’argent dans les statuts de la société, l’ouverture d’une boutique… et oublient de se concentrer sur le produit lui-même », pense celui qui a développé sa société suite à un licenciement dans le cadre d’un plan de sauvegarde de l’emploi de son entreprise. « Je n’ai pas fait tout comme on me l’a conseillé et c’est comme ça que ça marche, en gardant l’esprit de liberté », dit-il, comptant poursuivre une activité d’ingénieur-consultant. Aucun business plan à cinq ans dans ses cartons donc. Lui voit « cette aventure comme un chemin » et, comme lui a soufflé une amie : « En tongs, la route est longue… »

DES MODÈLES PERSONNALISABLES

Grâce à l’achat d’un nouveau laser, Matthieu Duval peut personnaliser les tongs qu’il fabrique, d’un logo, d’un dessin ou d’un message. Une bonne idée pour des événements type anniversaires et des cadeaux d’entreprise. Il en a même gravé certaines de la mention « si vous me trouvez, 06… », pour des tongs imperdables !