Couverture du journal du 21/01/2023 Le magazine de la semaine

Baccara Lodge : aventure nature

Au cœur de sa chambre d’hôtes haut de gamme, à Arengosse, la Lyonnaise Audrey Baccara défend l’écotourisme vertueux qu’elle aime faire partager à ses visiteurs.

Audrey Baccara, Baccara Lodge

© Bernard Dugros

Découvrir le territoire hors des sentiers battus, à deux pas de la réserve nationale d’Arjuzanx… C’est la proposition du Baccara Lodge, une chambre d’hôtes de charme, gîte et espace d’événements, installé dans le bourg d’Arengosse. À sa tête, Audrey Baccara prépare des séjours sur mesure et emmène ses hôtes prendre des « bains de forêt » ou visiter la réserve d’Arjuzanx et découvrir 1 000 pépites secrètes de la Haute Lande.

Depuis cinq ans, l’entrepreneuse s’est lancée dans ce nouveau concept, portée par une démarche qu’elle qualifie d’« éco-positive » pour accueillir ses visiteurs et les sensibiliser à des comportements plus vertueux.

« On n’est pas obligé d’être en mode « ayatollah », on peut trouver des solutions efficaces tout en faisant quelques compromis », rassure-t-elle. Pas de risque donc de débarquer dans une cabane sans eau ni électricité. On dort dans cette ancienne maison de maître du XIXe siècle, joliment rénovée sur un terrain d’un hectare bordé d’arbres. Avec ses cinq chambres doubles, personnalisées avec des objets chinés ou récupérés, cette belle bâtisse a la particularité de répondre à des critères écoresponsables alliant confort, avec literie en latex naturel, et esthétiques. Le linge de lit et de bain est en coton bio et les savons et les soins pour le corps sont fabriqués de manière artisanale dans les Landes. Ici, même la peinture est naturelle. « Je fabrique les produits d’entretien et quand les visiteurs le souhaitent, je propose des ateliers zéro déchet ou de création de lessive pour les initier », explique Audrey Baccara.

« IL FAUT RÉINVENTER LE TOURISME DE DEMAIN »

Quand elle n’organise pas des ateliers, Audrey Baccara reprend sa casquette de chef d’entreprise et communicante. Très impliquée dans la vie locale, elle est engagée dans un mandat de conseillère municipale, et adhérente à l’office de tourisme. « J’essaie de faire bouger les choses à ma mesure, de réfléchir avec les acteurs du tourisme à de nouveaux types de séjours sur les quatre saisons. Il faut réinventer le tourisme de demain en tenant compte des aléas liés au changement climatique. »

Des activités qui laissent peu de temps libre à cette jeune entrepreneuse de 37 ans. Si elle n’est pas au marché à la rencontre de producteurs locaux, elle entretient sa maison, son potager en permaculture ou revisite les grands classiques de la cuisine landaise pour servir des plats raffinés et sains à sa table d’hôtes. « J’aime cuisiner et j’avais l’habitude de faire la popote pour une dizaine de copains tous les week-ends, alors cela ne m’a pas beaucoup changée ! »

L’idée du lodge est d’ailleurs partie de ces soirées entre amis à Lyon d’où elle est originaire. « On refaisait le monde, on râlait beaucoup sur la situation écologique, mais j’en avais assez de ne rien faire. Et puis je ne trouvais plus de sens à ma vie professionnelle. Je ne voulais plus être dans un système que je contribuais à alimenter. »

Le Baccara Lodge, une ancienne maison de maître du XIXe siècle rénovée, sur un terrain d’un hectare

Le Baccara Lodge, une ancienne maison de maître du XIXe siècle rénovée, sur un terrain d’un hectare © Bernard Dugros

OUVRIR UN LODGE POUR SENSIBILISER

Nourrie de livres de Pierre Rabhi, de films de Cyril Dion et du documentaire « Collapse » de Chris Smith sur l’effondrement de l’économie mondiale et ses conséquences pour l’humanité, la Lyonnaise décide d’abandonner sa brillante carrière de marketing dans une grande entreprise pour ouvrir un lodge et sensibiliser à la gravité de la situation écologique.

Lorsqu’elle réfléchit au lieu idéal, lui revient son coup de cœur pour les Landes. « Tu vas finir dans les Landes ! », lui disait sa nièce lorsqu’elles venaient surfer à Seignosse entre filles. « Je rêvais pourtant davantage de New York à l’époque ! », s’amuse-t-elle.

Baccara Lodge

© Bernard Dugros

Elle étudie à la loupe le territoire, son économie, son environnement et choisit donc Arengosse, situé à 1 heure de Bordeaux et de Biarritz et 20 minutes de Mont-de-Marsan, pour être au plus proche de la nature. Et grâce à un providentiel héritage familial, la jeune femme parvient à acheter l’ancienne maison de maître pour ouvrir sa chambre d’hôtes de luxe. Les premiers temps sont complexes. Audrey Baccara est seule pour gérer et apprendre à connaître les traditions de ce territoire landais. Contrainte parfois de mettre ses convictions entre parenthèses, elle accepte avec générosité les incontournables landais comme de servir du foie gras à sa table. Audrey met tout son cœur dans cette aventure humaine : « L’idée c’est de pouvoir répondre aux envies des personnes qui veulent faire un séjour tranquille. Je n’ai pas fait cela pour gagner de l’argent, mais pour la relation aux vivants. Apprendre à faire attention les uns aux autres, voilà tout l’intérêt. » Avec franchise et bienveillance, elle échange, s’applique à convaincre, alerte sur la consommation et la manière dont on peut facilement changer ses habitudes.

Aujourd’hui soutenue par son compagnon Mickaël, Audrey prépare les week-ends d’hiver pour ses visiteurs. Ils pourront par exemple vivre une expérience unique au cœur de la réserve d’Arjuzanx à la découverte des grues cendrées.