Couverture du journal du 01/10/2022 Consulter le journal

Asperges : prix record en 2021

Présentes sur les étals de mars à juin, les asperges sont une production rentable. À Castets, la Copadax cherche d’ailleurs de nouveaux producteurs pour répondre à la demande du marché.

Asperges

© Shutterstock

Intempéries, crises sanitaires à répétition, hausse des prix des intrants… la morosité plane sur le secteur agricole. Mais, dans les Landes, une production tire son épingle du jeu : les asperges blanches. Au cours de la saison 2021, les producteurs de la Copadax —première coopérative française de production d’asperges— ont obtenu les meilleurs prix de ces 10 dernières années pour le légume de printemps. En moyenne, ils ont été payés 4,93 euros du kilo, dépassant l’ancien record établi en 2016. « Cette performance est le fruit du professionnalisme de nos producteurs, de notre stratégie commerciale et de la maîtrise de notre organisation », estime Christophe Paillaugue, président de la coopérative.

Déjà titulaire d’une Identification géographique protégée (IGP), l’asperge des sables des Landes espère décrocher un Label rouge, signe de qualité supérieure, en 2023. Dans cette optique, les asparagiculteurs landais s’appliquent depuis des années à produire des légumes de qualité. 90 % des volumes de la coopérative sont ainsi classés en catégorie 1. Pour y parvenir, les producteurs doivent faire preuve d’une grande technicité dans la gestion du paillage et dans la récolte.

Pour 2022, la coopérative espère atteindre une production de 2 800 tonnes, contre 2 666 en 2021

LEADERS DU MARCHÉ DEPUIS PLUS DE 17 ANS

Pour obtenir ses lettres de noblesse, une asperge se doit en effet d’avoir un bon calibre tout en étant entièrement immaculée. Or, à peine sort-elle le bout de son nez de la butte dans laquelle elle pousse, que sa pointe commence à se colorer et menace de la faire déclasser… Pour faire croître les légumes, tout en les préservant de la lumière du soleil, les producteurs utilisent donc différents films protecteurs. Et leur œil expert leur permet de détecter le moment optimal de la récolte, avant même que l’asperge ne soit sortie de terre.

Christophe Paillaugue (à gauche) et David Ducourneau cherchent de nouveaux producteurs d’asperges

Christophe Paillaugue (à gauche) et David Ducourneau cherchent de nouveaux producteurs d’asperges © C. A.

Une fois ramassés, les légumes sont lavés et réfrigérés en moins de 4 heures pour conserver leur fraîcheur. Ils sont ensuite conditionnés dans la station de Castets, avant d’être commercialisés dans toute la France sous la marque Priméale. Le bureau de vente qui écoule également la production des adhérents de Maïsadour et de Planasa (Le Barp, Gironde) est un acteur puissant du secteur. En 2021, il a mis en marché 4 900 tonnes d’asperges blanches sur les 12000 produites en France.

En agriculture, les années se suivent et ne se ressemblent pas forcément. Mais l’optimisme est de mise chez Copadax. « Nous sommes leaders sur le marché de l’asperge blanche depuis plus   de 17 ans », rappelle le secrétaire, David Ducourneau. Pour 2022, la coopérative espère ainsi atteindre une production de 2 800 tonnes (contre 2 666 en 2021), grâce à l’entrée en production de nouvelles parcelles. 56 hectares supplémentaires seront par ailleurs plantés. « Il y a un tassement de l’offre au niveau européen et de réelles opportunités à saisir pour de nouveaux producteurs qui voudraient nous rejoindre », assure Christophe Paillaugue.

Pour obtenir ses lettres de noblesse, une asperge se doit d’avoir un bon calibre tout en étant entièrement immaculée