Couverture du journal du 24/07/2021 Consulter le journal

[ Arts Plastiques ] « Du vent dans les dunes »

Dans le Théâtre de verdure de Labenne, la troisième édition du parcours artistique « Maxi » sur le thème « art et archéologie », invite à la contemplation et à interroger le temps… jusqu’au 1er août.

Du vent dans les dunes labenne

© N. B.

Sur la dune façonnée par le vent, en cœur de ville de Labenne, sept artistes néo-aquitains ont installé leurs œuvres pour la troisième édition du parcours artistique « Maxi », entre histoire et témoignages imaginaires de civilisations oubliées. « En recherchant les traces du passé, l’archéologie permet de mieux comprendre la présence de l’humain et de mettre le monde en perspective », suggère François Loustau, directeur artistique de l’événement, en guise d’introduction à la visite commentée qui débute au pied de l’église. En façade de l’édifice, Sébastien Vonier a posé sur des poutres de chêne, ses étranges oiseaux de céramique, alanguis dans des postures quasi-humaines, pour mieux interroger le visiteur sur sa relation à la biodiversité.

À quelques pas de là, le visiteur emprunte un chemin escarpé qui serpente jusqu’au sommet d’une butte plantée de bambous, de pins, de chênes et de chêneslièges, propice à la découverte de vestiges d’une autre époque. Sur le parcours, Marie Labat propose une première halte devant ses cabanes inspirées autant par le travail des résiniers, leurs habits bleus à rayures, que par les tentes de camping qui les ont remplacés au fil du temps et de l’avènement du tourisme. Plus loin, dans une composition dont émane un suave parfum de bois et d’humidité, Pauline Castra a assemblé des planches anciennes découvertes dans des fermes abandonnées, après les avoir brûlées en surface pour les durcir et les protéger, mêlant les techniques de construction landaises à l’ancestral Shou Sugi Ban japonais.

Loin de toute éternité

Du vent dans les dunes labenne

© N. B.

La composition voisine, dans la clairière, avec un monumental et magnifique visage de femme, sculpté par Mehdi Melhaoui en hommage aux idoles sacrées, mais dont le fragile béton cellulaire, loin de toute éternité, reste condamné à s’éroder. Évoquant pêle-mêle l’archéologie, l’architecture, les sciences ou l’anatomie, dans un « inventaire totalement subjectif de l’histoire de l’humanité », Thibault Tourmente a collé ses associations intuitives de photos récoltées dans des livres anciens… sur des panneaux électoraux. Dans un écosystème planté de fougères, de bruyère et de mousse, Christophe Clottes investit la géographie des lieux de cercles tracés sur le sol au charbon, en guise de frontières entre monde connu et inconnu. Au dos d’un mur en parpaing, Estelle Deschamp dresse une colonne antique à partir des petits objets du quotidien (cutters, cuillères, brosses à dent, papier aluminium…), comme autant « de marqueurs d’une ère désenchantée »… qu’il reste à réinventer.

Visites commentées :
à 11 h – samedi 26 juin, 10 juillet,
17 juillet, 24 juillet, 31 juillet
Croquis en pleine nature :
à 10 h – dimanche 20 juin, 13 juillet
Chasse au trésor :
mercredi 7 juillet, 10 h
Concert Opéra des Landes :
mercredi 21 juillet, 21 h
Réservations : 06 80 68 80 38