Couverture du journal du 21/01/2023 Le magazine de la semaine

XV de France à Capbreton : quand ils arrivent en ville

Du 21 janvier au 3 février, les Bleus de Fabien Galthié sont en stage à Capbreton pour préparer le Tournoi des VI nations. Et un tel stage nécessite une logistique conséquente. Explications.

XV de France

Jean-Luc Passard, l’intendant du XV de France et le team manager, Mathieu Brauge, arrivent avec une tonne de matériel © Xavier Ges

Ils seront 15 joueurs sur le terrain pour l’ouverture du Tournoi à Rome, le dimanche 5 février prochain. Mais pour que ces 15 là soient au top de leur forme le jour J, ils sont 80 à Capbreton pour leurs deux semaines de préparation. 42 joueurs, le reste étant composé du staff sportif, médical et technique. Alors, pour leur venue dans les Landes, tout est calculé, millimétré et organisé.

Pour l’occasion, cette impressionnante délégation a privatisé l’hôtel Le Baya et ses 74 chambres. Il faut dire que quand les Bleus se déplacent, ils ne viennent pas à vide. Mathieu Brauge est le team manager du XV de France et se charge du volet logistique : « Le rugby est le sport collectif en France avec le plus gros effectif. On affrète donc un semi-remorque pour notre venue à Capbreton, avec environ une tonne de matériel. » Dans ces bagages par exemple, une golfette pour transporter un écran qui sert à faire des retours vidéo aux joueurs pendant les entraînements, un joug pour les mêlées, mais aussi des appareils de musculation. « Une salle de muscu du XV de France, c’est 600 m2 de matériel avec une trentaine de machines, reprend Mathieu Brauge. Il y a aussi beaucoup de poids différents et ça, on ne le trouve pas partout. On va donc créer de toutes pièces une salle de muscu. »

LA COMMUNE SE PLIE AUX EXIGENCES DU HAUT NIVEAU

Pour installer cette salle de musculation, mais aussi des salles de réunion ou de soin, le mur à gauche (800 m2) du complexe sportif sera utilisé. Les services de la ville seront à 100 % derrière l’équipe pour assurer le bon déroulement du stage. « Nous sommes en permanence à l’écoute du sportif, explique Louis Galdos, premier adjoint au maire. Ils viennent dans les Landes pour se déconnecter, tout en ayant besoin d’un équipement de haut niveau. » Ils profiteront ainsi de la piste d’athlétisme rénovée et du nouveau terrain synthétique du parc des sports, inaugurés en septembre.

Et comme le sport de haut niveau se joue dans les détails, « les deux terrains d’honneur de la ville seront tracés à l’identique du stade de Rome, avec ses enbuts caractéristiques de 16 mètres de long », selon Louis Galdos. Mathieu Brauge reprend : « L ’exigence que met Fabien Galthié sur le terrain, on doit se l’appliquer nous aussi. Tout est carré. Nous on est là pour mettre de l’huile dans les rouages. » De l’huile dans les rouages, mais aussi des tenues sur le dos des joueurs. Pas moins de 150 valises de dotations seront embarquées dans le semi-remorque, mais aussi près de 80 ballons. « Il y a une rotation très importante des ballons. Il y a ceux dédiés aux entraînements, ceux pour les échauffements, d’autres pour les matchs… Certains jours, il y a jusqu’à 50 ballons en jeu », raconte Jean-Luc Passard, l’intendant du XV de France. Et de conclure : « Tout comme les joueurs, nous n’avons pas droit à l’erreur. On doit tout anticiper, toutes les demandes, toujours avoir un coup d’avance. Tout peut changer à la dernière minute, il faut qu’on soit réactif. » Et si c’était là que se gagnait une Coupe du monde ?